La police a exposé des dizaines de photographies de prisonniers à la recherche des taupes de l’intérieur à Soto del Real lors de l’opération Kitchen.

Soumettre l’ancien trésorier du PP à un examen photographique exhaustif pour identifier les détenus qu’il soupçonne de l’avoir espionné en prison lors de l' »Opération Cuisine »

Opération
Image d’archive de Luis Brcenas.AFP

La Police Judiciaire a récemment exposé Luis Brcenas des dizaines de photographies de prisonniers de Soto del Real à la recherche de taupes du ministère de l’Intérieur infiltrés dans le pénitencier de Madrid pendant la ‘Opération Cuisine’.

Les enquêtes ont été menées par l’Unité des affaires intérieures, qui a soumis au ancien trésorier du PP à un examen photographique exhaustif pour tenter de déterminer si le Gouvernement présidé par Mariano Rajoy introduit de faux détenus à espionner Brcenas dans le module de respect dans lequel il se trouvait.

Comme EL MUNDO l’a appris, après avoir examiné les images fournies par la Police pendant plusieurs heures, Brcenas Il a clairement identifié au moins un des détenus qui lui ont été exposés. C’est l’une des personnes qui, toujours selon sa version, s’est consacrée à surveiller tous ses mouvements et conversations à l’intérieur de la prison.

De même, lors de la pratique de ces récentes procédures, qui ont été affichées dans une pièce secrète du résumé de ‘Cuisine’ instruit par le Tribunal central numéro 6 du Tribunal national, a révélé aux enquêteurs avoir découvert un autre détenu opérant de manière similaire.

Alerté par ses compagnons de cellule, Brcenas Il a expliqué aux enquêteurs que ce dernier détenu se consacrait à essayer de lui soutirer des informations et le suivait partout. Dans cette affaire, l’ancien trésorier du PP a précisé qu’il a pu vérifier, avec l’aide d’autres détenus, son numéro d’identification en prison pour vérifier son identité et les crimes pour lesquels il a été privé de liberté.

Lorsque vous obtenez enfin cette numérotation, Brcenas a souligné à l’Unité des affaires intérieures qu’ils avaient découvert que le prisonnier présumé se promenait Soto del Real avec l’identification d’un autre détenu. Mais la chose la plus frappante, soulignait Brcenas, était que si le prisonnier présumé était blanc, son identification en Soto del Real correspond à un prisonnier de couleur. Concrètement, le « mulâtre », comme le précise l’ancien chef des finances de la PP. Tout au long de sa présentation, il a ajouté que les détenus qui l’avaient prévenu lui avaient dit textuellement que ce prisonnier avait « épelé du bois », en référence à ses liens possibles avec les forces et organes de sécurité de l’État.

Le juge Manuel García Castelln Il enquête depuis des mois sur l’espionnage de l’ancien trésorier du PP en prison lorsqu’il est entré à titre préventif après avoir découvert son fortune cachée en Suisse et faire face à la direction du PP et du Premier ministre de l’époque, Mariano Rajoy.

Pendant cette période, et comme ce journal l’a révélé, l’instructeur et le procureur anticorruption soupçonnent qu’il a fait l’objet d’un espionnage illégal à l’intérieur de la prison de Soto del Real en même temps que sa famille souffrait d’espionnage à l’étranger.

En ce sens, Brcenas a été interrogé, également en détail, sur les rendez-vous qu’il a tenus avec ses avocats, puis Javier Gmez de Liao Oui Mara Dolores Mrquez de Prado, qui approchait près d’une centaine. Dans cette section, l’ancien poste de direction populaire Il a indiqué qu’il était soumis à un étrange protocole de la part des responsables de l’établissement pénitentiaire, qui consistait à ce qu’il devait toujours rencontrer sa défense dans la même cabine téléphonique ou dans la même salle de conférence. De plus, il a déclaré qu’il avait demandé des explications aux fonctionnaires, qui ont également fouillé avec insistance sa cellule, et qu’ils ont répondu que « pour son propre bien » il valait mieux ne pas soulever d’objections.

Compte tenu de cette série d’obligations, Brcenas Il en est venu à ironiser devant les enquêteurs et a déclaré qu’à chaque fois qu’il rencontrait ses avocats, il en profitait pour adresser « un salut au ministre de l’Intérieur » convaincu que leurs conversations étaient illégalement intervenues.

Les chercheurs sont convaincus que la ‘Opération Cuisine’ Elle s’est donc étendue au cœur de Soto del Real et cela les a conduits à interroger exclusivement l’ancien trésorier à ce sujet au cours des derniers mois. Chaque fois que le juge Garca castelln il conclut déjà que l’opération d’espionnage de Brcenas orchestrée par le ministère de l’Intérieur a été un succès, il suppose que la police lui a confisqué « des informations et des documents » et souligne même qu’une partie du matériel volé n’a pas encore vu le jour.

L’instructeur soutient que la partie la plus importante de ce que Brcenas cache dans sa guerre contre le PP est toujours entre les mains de certains officiers de police de haut rang impliqués, tels que les commissaires. José Manuel Villarejo Oui Enrique Garca Castao.

Ce dernier, ancien chef de la Unité centrale de soutien opérationnel de la police (UCAO), a décidé il y a plus d’un an de collaborer à l’enquête et a remis une copie des numéros de téléphone des Brcenas cloner votre unité sans autorisation du tribunal. A son tour, il a avoué être entré dans l’atelier de restauration d’œuvres d’art de l’ancienne épouse de l’économe, situé rue du Général Daz Porlier à Madrid, à la recherche de documents sensibles cachés par Brcenas. Cependant, il nie avoir en sa possession tout type de documentation correspondant à cette opération.

Parmi les conclusions provisoires de l’instructeur, qui vient de dévoiler le secret des dernières investigations liées à cette affaire, il apparaît également qu’une des opérations de vol de documents a eu lieu en profitant du « déménagement » que Brcenas a fait du bureau professionnel qu’il avait au siège du parti, rue Gnova, que les policiers ont baptisé « el zulo », en référence au bureau de sa femme. A son tour, le juge souligne que le directeur adjoint des opérations (DAO) de la police de l’époque, Eugenio Pino, était au courant de tous les détails de ce dispositif policier.

Le magistrat souligne également que les membres de l’Unité des Affaires Intérieures de la Police, alors dirigée par le commissaire Marcelino Martin Blas, qui fait l’objet d’une enquête dans cette affaire, s’est rapproché, également sans aucune injonction judiciaire, d’un ami du chauffeur de la famille Brcenas, pour tenter d’obtenir des informations. Une partie des nouvelles enquêtes ont porté précisément sur l’identification des membres de cette unité pour clarifier leur participation au complot.

Vous pourriez également aimer...