La police enquête sur un possible viol collectif par des membres d’un gang latino à Saragosse

16 vidéos ont été trouvées dans lesquelles des jeunes du Dominicain Don’t Play apparaissent en train de coucher avec une fille dans une « attitude de soumission »

Procès à Madrid contre cinq membres du gang Dominican Don't Play.
Procès à Madrid contre cinq membres du gang Dominican Don’t Play.Télévision EFE
  • Navarre Cinq hommes jugés pour viol collectif sur une jeune femme handicapée à Orkoien
  • Valence La police nationale enquête sur un viol collectif d’une jeune femme à Valence après l’avoir droguée

La police nationale enquête sur un possible viol collectif commis par six membres du gang latino Dominicain ne joue pas (DDP) dans la capitale aragonaise.

La Cour d’instruction numéro 9 de Saragosse a autorisé l’enquête après avoir été informé que, lors de l’analyse de quatre téléphones portables intervenus en février dernier lors de l’opération qui a permis de décapiter la chorale des DDP, 16 vidéos ont été retrouvées dans lesquelles ces jeunes apparaissent en train d’avoir des relations sexuelles avec une fille en « soumis attitude ».

Selon le magistrat, son état « peut suggérer une altération partielle de sa volonté du fait de la consommation d’alcool ou de substances stupéfiantes ou psychotropes ». Ceci, ajouté au traitement « humiliant et humiliant » que les enquêteurs lui infligent parfois, conduit le juge à permettre que les membres du gang fassent l’objet d’une enquête en tant qu’auteurs présumés d’un crime à comptabiliser la liberté sexuelle.

Le juge a déterminé que « les faits découverts accidentellement doivent faire l’objet d’une enquête car ils pourraient constituer des crimes contre la liberté sexuelle et l’indemnisation ».

Tel que publié ce jeudi El Peridico de Aragn, dans les enregistrements apparaissent plusieurs hommes et deux d’entre eux ont des relations sexuelles avec une femme, dont l’identité n’a pas encore été établie, mais qui est connue pour être blanche, a les cheveux bruns et porte plusieurs tatouages ​​sur le corps .

Dans la même scène, il y a quatre autres hommes et une attitude de soumission est observée chez la femme qui peut révéler qu’elle a consommé de l’alcool ou des substances narcotiques ou psychotropes.

Dans les différents enregistrements, on voit également comment l’une des personnes présentes se masturbe tandis qu’une autre s’approche de la femme avec son pantalon baissé, ainsi qu’un autre participant à qui la fille fait une fellation.

Selon le rapport transmis à ladite juridiction, auquel il se réfère ce jeudi Heraldo.es, le téléphone sur lequel le dossier contenant les enregistrements a été stocké appartient à Santiago LV, possible main droite de Steven Guarionex, chef du DDP.

Cependant, dans les images, vous pouvez clairement identifier à la fois ce jeune homme, qui est celui qui a enregistré, ainsi que le numéro 1 de la DDP à Saragosse et quatre autres jeunes également enquêtés pour leur lien avec l’organisation, déclarée illégale par la Cour suprême. Rechercher. Ce dernier serait Juan Estibel FC, Enock AM, Pablo Andrs SM Oui Mustapha Kamel A.

Tous ont été arrêtés lors d’une opération de police menée en mai dernier à Saragosse et qui s’est soldée par 24 détenus, dont huit mineurs.

Tous se voient dans un premier temps attribuer divers délits allant de la commission de vols qualifiés au trafic de drogue, en passant par des actes de violence et des coups de couteau.

Les téléphones en question ont été transférés au Commissariat général aux informations à Madrid, qui précise dans son rapport que la fille avec laquelle les personnes enquêtées entretiennent des relations n’a pas encore été identifiée.

Il précise qu’il s’agit d’une femme « à la peau blanche, très fine, aux cheveux noirs et avec plusieurs tatouages ​​sur le corps ». Le rapport ajoute que « la fille est complètement nue et sur un matelas reposant sur le sol de ce qui semble être une pièce ».

Vous pourriez également aimer...