La police et les gardes civils appellent à manifester contre la réforme de la loi sur le bâillon

Le syndicat majoritaire de la police, Jupol, a déjà fixé une date pour ces mobilisations et a annoncé que le 27 novembre prochain il convoquerait une manifestation à Madrid

Loi du bâillon
patrouilles de la police nationale.EFE

Les syndicats du Police nationale et les associations professionnelles de la La gendarmerie Ils ont annoncé qu’ils appelleraient à des mobilisations contre la réforme de la loi sur la sécurité citoyenne, dite ‘loi bâillon’, au motif qu’elle crée un état de non-défense chez les membres des forces de sécurité.

Le syndicat majoritaire de la Police, Jupol, a déjà fixé une date pour ces mobilisations et a annoncé que le 27 novembre prochain il convoquerait une manifestation à Madrid, sous la protection de Jusapol, sous la devise « Non à l’insécurité citoyenne ».

Le secrétaire général du Syndicat de la police de Jupol, Aarn rivero, a indiqué que la réforme de la loi, qui entame son processus parlementaire, suppose « une attaque frontale contre les forces et organes de sécurité de l’État et l’élimination complète du principe d’autorité qui devrait régir les forces de police de tout État démocratique » .

Rivero a ajouté que l’initiative « ne fait que mettre les agents de l’autorité aux pieds des chevaux, mettant leur intégrité physique, celle de leurs familles et celle du reste des citoyens en danger pour le seul bénéfice des manifestants violents . et des délinquants ».

Il l’a dit dans des déclarations aux journalistes après avoir rencontré le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, à qui il a exprimé l’opposition « frontale et absolue » de l’union majoritaire du Police à cette réforme.

Pour sa part, Syndicat unifié de la police (SUP) et Association unifiée des gardes civils (AUGC) se sont associés pour se mobiliser ensemble contre la réforme.

« Nous sommes préoccupés par la réforme du retrait de l’interdiction d’enregistrer des images de policiers et de gardes civils dans leur travail. La nouvelle mesure nous met en danger, nous et nos familles, en particulier dans les régions d’Espagne où il y a plus de conflits et de conflits . policiers et Gardes civils ils sont la cible des violents », assurent-ils dans un communiqué conjoint.

Et ils voient « encore plus irrationnel de retirer le matériel de travail à l’équipement anti-émeute sans prévoir son remplacement par un autre moins nocif, laissant les gardes civils et la police à la merci des violents », ajoutent-ils.

SON P et AUGC Ils ont annoncé un calendrier de mobilisations communes qui commencera par des rassemblements devant les délégations et sous-délégations du gouvernement de toute l’Espagne.

Marlaska a entamé une série de réunions avec des représentants des agents des forces de sécurité, à laquelle le Confédération espagnole de la police (CEP) n’y sera pas, comme annoncé ce jeudi dans un communiqué.

Et il ne le fera pas car « la réforme de la loi sur la sécurité citoyenne, fruit de la PSOE et Unis nous pouvons, a fermé le dos aux forces de l’ordre, sans compter sur les allégations et contributions de leurs représentants et en générant un profond malaise chez les professionnels de la sécurité publique, qui considèrent que cette initiative nuit considérablement au travail de la police ».

Lundi prochain, le ministre a convoqué le Syndicat unifié de la police (SON P).

Vous pourriez également aimer...