La police interroge le propriétaire du pneumatique Mislata et l’ingénieur de la mairie

Les enquêteurs analysent les circonstances du renversement de l’attraction gonflable dans laquelle deux filles sont mortes

Politique
Police devant l’attraction gonflable, à Mislata (Valence).PE

Le château gonflable se renverse Mislata (Valence), el pasado 4 de enero, en el que murieron dos nias de ocho y cuatro aos -sta ltima este lunes, tras seis das en la UCI-, mantiene en una actividad incesante a la Brigada de Polica Judicial del Cuerpo Nacional de Polica de la capitale. Le Groupe Homicide commande l’enquête dans laquelle toutes les coordonnées de l’événement sont analysées en détail : de la responsabilité du propriétaire de l’attraction aux conditions météorologiques, en passant par le rôle du Conseil municipal.

En premier lieu, les agents ont demandé à la Police scientifique d’ouvrir un contrôle technique sur le terrain où se trouvait le château gonflable, et la vitesse du vent est également en cours d’investigation au moment où 10 enfants, dont les deux décédés, ont été licenciés après le l’installation a été soulevée du sol. L’objectif est de déterminer si le retournement a été causé par une explosion isolée impossible à prévoir ou si les avertissements de ce jour-là ont été ignorés.

Les premiers résultats indiquent qu’il n’y avait pas d’alerte pour de fortes rafales de vent. Les chercheurs ont également conçu une série de déclarations intenses qu’ils ont ouvertes avec le propriétaire du pneumatique et l’ingénieur de la ville de Mislata.

Dans son intervention devant les agents, le technicien municipal a défendu que l’entreprise avait tous les papiers en règle. Lorsqu’un permis est demandé pour démarrer une installation comme celle-ci, le conseil doit demander deux certificats : l’approbation de la structure et la mise en œuvre. Le propriétaire a livré les deux et l’ingénieur, selon lui, n’a vu aucun type d’irrégularité dans la documentation.

Un lampadaire, un banc et un arbre

Justement, le mouillage du château est le point clé où sont retenus les agents. L’attraction était liée à un lampadaire, un banc et un arbre. La réglementation indique que les châteaux gonflables doivent être ancrés au sol ou, à défaut, à des éléments fixes, comme c’était le cas.

De plus, selon des sources consultées par EL MUNDO, le règlement municipal de Mislata interdit l’ancrage d’attractions au sol. Aussi un autre ingénieur, cette fois apporté par la société qui gère la foire, a déclaré et présenté le certificat définitif des installations, l’assurance responsabilité civile, la déclaration responsable, le projet, ainsi que le plan d’urgence.

Le vent fort a soulevé l’attraction du sol, à quel point les 10 mineurs ont jailli. Les deux filles décédées se sont lourdement cognées la tête contre le sol ou des installations voisines.

Parmi les plus de 20 témoins que la police a convoqués pour approfondir ce qui s’est passé au parc des expositions de Mislata, il y a une femme qui, selon les enquêtes, enregistrait une vidéo. L’avancée de l’enquête, comme le soulignent des sources policières, est ralentie car bon nombre des personnes requises par les agents sont confinées en raison du Covid-19.

Les faits

Une fois que la Police aura terminé son travail, elle remettra le rapport au Tribunal d’Instruction numéro 4 de Mislata, qui était de service le jour des événements. Le Procureur attendra la présentation de ce rapport pour demander les poursuites pertinentes.

Lorsque l’attraction a chaviré, les deux filles décédées étaient les pires contrevenantes, se frappant à la tête tandis que les sept autres mineures étaient piégées dans les bâches. La première victime, âgée de huit ans, est décédée le lendemain. La seconde est restée admise à l’unité de soins intensifs (USI) de l’hôpital Clnico de Valencia, où elle est décédée ce lundi.

Deux ambulances du Service d’assistance médicale d’urgence (SAMU), un Basic Life Support (SVB) et un transport assisté pour soigner les blessés se sont rendus au parc des expositions de Mislata. Quatre d’entre eux ont été transférés dans différents hôpitaux de Valence. Par ailleurs, l’accident a également mobilisé les pompiers des parcs Paterna, Torrent et Valencia.

La famille de la dernière fille décédée a publié mardi un message sur les réseaux sociaux dans lequel elle remerciait le soutien reçu depuis l’accident et faisait savoir qu’elle avait décidé de faire don des organes de la petite fille à cinq enfants.

Son père, Ivn Prez, était celui qui a communiqué la décision sur Twitter et l’a accompagnée d’une vidéo dans laquelle on voit sa fille chanter un chant de Noël à Noël dernier. « J’ai quatre ans et je dis au revoir au monde d’une manière tragique et injuste. Merci pour la force que vous m’avez donnée et l’amour que vous m’avez donné à moi et à mes parents. Et aux cinq amis avec qui j’ai aidé à vivre mes organes, soyez si heureux comme je l’ai été. Je vous laisse mon sourire pour qu’il ne disparaisse pas. VOIR « .

Depuis 2003, cinq mineurs sont morts dans ce type d’attractions et 40 ont été blessés.

Vous pourriez également aimer...