La résistance de l’école de tauromachie Las Ventas dans l’année blanche de la pandémie: « C’est une salope mais il faut s’adapter »

Les étudiants de Yiyo retourneront à la Batn Sale « dans deux ou trois mois. C’est le lieu qui nous appartient ».

Sel naturel

Nés dans la classe d’un des élèves de l’école de tauromachie Yiyo de Madrid, ils s’entraînent au Monumental de Las Ventas.
Javier Barbancho

C’est la troisième fois que vous répétez une vente aux enchères, El Fundi, le professeur de l’école de tauromachie Yiyo à Madrid, fait entendre sa voix à l’un des futurs toreros qui en combat un autre. Les garçons bousculent et se battent avec des masques. La pandémie a échoué leurs aspirations. Il faut faire quelque chose de différent, le professeur gronde les jeunes qui assistent en silence et tour à tour l’action de l’arène Las Ventas, le squelette des foules qui amplifie les échos de la formation jusqu’à ce qu’ils reviennent à la Venta del Batón, le lieu cela appartient. Nous sommes censés y être de nouveau dans deux ou trois mois, rappelle le torero à la retraite, le directeur artistique, à ce journal.

Fin janvier, le conseil municipal a approuvé la gestion directe de l’école de tauromachie à partir du 1er février en tant que service culturel public. Alors que l’école portait encore le nom de Marcial Lalanda, en 2015, Manuela Carmena a retiré la subvention de 60 000 euros et fermé le bâton aux étudiants. Grâce à l’accord de collaboration signé entre Almeida et Ayuso, l’école récupère ses installations, dit Miguel Abelln, directeur du centre taurin de la Communauté de Madrid, par téléphone, mais pas l’argent public.

Au début, elle s’appelait l’École nationale de tauromachie. C’était très célèbre. Des gens de partout viennent s’entraîner, dit Fundi, légende de la génération qui a rendu Marcial Lalanda inoubliable, avec Joselito et El Bote, frères et sœurs qu’ils ne le sont plus. Fundi dirige l’école officielle tandis que les amis d’enfance perdus préféraient garder, sous le nom de Tauromaquias Integradas, les restes du bâton. Il n’y a pas d’école là-bas, répond-il.

Cette année j’ai pensé faire mes débuts mais c’était impossible

Olga Mariée, 18 ans

Héritière des précédentes, l’école a été rebaptisée Yiyo en 2016, gérée par Plaza 1, l’entreprise qui a reçu Las Ventas, selon la Communauté sur son site Web. Accorder? Pas de subvention. La Plaza 1 est chargée de soutenir l’école de tauromachie par le contrat de gestion de la place, explique Abelln. La Communauté a empoché au cours des 15 dernières années 72 millions d’euros pour la redevance de construction, déclarée patrimoine historique artistique en 1994. La société met annuellement, 500 000 euros pour soutenir la formation des nouveaux toreros.

lvaro Ramrez a 11 ans. Je suis plutôt bon, se résout-il au-dessus des grognements des enfants taureaux. L’école de tauromachie est ouverte du lundi au samedi et les étudiants paient 9 euros pour les frais de scolarité et une cotisation mensuelle de 20. Elle vient d’Algete. Mes parents m’amènent chaque jour que je viens. Dans ma classe, ils me disent que je suis fou, il rit. Il voulait être torero depuis l’âge de quatre ans. Dans les activités physiques, je n’enlève pas mes masques. Certains collègues oui, baissez la voix, mais ça ne me dérange pas. À la fin tu t’y habitues et rien ne se passe. Nous pouvons nous entraîner avec un masque. Les enfants qui veulent être toreros ne font pas de torer. Ils nous apprennent à respecter les personnes âgées, estime lvaro. Dans ma classe, je suis le seul à te traiter avec les professeurs. Je conseillerais aux gens qui ne sont pas très respectueux de venir à l’école. Ils nous enseignent des valeurs.

Paire de drapeaux à la voiture
Paire de drapeaux à la voitureJavier Barbancho

Je ne prétends pas être un ogre, dit El Fundi. Mais ce ne sont pas des cours après l’école. Le taureau va être beaucoup plus exigeant que moi avec eux et ils doivent le savoir. Nous l’avons dit aux parents lors d’une réunion. Nous ne voulons pas que quiconque perde son temps. Avec lui, travaillent deux professionnels, le torero Rafael de Julia et Miguel Rodríguez. Aussi Jos Luis Cabrero, entraîneur physique. Et deux professeurs d’Histoire de la Tauromachie et des Encastes. Nous avons environ 80 étudiants. Chaque jour, entre 30 et 35 personnes viennent.

2020 a été vide. En août, ils ont repris l’activité sur la place, cinq mois plus tard. Seuls deux étudiants ont participé à un festival. Le reste, debout. Dans une situation difficile car la pandémie a coupé la progression de nombreux qui étaient bien placés. Comme Marcos del Rincn, un torero sans chevaux de 20 ans qui étudie le génie agricole. J’habite à Usera. Ces circonstances sont une salope, mais il faut s’adapter.

Racontez ce qui s’est passé en 2019 comme si cela s’était passé avant-hier. En octobre, ce sera la finale du concours Road to Las Ventas, le concours de novillera qui se termine à Madrid. Vous devez passer toute la journée à ramasser les déchets. Pas seulement à l’école. Ou regardez des vidéos. Je mets des vidéos de Rafael de Paula, Antoete ou Paco Camino, il tire le masque en tissu sur son nez.

La première phase de construction de ces hommes miniatures consiste à se serrer la main. Les hommes aiment les génériques. Ici tu change ta façon de voir la viedit Olga Casado, 18 ans, Tétan. En 2020, j’avais l’intention de faire mes débuts mais cela a été impossible. Marchez avec la queue de cheval en suspension. Ici vous venez vous entraîner. Nous n’avons pas beaucoup de relations en dehors de l’école. Il y a de la concurrence. Chacun va à son propre bal. Certains regards en disent long. Le passe-temps vient de la gestion de l’Aguilafuente, Vila. Je me suis faufilé sans être vu par la police. Je suis très têtu. Puisqu’il voulait être plus proche du taureau, il m’a pointé du doigt.

Vous pourriez également aimer...