La sécurité nationale voit dans la polarisation un flanc d’attaques extérieures contre l’Espagne

El director del Departamento de Seguridad Nacional, el general Miguel ngel Ballesteros, ha pedido esta tarde a los partidos que traten de no caer en la trampa de la polarizacin, porque la divisin interna extrema es el flanco por el cual se intenta atacar a Espaa desde l’extérieur. Les acteurs étatiques externes, ce qu’ils essaient d’interférer, ce qu’ils promeuvent, ce dont ils profitent, c’est la polarisation, a-t-il dit. C’est pourquoi sa recommandation est de ne pas la nourrir.

La polarisation, a-t-il dit, est un «problème de sécurité nationale». Également de l’UE et de tous les pays démocratiques. En jouant avec elle, des campagnes de désinformation sont orchestrées contre notre pays à partir d’autres États, dont l’objectif est de l’affaiblir, de le déstabiliser. Ballesteros n’a pas donné à cette menace un nom et un prénom, mais la Russie et la Chine sont identifiées comme les pays qui utilisent le plus ces stratégies dans la zone dite grise, entre le noir et le blanc qui représentent la paix et la guerre. Mais ils ne sont pas les seuls, ces derniers jours, des exemples ont également été vus dans la crise marocaine. Normalement, même si l’origine est connue, ils ne sont pas annoncés pour éviter les représailles, sauf si cela est fait par plusieurs pays en même temps, comme au sein de l’UE.

Son apparition aujourd’hui a créé au Comité mixte du Congrès et du Sénat sur la sécurité nationale la présentation sur l’étude du phénomène de la désinformation et des «  fausses nouvelles  », avec des effets perturbateurs sur la société, qui vise à faire une série de recommandations et d’orientations législatives. Mais la présentation est aussi une tentative de comprendre la dimension de ces nouvelles stratégies d’attaque «pour nuire aux intérêts nationaux». «Des menaces hybrides», a expliqué Ballesteros, qui agissent contre les vulnérabilités d’un État démocratique, à travers de multiples instruments, comme des campagnes de désinformation. Ils peuvent rechercher uniquement un affaiblissement spécifique ou tenter d’induire en erreur ou d’influencer l’opinion publique pour qu’elle décide de sa position lors d’élections ou d’autres activités.

Ces interférences sont promues à la fois par des États étrangers et d’autres types d’organisations (par exemple Daech) et il existe déjà des étapes importantes concernant leur utilisation. Les élections américaines de 2016, qu’Hillary Clinton a perdues, avec l’ombre de l’aide russe à Donald Trump, ou l’utilisation de données pour influencer le vote lors du référendum sur le Brexit. L’Union européenne

L’UE, a-t-il expliqué, a été «pionnière» dans la lutte contre la désinformation et «a poussé» tous les pays à y travailler. Dans cette impulsion bruxelloise, Ballesteros a encadré la création à la Moncloa d’une commission créée pour étudier la désinformation, qui vise à détecter les tentatives de déstabilisation de l’Espagne ou d’influence sur l’opinion publique.

Des campagnes de désinformation ont été menées en particulier dans les processus électoraux. Selon lui, ce type d’attaque « a baissé » et, de plus, le « système électoral espagnol est le plus sûr qui soit car il est analogique, manuel, il ne peut pas être manipulé car il ne vote pas électroniquement ».

Même ainsi, lors des dernières élections, la Sécurité nationale s’est montrée méfiante et a vu le début d’une campagne qui a tenté de délégitimer le vote par courrier, tout comme Trump a tenté de le faire. «Il avait son danger», a-t-il souligné, mais bien qu’il soit surveillé, il n’est pas allé plus loin. Faire un contre, en plus, a-t-il assuré, peut aider un effet boule de neige qui augmente son impact.

Ballesteros a annoncé que le Conseil des ministres verrait demain un plan global pour la culture de la sécurité nationale, et il a lui-même fait valoir que les citoyens « devraient retourner au journalisme » et ne pas s’informer via les réseaux sociaux, dans des comptes qui ne correspondent pas à la communication médiatique.

Dans cette première pression, Vox a poussé son idée de la désinformation à la limite, attribuant cette stratégie au président du gouvernement lui-même, Pedro Sánchez, dont il a dit être le « principal émetteur ». Pour Vox également, « les citoyens se sont réfugiés dans les réseaux sociaux en raison de la manipulation du journalisme ».

Podemos a également tenté d’exploiter le débat national en liant la désinformation aux égouts du ministère de l’Intérieur et ses liens avec certains journalistes.

Dans les deux cas, mais surtout après l’intervention de Vox, le président du comité, le populaire, Carlos Aragons, qui à son époque était chef de cabinet de Jos Mara Aznar, a dû intervenir pour préciser le but de la présentation est la désinformation comme une menace pour la sécurité nationale.

Vous pourriez également aimer...