L’ancien député du PP de Madrid Alfonso Bosch avoue qu’il a accusé du Grtel

Il a envoyé une lettre à la Cour nationale dans laquelle il reconnaît avoir commis jusqu’à 12 crimes

Bosch Tejedor, en 2011, quitte le TSJM.
Bosch Tejedor, en 2011, quitte le TSJM.DIEGO SINOVA

L’ancien député du PP de Madrid Alfonso Bosch Tejedor, chargé dans le Affaire Grtel dans la pièce relative à Mairie de Boadilla del Monte, rejoint la cascade d’aveux des accusés dans cette affaire, et envoie une lettre au Deuxième section de la chambre criminelle de la Haute Cour nationale reconnaître jusqu’à 12 crimes.

Dans le mémoire par lequel sa défense modifie les conclusions provisoires pour montrer son accord avec l’accusation du Poursuivre, Il souligne que Bosch est «l’auteur» de ce dont il est accusé et demande que les peines demandées soient modifiées, en tenant compte des circonstances découlant de ses aveux, de sa collaboration et de la réparation du dommage. Dans cette pièce, qui sera jugée à partir de septembre, la Cour nationale fera asseoir plus de vingt personnes sur le banc et le PP en tant que participant à but lucratif pour les activités prétendument illégales commises par le complot. Grtel dans la ville madrilène de Boadilla del Monte.

Comme spécifié par l’instructeur dans deux voitures, la fête dans la localité devra être fait responsabilité civile subsidiaire pour un montant de 204 198 euros. Après les aveux de Francisco Correa, du «numéro deux» Pablo Crespo et d’un homme d’affaires, c’est maintenant au tour de Bosch. Sa défense est préoccupée par le fait que ces 12 crimes, qui comprennent la corruption active, l’association illicite, la prévarication, la fraude contre les administrations publiques, le détournement de fonds publics et la falsification de documents commerciaux, se traduisent par 5 ans et 4 mois d’emprisonnement.

Le mémoire en défense est accompagné d’un lettre signée par Bosch Tejedor en reconnaissant les faits qui lui sont imputés et en ajoutant des informations au parquet, comme par exemple que le modus operandi du groupe Correa comprenait «des moyens de pression pour atteindre ses objectifs économiques».

‘LES BUSJAS’ OU ‘LES FRIGO’

Après avoir fait une liste des personnes qui appartenaient à l’intrigue et leurs surnoms (Don Vito pour Francisco Correa ou grecque pour Pablo Crespo), il souligne qu’il était connu sous le nom de «el bujas» ou «el franges» parce que son nom de famille Bosch coïncide avec une marque reconnue d’appareils électroménagers.

Il souligne que sa relation avec le groupe du complot a commencé avant 95 ans puisqu’il a collaboré avec l’organisation territoriale du PP national et participé à des campagnes électorales. Rappelons que les entreprises de Correa étaient en charge de l’organisation de la plupart d’entre elles, aussi bien municipales que régionales ou nationales.

Il est né sa relation avec Événements spéciaux (Société Grtel qui a organisé des événements de fête) et avec Pasadena Viajes, avec laquelle des voyages PP ont été contractés. Il souligne également qu’en dépit de la reconnaissance des faits, il avait « une ignorance absolue » de la structure financière et organisationnelle du complot, mais il savait que les entreprises dont il avait connaissance étaient dirigées par Isabel Jordn -aussi accusé dans cette pièce-, qui à son tour a tout rapporté à l’ancien chef du PP Gallego Pablo Crespo.

A ce propos, il indique qu’il était celui à qui ils rendaient tous compte, et que plus tard, il a filtré la chose importante à Correa, le chef du complot. En ce qui concerne sa relation avec Correa, il souligne que ce n’est qu’à une seule occasion qu’il l’a rencontré dans la maison qu’il avait à Pozuelo, et c’est pour distribuer une commission que l’entreprise de construction avait contribué. Teconsa pour l’attribution de la construction de certaines maisons.

RENDEZ-VOUS À L’EMVS

Bosch dans son mémoire explique également que sa nomination en tant que directeur de la Société Municipale d’Habitat et Foncier (EMVS) de Boadilla en 2003, appartenant au conseil municipal dont il était maire Arturo Gonzlez Panero ‘le pain de viande’, Il est produit sur la recommandation de Correa et Antonio Cmara, qui était chef de cabinet du Premier ministre Jos Mara Aznar. Et il souligne que depuis sa nomination, ils ont clairement indiqué sa dépendance hiérarchique vis-à-vis de Gonzlez Panero et Toms Martin Morales, le directeur précédent.

Dans le fil, rappelez-vous que j’ai embauché l’architecte Antonio de Miguel à la suggestion de Martn Morales et que plus tard, ils ont également embauché un autre avocat (Gustavo Galn, aujourd’hui la défense de l’ancien trésor du PP Luis Brcenas) pour la publication de rapports juridiques.

Malgré le fait qu’il se décrit comme quelqu’un qui arrive sur un terrain déjà en exploitation, il reconnaît y avoir participé «afin d’obtenir un avantage économique en faveur du réseau commercial et corporatif de Grupo Correa».

Mais il ajoute que dans l’embauche du conseil municipal «il n’a jamais» pu participer ni à l’origine ni au développement des procédures d’embauche parce qu’il n’était pas membre des commissions municipales et qu’elles ne l’ont pas laissé influencer. As limite son activité à l’époque où il était directeur de l’EMVS et indique que les contrats municipaux ont été passés selon les directives du maire et à la connaissance de Correa. Il souligne qu’en raison d’une erreur temporaire, il est accusé d’actions auxquelles il n’a pas participé parce qu’elles ont été convenues avant son entrée en tant que gestionnaire.

Vous pourriez également aimer...