L’ancien dirigeant d’un syndicat minier Jos ngel Fernndez Villa suspendu de prison en raison d’une « détérioration générale » de son état de santé

Il a été condamné en 2018 à trois ans de prison pour le crédit de 234.462 euros du syndicat

Jos

Jos ngel Fernndez Villa, lors du procès pour lequel il a été condamné en 2018.
Alberto morante EFE

  • Opération charbon.

    Le procureur demande à imputer le secrétaire d’État à Energa de Zapatero pour détournement de 30 millions au profit des dirigeants de l’UGT Asturias

  • Enquête

    Un décret Zapatero a permis au dirigeant de l’UGT dans les Asturies de s’enrichir

La Cour provinciale d’Oviedo a accepté de suspendre la peine de trois ans de prison infligée à l’ancien secrétaire général du syndicat minier SOMA-UGTJosé Ángel Fernández Villa, 78 ans, pour «la détérioration générale de sa santé».

La Cour a rendu cette décision après la Poursuivre comme la défense et l’accusation privée exercée par le syndicat, ils accepteront la suspension de la peine après «l’avis long et détaillé» préparé par un médecin légiste qui aura vérifié la «grave dépendance» subie par Fernndez Villa.

Ce rapport prévient que Fernández Villa, reconnu coupable de s’approprier de l’argent du syndicat qu’il a dirigé pendant 35 ans, a besoin d’une tierce personne « pour toutes les activités de la vie quotidienne » et aura « très de mal à se soumettre au système des horaires du Centre. Pénitencier ».

De plus, son admission en prison provoquera « une confusion aiguë et aggravera le trouble anxieux-dépressif dont il souffre », détaille l’ordonnance de l’Audition.

Le tribunal admet qu’en prison il a pu recevoir l’attention pertinente, bien que cela supposerait « un effort et un dévouement particulier, en plus d’un surcoût », pour le centre pénitentiaire « de prise en charge difficile ou impossible de sa part ».

En tout état de cause, il souligne que son admission en prison lui causerait «une douleur particulière constituant une humiliation ou un sentiment d’avilissement plus élevé que celui habituellement associé à la simple imposition de la peine».

L’ancien syndicaliste minier a été condamné en 2018 à trois ans de prison pour le crédit de 234.462 euros du syndicat, décision qui a ensuite été ratifiée par la Cour suprême, ainsi que le paiement de 421.158 euros de dédommagement au syndicat et une amende de 24.000 euros.

La sentence déclarait qu’il était prouvé qu’entre 1989 et 2001, Fernández Villa avait retenu 234 462 euros sur les indemnités journalières que la société Hunosa payé par chèque aux membres du syndicat pour leur participation au comité intercentre.

À partir de février 2001, la société a commencé à payer ces sommes par virement bancaire, de sorte que l’ancien dirigeant du PSOE a également ouvert un compte au nom de la SOMA à partir duquel il a transféré l’argent reçu à un autre, également du syndicat minier.

Jusqu’en 2012, diverses dépenses lui ont été payées, outre le kilométrage et les indemnités qui lui correspondent en tant que secrétaire général du syndicat, telles que l’acquisition, l’entretien et la réparation de deux voitures Mitsubishi à son nom, la consommation de son téléphone portable, les repas, les cigares, les chapeaux, les produits. diététique et pharmaceutique ou valises pour 173 932 euros.

Vous pourriez également aimer...