L’ancien secrétaire de l’organisation Podemos Alberto Rodríguez doit quitter son siège après avoir été condamné par la Cour suprême.

  • Jugement L’ancien secrétaire de l’organisation Podemos conteste la Cour suprême : « Ce processus ne s’arrêtera pas là »
  • Bibliothèque de journaux Le parquet suprême demande au secrétaire de l’organisation Podemos six mois de prison pour avoir agressé un policier

La Cour suprême a condamné le député de United We Can et ancien secrétaire d’organisation de la formation Alberto Rodríguez pour le crime d’attaque contre des agents de l’autorité à un mois et demi de prison. Les magistrats ont allégé la peine en considérant qu’il y avait eu des retards injustifiés dans le traitement de l’affaire. De plus, la peine de prison est remplacée par une amende de 90 jours avec un forfait journalier de 6 euros, ce qui revient à 540 euros.

Le jugement ajoute que la condamnation doit être notifiée à la Commission électorale centrale aux fins appropriées. La conséquence de la ferme conviction sera, selon des sources juridiques, que Rodríguez doit abandonner son siège au Congrès.

La chambre criminelle acquitte Rodrguez du délit mineur de blessures qui lui était reproché, à la suite de la dépénalisation des délits en 2015, bien qu’il devra verser 50 euros à titre d’indemnité de responsabilité civile au policier auquel, selon le faits avérés, Il a donné un coup de pied lors d’une manifestation en 2014 à La Laguna (Tenerife).

Selon la Cour suprême, l’arrêt considère qu’il est prouvé que le 25 janvier 2014, dans la ville de La Laguna, à l’occasion de la réouverture de la cathédrale, divers événements ont été organisés que le ministre de l’Éducation et de l’Éducation de l’époque devait y assister Culture, Jos Ignacio Wert. La police a organisé un dispositif dans les environs lorsqu’elle a appris qu’une manifestation avait été convoquée sous le slogan « Rejet de la LMCE ».

Vers 11 heures, après la clôture tressée placée en protection aux abords de la cathédrale, protégée par des policiers, un groupe d’environ 500 personnes s’est rassemblé qui « a commencé à crier et à insulter les agents et ledit ministre ». « A un certain moment, les fidèles ont commencé à attaquer la clôture, lançant les clôtures contre les agents, ainsi que divers objets tels que des pierres, des bouteilles d’eau et autres », dit la phrase, qui indique que cela « a motivé une unité de police qui était préparé en réaction, se tiendrait entre la clôture et la congrégation, essayant de maintenir la ligne de protection et aidant les agents qui procédaient à l’arrestation de ceux qu’ils avaient vus développer une attitude plus agressive. »

Le récit ajoute qu' »au cours des affrontements physiques qui, en raison de l’attitude violente de certains des fidèles, ont eu lieu entre eux et des policiers, l’accusé Alberto Rodríguez Rodríguez (…) qui était à l’époque Parmi les premiers, il a donné un coup de pied au genou de l’agent du CN 92.025, qui, dûment en uniforme, remplissait les fonctions de son poste de membre de l’unité de police susmentionnée, qui, à la suite de cela, a subi une ecchymose dont il a guéri en une journée sans entrave à ses activités habituelles. »

La Cour suprême soutient que, pour déterminer l’agression contre l’agent et l’auteur, la preuve qu’elle a prise en compte est, fondamentalement, la déclaration du policier concerné, qui « dans ses déclarations n’a exprimé aucun doute que le l’accusé était celui qui s’était volontairement donné un coup de pied au genou gauche au cours des incidents qui ont eu lieu. »

Il ajoute qu' »une telle déclaration est corroborée par le fait qu’il est venu immédiatement après les événements pour recevoir une assistance médicale et par l’identification précoce par la police de l’accusé comme l’auteur des événements. La crédibilité du témoin est encore renforcée par la persistance dans la version maintenue depuis le début et en raison de l’absence de toute forme d’animosité contre l’accusé. »

Concernant la déclaration de l’accusé qui attribue les déclarations de l’agent à ce qu’il considère comme une pratique courante de la police consistant à affirmer faussement qu’une personne, qui a été caractérisée par son activité dans d’autres manifestations, est présente dans celle sur laquelle ils rapport et a développé chez elle des attitudes violentes, la phrase indique qu’elle n’est étayée par aucun élément de preuve, et rappelle que l’agent a déclaré qu’il connaissait l’accusé lors d’autres manifestations antérieures au cours desquelles il avait maintenu un comportement normal. « De sorte qu’au moment des faits, de l’avis du témoin, l’accusé n’était pas une personne signifiée par son attitude particulièrement active ou violente dans les manifestations ; et, en plus, il manquait alors de pertinence politique », précisent les magistrats. .

Concernant ce que l’accusé a également soutenu que l’accusation vise à remettre en cause l’exercice du droit de réunion et de manifestation, la Chambre répond que « de nombreuses personnes ont fait usage de ce droit à cette occasion et seulement ceux qui ont été détenus. Ils ont accusé des actes de violence. La violence est non inhérente à l’exercice des droits de réunion et de manifestation. L’accusation retenue dans cette affaire n’a rien à voir avec l’exercice de ces droits fondamentaux, mais avec l’usage de la violence, dans le cadre de son exercice, contre les agents de l’autorité qui sont dans l’accomplissement de leurs fonctions ».

La sentence considère que dans ce cas tous les éléments du crime concordent. « Il ne fait aucun doute que l’agent lésé était en uniforme et dans l’exercice des fonctions de sa position. Il n’a pas non plus été question que l’accusé était suffisamment conscient de cette circonstance, d’autre part, évidente. D’autres raisons n’ont pas non plus été alléguées pour agression que celles liées à l’exercice de fonctions publiques qui correspondent au policier à ce moment-là. […] Le fait de lui donner un coup de pied dans le genou n’est pas seulement un acte d’agression, mais une agression pure et simple. »

Quant à la peine spécifique à imposer, la peine explique que le Procureur a proposé de l’abaisser d’un degré en appliquant l’atténuation du retard injustifié comme hautement qualifiée. La Cour suprême considère cependant que le résultat de l’application de cette circonstance atténuante devrait être une réduction plus importante de la peine, de deux degrés, car il n’est pas justifié que la cause ait été retardée de sept ans depuis la survenance des événements, puisqu’elle n’était pas une question complexe.

La peine comprend une opinion dissidente de deux des sept magistrats, Susana Polo et Leopoldo Puente. Ils soutiennent que la peine aurait dû être un acquittement, puisque les preuves pratiquées au procès sont « très loin » d’être suffisantes pour affaiblir le droit à la présomption d’innocence.

Ils indiquent que la condamnation est étayée comme la seule preuve dans le témoignage du policier agressé, qui a identifié son agresseur lors du procès, mais n’a pas illustré au tribunal les circonstances dans lesquelles elle s’est produite. « Cette extrême parcimonie du récit est, à notre sens, très pertinente, dans la mesure où la fiabilité dans l’identification de l’agresseur peut être mal appréciée, alors qu’on ne sait même pas si l’agent a eu le temps de remarquer son apparition (quand il l’a vu, par exemple, arriver de front) ou si les événements se sont produits brutalement et dans des conditions inadéquates pour une telle reconnaissance. »

Ils affirment qu’en l’espèce, il s’agit de déterminer s’il peut être considéré comme prouvé qu’Alberto Rodríguez est la personne qui a donné un coup de pied audit agent au genou gauche. « C’est ce qu’affirme l’agent. Et l’accusé le nie. Il est possible que cela se soit produit. Nous ne sommes pas en mesure de l’exclure. exemple, que l’agent aurait pu se tromper dans l’identification. Nous ne connaissons pas la forme exacte, nous l’avons déjà dit, sous laquelle l’agression a pu se produire », soulignent les magistrats dans leur vote.

Vous pourriez également aimer...