L’anti-corruption abaisse de 109 à 83 ans la peine réclamée par Villarejo lors du premier procès de l' »affaire Tndem »

Le retrait des crimes suppose que la durée maximale de séjour en prison du commissaire passerait de 21 à 18 ans

Le procureur anticorruption
Le procureur anti-corruption César de Rivas.LE MONDE

L’Anticorruption a revu à la baisse la peine qu’elle avait demandée pour José Manuel Villarejo dans le premier procès contre le commissaire à la retraite pour l’affaire Tndem. Il demande 26 ans de prison en moins, une réduction spectaculaire si ce n’était du fait que le point de départ était de 109 ans.

Une fois la phase de preuve terminée, le Parquet a fait savoir au tribunal qu’il n’inculpe finalement pas certains des pots-de-vin qui lui sont attribués, et qu’il retire également le délit de trafic d’influence. De la longue liste de crimes avec lesquels il est venu en jugement, certains de découverte et de révélation de secrets sont également éliminés.

Pour mesurer l’impact réel de la réduction, il faut regarder la durée maximale de purge de la peine. Même s’il passerait les plus de 80 ans qui lui sont encore exigés, selon les règles du Code pénal de Villarejo, il ne purgerait que trois fois la peine la plus lourde qui lui a été infligée.

En l’espèce, cette peine était les sept ans qui lui étaient réclamés pour découverte et révélation de secrets à caractère sexuel liés à l’avocat et ancien juge François Xavier d’Urqua. Selon l’accusation, il voulait extorquer de l’argent avec une vidéo intime afin qu’un de ses clients facilite les choses pour certains clients de Villarejo.

Cette accusation signifiait que Villarejo pourrait passer jusqu’à 21 ans derrière les barreaux à la suite de ce procès. Une fois la demande de sept ans retirée, la nouvelle peine la plus élevée demandée est de six ans (pour les pots-de-vin non retirés). Cela laisse une nouvelle limite de prison à 18 ans, trois de moins que les premières. Le nouveau chiffre est également pertinent pour accéder tôt ou tard aux permis de prison.

Dans son explication des peines définitives demandées, le procureur César de Rivas Il a indiqué que les montants demandés à titre d’indemnisation sont également réduits, pour s’adapter à la fois au retrait des crimes et aux paramètres les plus récents de la Cour suprême.

Trois pieces

Les désistements ont également touché plus ou moins d’autres prévenus, comme son épouse ou ses associés ou employés de zénithla société à travers laquelle Villarejo a organisé ses tâches d’espionnage.

Le bureau du procureur n’est pas la seule accusation personnelle. Cela signifie que le tribunal pourrait être plus sévère que ce que prétend le ministère public, sur la base de ce que les autres accusations demandent pour chaque crime.

Le premier essai de Villarejo est dans la dernière ligne droite. Les tests ont déjà été effectués et il ne reste plus qu’aux parties à présenter leurs rapports définitifs expliquant pourquoi elles demandent des condamnations ou des acquittements.

Lors du procès, trois des plus de 20 enquêtes dans lesquelles l’affaire Tndem a été divisée, une pour chaque affectation prétendument criminelle à Villarejo, ont été abordées.

Les affaires examinées par le tribunal sont appelées pièces Le fer, Terrain Oui Peintre. Ils ne sont pas les plus pertinents d’un point de vue politique ou économique, mais comme ils sont les premiers à être jugés, ils peuvent marquer des actions futures. Les principales infractions traitées sont la corruption (embauche d’un fonctionnaire actif) et la découverte et la divulgation de secrets (accès illicite aux données personnelles).

La pièce Le fer (57 ans) se concentre sur la mission d’un cabinet d’avocats d’espionner un cabinet concurrent. Dans Terrain (38 ans de prison) Le travail de Villarejo a fait l’objet d’une enquête pour favoriser une partie de la Famille Cereceda dans les litiges commerciaux avec des tiers et au sein même de la famille. Enfin, la pièce Peintre (14 ans) Affecte les emplois des frères et sœurs Muoz Tamara contre les prétentions d’un ancien partenaire.

Vous pourriez également aimer...