L’anti-corruption proteste contre la décision du PP de cacher jusqu’au dernier jour du procès une raison d’éviter une autre condamnation de Grtel

Il rejette qu’il puisse exercer maintenant que la possibilité de réclamer les 200 000 euros que le complot dépensé pour son candidat à Boadilla a prescrit

L'avocat du PP, Jes
L’avocat du PP, Jesús Santos (à droite), dans son discours final dans le procès pour les activités du complot Grtel à Boadilla.LE MONDE

Le dernier jour du macro-procès devant la Haute Cour nationale pour les activités du complot Grtel à Boadilla del Monte a inclus mardi une confrontation entre le parquet anti-corruption et le Parti populaire. La raison en était que la défense du parti avait gardé jusqu’au dernier moment une astuce surprise pour éviter la condamnation : que la possibilité de réclamer l’argent au parti était prescrite.

Alors que l’avocat du PP était sur le point de présenter son rapport final, le procureur a demandé à intervenir. Il l’a fait pour protester contre la présentation d’une lettre du PP avant la présentation de son rapport. Mais l’objectif de la procureure Concha Sabadell n’était pas la présentation de l’instruction, qu’elle considérait comme irrégulière, mais une autre : « Un deuxième problème important est que le Parti populaire introduit une question qui n’a pas fait l’objet de débat ou traitée dans la phase des questions préliminaires », a-t-il dit.

L’avocat du PP, Jésus Santos -ancien lieutenant fiscal du Tribunal de Grande Instance- a déploré l’intervention du ministère public. « J’ai été surpris par l’intervention du représentant du ministère public mettant en cause la remise des instructions, d’un rapport écrit au tribunal, mettant en cause ou limitant l’exercice de la défense sur des questions que cette défense va révéler dans toute la plénitude qu’elle a à l’esprit ce rapport oral pour présenter les motifs qui justifient un acquittement ».

« Secrètement »

L’avocat a fait valoir que la demande de fonds au parti avait commencé en dehors du délai d’un an qui, selon lui, devrait être appliqué. Elle a été faite huit ans après le début de l’affaire Grtel. « Une période beaucoup plus longue » même si l’option alternative consistant à considérer la période de réclamation comme étant de cinq ans était appliquée.

La lutte contre la corruption exige que le PP soit condamné à restituer un peu plus de 200 000 euros que le complot de Francisco Correa a dépensé pour le candidat populaire à la mairie, Arturo González Panero, connu sous le nom de La boulette de viande.

Le PP s’est assis sur le banc en tant que participant à but lucratif. Ce chiffre correspond à ceux qui, sans avoir participé ou connu un crime, ont bénéficié de sa commission. Le PP a déjà été condamné comme civilement responsable dans cette même condition dans le procès principal du cas grtel qui a conduit à la motion de censure.

Santos a ajouté devant le tribunal que la prescription peut être invoquée à tout moment, contrairement à ce que soutient Anticorruption. « La prescription est une institution d’ordre public et selon la Cour suprême, elle peut être invoquée à tout moment de la procédure pénale, notamment à ce moment crucial du rapport oral. Le fait que nous n’ayons pas mentionné la loi de limitations dans la procédure et les sessions et que pour cette raison La raison pour laquelle le procureur et le reste des accusations n’ont pas consacré une seule minute à analyser cette question ne nous empêche pas de l’exercer en ce moment ».

Vu pour la condamnation

Outre le délai de prescription, le PP défend son acquittement en alléguant, entre autres, que les accusés ont agi « sous couverture » du parti et « contre » la volonté de ses dirigeants. « Les dépenses seraient des actes ou des services accomplis secrètement ou en dehors du parti par des personnes qui n’avaient pas le pouvoir de compromettre le parti et qui n’avaient pas non plus l’intention de profiter à mon client [el PP] mais le contraire, dont l’objectif était de tirer profit d’eux-mêmes, de rechercher un bénéfice strictement personnel », a affirmé l’avocat.

L’avocat a souligné que lors des élections à la mairie de la municipalité de Madrid en 2003 et 2007, le PP « avait un gros budget et un plafond de dépenses qui n’a pas été atteint. S’il avait voulu ajouter de nouvelles dépenses, il aurait eu un gros coussin . » Il n’y a donc pas eu de profit pour le parti car les fonds publics, s’il l’avait demandé, auraient couvert les sommes réclamées.

Quelques minutes après avoir terminé le rapport du PP, et après le tour du dernier mot de certains accusés, le procès a été vu pour la condamnation. La plupart des prévenus, 16 ans, ont trouvé un accord avec le parquet pour admettre les faits en échange d’une réduction de peine qui leur permet d’éviter la prison. Mais certains ne l’ont pas fait, dont un qui a voulu user de son droit au dernier mot pour, « en tant que chrétien », citer un psaume : « La justice est enfin venue au tribunal et tout homme juste suivra ».

Vous pourriez également aimer...