L'Association européenne des juges, préoccupée par la réforme de la CGPJ: "C'est un pas en arrière dans l'indépendance de la magistrature"

Mardi,
13
octobre
2020

21:22

Le groupe formé par 44 pays prévient que "l'augmentation du risque d'influence politique indue dans la nomination des membres du Conseil et dans le système judiciaire"

Le ministre des Finances et porte-parole du gouvernement, Mar

La ministre des Finances et porte-parole du gouvernement, Mara Jess Montero, et les titulaires du travail, Yolanda Daz, et de l'égalité, Irene Montero, à l'issue du Conseil des ministres de ce mardi.
EFE

L'Association européenne des juges, majoritaire sur le continent européen, a publié ce mardi une déclaration exprimant «sa grande inquiétude» car l'Espagne fait «un pas en arrière dans les objectifs fondamentaux de l'indépendance de la justice.

Dans la note, à laquelle EL MUNDO a eu accès, les juges européens soulignent que le gouvernement de Pedro Sánchez "au lieu de profiter de cette opportunité législative pour réformer le système de nomination des juges du Conseil général de la magistrature, renforçant les garanties de l'indépendance des juges et des magistrats, en tant que pilier fondamental de l'État de droit, revenant à l'ancien système où les juges membres du Conseil général de la magistrature étaient élus par leurs pairs, (…) augmentant le risque d'influence politique indue dans le nomination des membres du Conseil et du système judiciaire dans son ensemble, portant atteinte à la perception de la société sur une indépendance judiciaire effective ".

En ce sens, l'association dont 44 pays font partie fait écho à la recommandation de la Commission européenne selon laquelle "dans les États membres dans lesquels un Conseil de la magistrature a été établi, il est particulièrement important d'éviter leur indépendance. des influences indues du gouvernement ou du Parlement sur l'indépendance des juges (…) Pour la même raison, des normes européennes bien établies, en particulier la recommandation de 2010 du Comité des Ministres du Conseil de l'Europe, établissent que pas moins de La moitié des membres des conseils de la magistrature doivent être des juges choisis par leurs homologues à tous les niveaux du système judiciaire et dans le respect du pluralisme interne du système judiciaire. "

Il fait également allusion à l'une des conclusions du rapport du Groupe d'Etats contre la corruption (GRECO) sur l'Espagne réalisé en décembre 2017 où il a été fait allusion à qu '"une des modifications clés sur ce point est que les douze membres du Conseil d'origine judiciaire être élus directement par leurs pairs. "

En revanche, ils soulignent que le Statut universel du juge agréé indique dans son article 2.3 que << le Conseil de la magistrature doit être totalement indépendant des autres pouvoirs de l'État. Il doit être composé d'une majorité de juges élus par leurs collègues, conformément à des procédures qui garantissent leur meilleure représentation. "

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...