L’audience reporte la déclaration de Luis Brcenas sur la «  case B  » du PP en raison de la contagion du coronavirus d’un accusé

Procès ‘Papers of Brcenas’

Le tribunal accepte la demande de l’ancien directeur du PP Cristbal Pez et examine lundi si son état de santé permet de reprendre l’audience

L'avocat de Luis B

L’avocat de Luis Brcenas, Gustavo Galn, ce lundi, après avoir quitté la Cour nationale.
BERNARDO DAZ

La Cour nationale a suspendu ce mardi le procès de la case B du PP pour la contagion du coronavirus de l’un des accusés. Il s’agit de Poisson Cristbal, ancien directeur du parti lorsque Luis Brcenas était trésorier et qui depuis la semaine dernière est isolé à son domicile.

La décision suppose que les déclarations de Brcenas, Pez et des trois autres accusés ne commenceront qu’au moins le 15 février. Le tribunal de la Haute Cour nationale accepte ainsi la demande de Pez, qui avait manifesté sa volonté d’être présent dans la salle d’audience pour témoigner et entendre ceux des autres prévenus.

Les deux jours de questions préliminaires ont été suivis d’une visioconférence. Le jour de ce lundi, il s’est adressé à la cour, à laquelle il a fait savoir qu’il avait une forte fièvre, qui ce mardi a continué.

Le président du tribunal, Jos Antonio Mora Alarcn, a expliqué que le report vise à «respecter leur droit à la défense et à comparaître devant le tribunal». La suspension avait été étayée à la fois par les accusations et par les moyens de défense, entre autres raisons pour éviter une éventuelle nullité du procès en cas de refus.

Une confrontation avec Rajoy, « prématurée »

Lundi prochain, les magistrats vérifieront l’état de santé de Pez et s’il est possible de reprendre le procès. Mardi, les parties ont fini de se prononcer sur les soi-disant questions préliminaires.

Parmi eux, sur la possibilité évoquée par Brcenas qu’un affrontement avec Mariano Rajoy soit convenu si l’ancien président du gouvernement et du PP contredit ses déclarations selon lesquelles il savait que case B du parti et la charge d’elle.

Fiscal Antonio Romeral Il a estimé qu’il était « prématuré » de se prononcer, bien qu’il ait indiqué comme motif possible de refus que, outre la survenue de ces contradictions, il sera nécessaire qu’elles affectent « l’objet de l’affaire, et non des faits qui n’affectent pas les poursuites.

Dans ce cas, les dépenses d’argent opaque du PP pour réformer le siège du parti sont revues, en plus de l’affectation d’une partie des fonds par l’ancien trésorier décédé. lvaro Lapuerta avec l’aide de Brcenas.

Les témoins de Brcenas

Le ministère public n’a pas non plus été clair sur la commodité d’accepter les nouveaux témoins proposés par Brcenas, des journalistes qui pourraient accréditer les enregistrements des connaissances de Rajoy sur la case B. « Nous n’avons aucun élément pour l’évaluer », a-t-il dit, laissant la décision entre les mains de la Chambre. Concernant l’éventuel affrontement, les magistrats ont indiqué qu’en effet, ce n’est pas le moment.

L’avocat de Brcenas s’est à nouveau prononcé sur cette demande de preuves. « Il ne s’agit pas de punir le PP, encore moins », a-t-il déclaré. Gustavo Galn. Il a également évoqué la lettre dans laquelle, ce lundi, le procureur a minimisé les aveux de Brcenas.

« La lettre envoyée au Procureur ne le prétend pas, car les données et documents pertinents ont déjà été fournis et se sont manifestés dans la déclaration de juillet 2013 », a-t-il dit, insistant sur le fait que la « collaboration » de l’ancien trésorier avec la Justice vient de loin .

Contrairement à lundi, ce mardi, il n’a pas insisté sur le fait que s’il n’avait pas plus de documents, c’est parce que le gouvernement du PP les avait volés lors de la soi-disant «opération de cuisine».

Accusations populaires

Dans son intervention, les cinq accusations populaires se sont défendues de l’intervention brutale à la veille de l’avocat du PP, Jess Santos, qui les a accusés de politiser la cause. Le représentant du Barreau d’Adade, Jos Mariano Bentez de LugoIl lui a rappelé que le PP voulait également apparaître comme une accusation privée, seulement que dans son cas elle avait été expulsée parce qu’elle n’agissait pas vraiment comme une accusation.

De son côté, l’avocat d’Izquierda Unida, Juan Moreno, a défendu l’exécution d’accusations populaires. C’est IU, par exemple, le parti qui a lancé la cause qui est jugée et celui qui a par la suite réalisé sa réouverture.

Toutes les accusations se sont opposées à la demande du PP de limiter les faits sur lesquels ils peuvent s’interroger, en respectant strictement ce que le juge d’instruction a marqué ce jour-là.

« Je dis au PP de ne pas essayer de nous bâillonner », a déclaré Moreno, demandant « que la connaissance de ce qui s’est passé ne soit pas volée à la société espagnole ». Autrement dit, il est possible de se plonger dans le procès sur l’origine et le motif de l’argent que le PP a reçu pendant des années de divers hommes d’affaires et qu’il a caché au Trésor.

L’avocat Gonzalo Boye

De son côté, l’avocat Gonzalo boye, qu’il accuse au nom d’Observatori Desc, s’est révolté contre l’affirmation de Santos selon laquelle Podemos à Catalua se cache derrière lui. Boye ha criticado que confunda al abogado con el cliente y ha mencionado -y sugerido que podra investigarse- los contactos de un empresario amigo de Brcenas con el abogado del PP, con la intervencin -les puso en contacto- del consejero de Justicia de la Comunidad de Madrid, Enrique Lopez.

La marge à accorder par le tribunal sera connue dans les prochains jours. Premièrement, dans sa réponse écrite à la demande du PP de limiter la portée des accusations et, plus tard, dans les questions que le président du tribunal autorise les accusés et les témoins à poser.

Vous pourriez également aimer...