Le cabinet de conseil iranien Zanganeh nie être commissionnaire et avoir soudoyé des responsables de l’AVE à La Mecque

Embarquement à Barcelone, en 2014, du premier Talgo AVE fabriqué pour l'Arabie Saoudite
Embarquement à Barcelone en 2014 du premier Talgo AVE fabriqué pour l’Arabie Saoudite.Alexandre garcaEFE
  • LOC Shahpari Zanganeh, médiatrice de l’AVE à La Mecque, se défend contre les attaques de Corinna : « Ce sont de fausses accusations »
  • « cas AVE » Le procureur demande à l’Arabie saoudite des informations sur les commissaires de l’AVE à La Mecque en dehors de Juan Carlos I

Cabinet de conseil iranien Shahpari Zanganeh soutient qu' »il n’a pas agi en tant que lobbyiste ou commissionnaire dans le projet de train à grande vitesse Médine-La Mecque et il précise que la fonction qu’il remplissait était celle de « développeur de projet« Il l’a fait, selon la version qu’il a transmise à EL MUNDO », via la société qu’il possède, Développement du projet Epic Arabia (Epica) « . Une entité qui, explique Zanganeh, » conseille des entreprises privées espagnoles dans la formation du Consortium et dans la préparation de pré-offres et d’appels d’offres, dans le cadre d’un appel d’offres international extrêmement exigeant.

Zanganeh a apporté ces précisions après qu’EL MUNDO a dévoilé il y a quelques jours le contenu de la commission rogatoire envoyée par le Procureur anti-corruption à Arabie Saoudite, prise en juillet dernier. Dans le même temps, le ministère public essaie de déterminer si les honoraires perçus par Zanganeh ont été utilisés pour soudoyer des agents publics et exige la documentation bancaire des paiements à son entreprise.

L’origine de cette exigence se trouve dans les déclarations faites par l’ancienne amante du roi Juan Carlos, Corinna Larsen, au commissaire Jos Manuel Villarejo, dans lesquelles il désignait initialement Zanganeh comme commissionnaire. Un extrême que Larsen a elle-même rectifié plus tard dans sa déclaration devant Anti-Corruption.

Le consultant, assisté juridiquement par le cabinet CuatrecasasIl ajoute qu' »une fois le contrat finalement attribué au consortium espagnol, qui a également conseillé et assisté de manière exhaustive les membres privés » de celui-ci « dans la phase d’exécution du contrat pendant plus de sept ans ».

Il souligne également qu’« il a fourni ces services dans le cadre d’un contrat de conseil signé par Épique avec des entreprises privées espagnoles soumises aux normes internationales les plus élevées en échange d’une rémunération fixe pour leurs services ».

Concernant ce dernier point, Zanganeh indique que ses émoluments « ne s’élèvent pas, même de loin, au chiffre de ‘entre 80 et 100 millions d’euros' ». « En fait, Epica a été contrainte d’engager une procédure d’arbitrage contre les membres privés du consortium pour réclamer plus de la moitié des honoraires convenus qui, à ce jour, restent impayés. »

Dans le même temps, il « nie catégoriquement », comme il l’a déjà déclaré volontairement devant le procureur anticorruption, que « la rémunération d’Epica a été utilisée pour couvrir ou permettre tout type d’action illégale ». Dans le même temps, il souligne qu' »il n’a jamais partagé la rémunération reçue pour ses performances professionnelles légitimes avec une autre personne, et encore moins a-t-il participé ou été au courant d’un quelconque stratagème visant à effectuer des paiements abusifs ».

Enfin, il précise que « les premiers versements reçus par la société dont il est propriétaire au titre du contrat de conseil ne sont intervenus qu’en décembre 2012, soit plus d’un an après l’attribution du projet au consortium espagnol, en octobre à partir de 2011″.

Elle ajoute que, comme Larsen elle-même l’a déclaré « devant les procureurs suisse et espagnol, la connaissance du projet AVE à La Mecque » de la part de ces derniers « était limitée et par des tiers ». Et il ajoute qu’il a « toute confiance et assurance que le procureur anticorruption confirmera l’absence de toute indication relatant son intervention comme développeur de projet dans le projet avec tout type d’activité criminelle.  »

Vous pourriez également aimer...