Le « cas primaire » du PP de Salamanque encourage l’avancée électorale en Castilla y Len

L’imputation du PP de Salamanque favorise une fuite des Citoyens qui décante la majorité vers le PSOE

Alfonso fougère
Alfonso Fernndez Maueco, ce jeudi, à Len.EFE

L’imputation du PP de Salamanque, de son manager et de son président pour le prétendu financement illégal du parti dans les primaires qui ont élevé Alfonso Fernndez Maueco n’inquiète pas trop la Junta de Castilla y Len. Ils pensent qu’il finira par être déposé. Cela sur le plan juridique. Mais en politique, il existe un dérivé qui suscite des inquiétudes parmi les populaire.

L’apparition de cette affaire élargit les possibilités qu’un avocat des citoyens se désengage de son groupe et adhère à une nouvelle motion de censure contre Maueco en mars. S’il n’y en avait qu’un de plus, le socialiste Luis Tudanca pourrait être président autonome.

Et dans le PP, ils craignent que le Cas primaire être le déclencheur d’une fuite dans Cs, comme un geste contre la corruption présumée. En mars, expire le délai pour présenter une nouvelle motion de censure aux Cortes, après quoi le chef du PSOE de Castilla y Len a poussé, sans succès, il y a huit mois, dans l’effet de dominance qui a conduit à la motion (également infructueuse) de Murcie.

Eh bien, le PP craint qu’à la deuxième tentative les comptes puissent sortir à Tudanca, avec « un trnsfuga » de Cs et les deux avocats des partis provincialistes de Vila et Len.

Motion de défiance

A Maueco ce qui arrive à Juanma Moreno en Andalousie, qui ne veut pas faire avancer les élections, à moins qu’il n’ait d’autre recours. « Si vous suivez le », le « bouton nucléaire est prêt ». Le risque qu’un autre avocat change de camp est ce qui décidera de cette décision.

En fait, le PSOE et Ciudadanos pourraient déjà lancer une nouvelle motion de censure, malgré le fait qu’il ne s’est pas écoulé un an depuis la dernière. Pourquoi Parce qu’un nouveau procureur socialiste est entré au Parlement de Valladolid, remplaçant le nouveau délégué du gouvernement en Castilla y Len. Et cet avocat pourrait signer une motion avec tous les citoyens. Ce dernier est rejeté, et de la formation Orange s’assurer que la coalition est solide et qu’il n’y aura pas de fuites.

Le vice-président et porte-parole de la Junta de Castilla y Len, Francisco Igéa (Citoyens), a fait appel ce jeudi de la « présomption d’innocence » des personnes accusées de financement illégal dans l’affaire du PP de Salamanque, mais a avancé pour demander la démission de l’également président du conseil de Salamanque, Javier Iglesias, au cas où un procès oral serait ouvert contre lui. À ce stade, en effet, le PP devrait également ouvrir un dossier de sanction, sur la base de ses statuts.

Lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil des gouverneurs, Igea a reconnu avoir parlé « personnellement » avec Fernndez Maueco pour transmettre « la même chose qu’il y a des mois et des années » sur le principe selon lequel « il n’y aura pas d’accusés occupant des postes de représentation politique ».

Igéa parlant

Selon rapporté Efe de Valladolid, Igea a déclaré que « ce n’est pas le bon moment » pour exiger des démissions dans cette affaire, mais ils attendront qu’un procès oral puisse être ouvert pour essayer d’appliquer les « exigences éthiques » engagées par les deux parties pour parvenir à des accords.

Avant la demande de démission que Tudanca a lancée, Igea a répondu que celui qui a été « condamné pour un crime électoral » à payer une amende au PP était le président du gouvernement, Pedro Sánchez, comme EL MUNDO l’a avancé mardi, et donc le PSOE vous ne pouvez pas donner de « leçons » dans ce cas.

Vous pourriez également aimer...