Le CGPJ prévient que limiter ses fonctions sans écouter le pouvoir judiciaire et l’Europe sape le principe de séparation des pouvoirs

Par 16 voix contre 5, le conseil d’administration des juges « regrette profondément que le Bureau du Congrès des députés ait ignoré » la demande formulée en décembre.

La Plénière du CGPJ réunie dans un fichier image.

La Plénière du CGPJ réunie dans un fichier image.
LE MONDE

  • Le Mentidero de las Salesas.

    Le conflit entre la magistrature et le gouvernement s’intensifie

Il Conseil général de la magistrature a demandé ce jeudi au Bureau du Congrès de reconsidérer sa position lorsqu’il s’agit de limiter les fonctions de cet organe – pour l’empêcher de procéder à des nominations alors que son mandat est prolongé – sans obtenir au préalable ses critères ou celui de l’Europe avant d’approuver cette modification légal.

Par 16 voix pour et 5 contre, la Plénière a approuvé un texte où « il se voit dans l’obligation de demander, dans le plus profond respect de l’autonomie parlementaire, le réexamen de l’accord du Bureau du Congrès des Députés de donner traitement urgent et sans entendre d’aucune sorte la modification d’un règlement qui affecte directement l’une des fonctions principales – l’éliminer lors de la situation de prolongation du mandat – que l’article 122 de la Constitution se réserve exclusivement pour garantir l’indépendance de juges et magistrats, car la décision n’a pas été adoptée la voie appropriée ou la plus respectueuse des exigences du principe de séparation des pouvoirs.  »

Le conseil d’administration des juges « regrette profondément » que le Bureau du Congrès des députés « ait ignoré la demande qu’il a adressée à travers l’accord adopté lors de sa séance plénière du 17 décembre 2020 afin que la proposition précitée être soumis aux rapports de ce Conseil, du Commission européenne pour la démocratie par le droit (Commission de Venise / Conseil de l’Europe) et entendre tous les agents concernés par la réforme proposée; en particulier, aux associations de juges et de procureurs, ainsi qu’à d’autres entités représentatives et institutions publiques dans le domaine de la justice », indique le document, auquel EL MUNDO a eu accès.

L’instance dirigeante des juges rappelle que l’audition des parties concernées par la modification législative fait partie des principes et exigences qui découlent du droit de l’Union européenne et inspirent l’action de la Conseil de l’Europe pour préserver l’indépendance judiciaire. << L'absence d'audience ignore non seulement le rôle du Conseil général de la magistrature en tant que garant de l'indépendance des juges et des magistrats, mais l'empêche également de se prononcer sur l'adéquation de la réforme proposée aux principes constitutionnels et aux normes européennes de tous L'Etat de droit, fondé sur le principe de la séparation des pouvoirs tel que défini dans le droit de l'Union européenne et dans les avis de la Commission de Venise ", indiquent les membres.

Envie à nouveau de renouveler

En outre, la Plénière exhorte à nouveau les forces politiques représentées dans les Cortes Generales à convenir dans les meilleurs délais de renouveler l’institution afin de lui assurer la stabilité. Le Conseil a vu son mandat prorogé depuis le 4 décembre 2018 en raison de l’absence d’accord entre le Gouvernement et le PP pour procéder à son renouvellement.

L’accord a été approuvé par les votes du président de la Cour suprême et du Conseil général de la magistrature, Charles Lesmes; et des voyelles Roser Bach, Jos Antonio Ballestero, Mar Cabrejas, ngeles Carmona, Victoria Cinto, Nuria Daz, Juan Manuel Fernndez, Rafael Fernndez Valverde, Vicente Guilarte, Enrique Lucas, Carmen Llombart, Jos Mara Macas, Juan Martnez Moya, Gerardo Martnez Tristn et Wenceslao Olea.

Les membres du secteur progressiste lvaro Cuesta, Clara Martnez de Careaga, Rafael Mozo, Concepcin Sez et Pilar Seplveda Ils ont voté contre l’accord et ont annoncé la formulation d’une opinion dissidente, estimant que le Conseil est « injuste » avec le Parlement.

Vous pourriez également aimer...