Le charabia territorial de Podemos : une réalité à laquelle Yolanda Daz ne peut plus échapper

L’Andalousie, dernier nid de frelons, y ajoute défaites électorales, scissions et absence de militantisme

Yolande D.
Yolanda Díaz accueille igo Errejn dans la prairie de San Isidro.EFE
  • Andalou L’erreur de Podemos laisse IU avec 100% des fonds électoraux de la coalition de gauche andalouse
  • politique La coalition de gauche andalouse s’excuse pour ses affaires intérieures et prend une photo de l’unité

la gauche dans Andalou Il a neuf semaines pour refaire un projet abîmé pratiquement dès sa conception en raison du dernier enchevêtrement territorial dans lequel Podemos est impliqué. Le parti est dans un moment de santé périphérique délicate après avoir mis sur les rails des échecs électoraux, des scissions, un manque de mobilisation et, maintenant, un fiasco historique en étant exclu de la coalition Por Andaluca après une erreur qui a conduit Yolanda Díaz à se désengager de la parti.alliance, bien qu’ayant parrainé le candidat, Inmaculada Nieto.

L’échec, admettent des sources de la coalition consultées, peut probablement être résolu grâce à l’incorporation des têtes de liste violets comme indépendant. Bien qu’il y ait plus d’options, ils mettent l’accent de l’intérieur sur l’une des parties impliquées afin de ne pas fermer la porte à une autre alternative. L’énigme -et la cause du différend ces derniers jours- est de savoir si Podemos, qui n’existe pas légalement dans cette alliance et en tant que formation n’apparaîtra que de manière statique, aura accès aux ressources économiques reçues par les partis qui obtiennent une représentation parlementaire. C’est un extrême qu’aucune formation n’est claire qui puisse être atteinte, bien que tous expriment qu’ils travaillent pour y parvenir.

Ce qui se passe en Andalousie est une métaphore qui retrace parfaitement la situation de Podemos dans la périphérie nationale : un groupe de nids de frelons dont Yolanda Díaz est obligée d’hériter mais qui a bien du mal à s’insérer dans ses projets politiques. En 2022, en effet, trois délégations mauves ont connu des tremblements de terre internes de toutes sortes qui ont plus ou moins affecté l’avenir du futur large front du deuxième vice-président du gouvernement.

Fin mars, le député canarien Méri Pita il a été transféré au groupe mixte du Congrès après avoir dénoncé la sclérose organisationnelle de la direction du parti. Elle était épaulée par 11 agents publics de la formation en Les îles Canaries, un mouvement qui a ouvert le canal à Podemos dans l’archipel, une branche perturbée depuis des mois après le départ d’Alberto Rodríguez lors de sa condamnation par la Cour suprême. Les deux sièges restent vacants, ce qui est un problème pour la stabilité parlementaire du gouvernement de coalition.

Quelques semaines auparavant, il l’avait obtenu de réussite. Là, Podemos a pris la décision d’expulser de ses rangs son seul représentant parlementaire autonome et ministre de l’Égalité, Rachel Romero, pour ne pas avoir reversé une partie de son salaire au parti. Cinq membres de son entourage sont partis avec elle, avec le soupçon qu’avec le temps, ils se rapprocheraient tous du projet de Yolanda Díaz dans cette région.

Les violets ils n’excluent pas non plus cette hypothèse pour justifier la manœuvre de Pita et d’autres positions dans les îles Canaries, ainsi que la scission de Daniel Ripa et de son groupe de critiques en Asturies -ils ont dénoncé en décembre que la direction du parti était intervenue dans les primaires régionales pour que le candidat du parti gagne, Canapé Castan- ou la rupture de Podem à Valence, qui a saigné à mort en septembre avec le départ de onze postes de direction après avoir critiqué que le projet violet sur ce territoire n’avait pas de sens.

Justement, le deuxième vice-président du gouvernement n’a pas participé à la dernière campagne organisée, celle de Castille et León, et Podemos y a subi le dernier de ses revers électoraux : il a obtenu un procureur unique après avoir perdu une voix sur trois par rapport à 2019 et neuf sièges depuis 2015.

La deuxième vice-présidente a évité de s’impliquer dans le 13-F et dans Podemos, ils croient déjà qu’elle est la seule figure capable de surmonter une tendance électorale en déclin depuis 2015 qui a son épicentre dans les communautés autonomes, comme cela a été vérifié dans les dernières étapes aux urnes.

Dans Galice, Podemos a disparu de la Chambre régionale et dans le pays Basque est tombé à la moitié du nombre de représentants en 2020. Ce n’est qu’en Catalogne il reste une force remarquablement proéminente, bien que sous une marque différente, celle des Communes.

Le totem d’En comme nous pouvons c’est justement une partie importante de l’assemblage de la nouvelle proposition de Daz. Ada Colau, avec Mónica Oltra et Mónica García, a joué avec le vice-président dans l’événement Other Policies in Valence à la fin de l’année dernière. Il était considéré comme le signal de départ du large front et le groupe sur lequel Daz s’appuyait pour structurer son plan au niveau national sans s’appuyer lourdement sur Podemos.

Mais beaucoup de choses ont changé depuis : Oltra est sur le point d’être inculpée et pourrait même quitter le Conseil valencien ; une ombre, celle de l’enquête, qui a aussi persécuté Colau. Et García a précisé cette semaine qu’il n’avait pas la moindre intention de reproduire le modèle andalou à Madrid. Pour toutes ces raisons, Díaz dépend de Podemos en ce moment plus qu’il ne s’y attendait.

Cette dernière réflexion a été esquissée cette semaine par Pablo Iglesias lui-même, qui a qualifié de honte ce qui s’est passé en Andalousie et reproché à Daz de s’être retiré du projet après avoir désigné la tête de liste.

La relation entre les deux s’est détériorée et les critiques de l’ancien dirigeant violet vers le deuxième vice-président se sont multipliées ces dernières semaines. Cependant, à partir du ministère du Travail Ils minimisent leurs paroles et reconnaissent qu’ils n’écoutent pas toutes les déclarations faites par Iglesias.

Pour sa part, de Podemos, ils soulignent que l’ancien vice-président ne parle au nom de personne d’autre et contredit Díaz : l’Andalousie est le premier large front disponible pour la vice-présidente qui, malgré le fait qu’elle n’a pas encore confirmé lequel sera soit leur degré de participation à la campagne électorale, depuis les rangs violet ils tiennent pour acquis qu’il sera impliqué plus que dans le différend sur Castilla y León. Bien sûr, régler les sources consultées.

Vous pourriez également aimer...