Le complot de Gao Ping « Rendre la « justice » avec ses règles : ses mains et ses pieds seront arrachés »

Le parquet inculpe 107 personnes et demande d’infliger des amendes à l’homme d’affaires chinois d’une valeur de plus de 77 millions d’euros

L'homme d'affaires chinois Gao Ping, en 2012.
L’homme d’affaires chinois Gao Ping, en 2012.JAVIER BARBANCHO

Parmi les 107 impliqués dans « l’opération Empereur », certains étaient chargés de garantir avec violence que le complot continuait de fonctionner. C’est ce qu’indique l’acte d’accusation transmis ce mercredi par le procureur anticorruption à la Cour nationale, qui précise qu’il a été directement Gao ping, chef du complot mafieux chinois, celui qui a ordonné quand recourir à la violence ou à l’intimidation.

« Il a été vérifié que Gao Ping était chargé de rendre lui-même la justice, selon ses propres règles, caractéristique d’une organisation criminelle », précise le procureur. Gao Ping a décidé et délégué l’exécution à des subordonnés de confiance, en particulier les accusés Haibo Li Oui Jianjun Bao, alias Katong.

Un exemple en a eu lieu en mai 2012, quelques mois avant que la Police ne démantèle le réseau. Le petit ami d’une employée de Gao Ping a profité du fait qu’elle était en charge des encaissements d’une des sociétés et de l’acheminement de l’argent liquide dans les bureaux de la zone industrielle de Cobo Calleja de Fuenlabrada pour détourner 120 000 euros.

Mais le gâteau a été découvert. « L’accusé Gao Ping a ordonné que les parents soient appelés [de la chica] avec le message que si sa fille ne rend pas l’argent, les mains et les pieds de son mari seront arrachés », explique le procureur. Le message a été transmis par deux des prévenus, qui ont également retenu la fille contre elle pendant « plusieurs jours ».  » jusqu’à ce que le paiement soit garanti.

Ce même juillet, lorsque la jeune fille a été détenue, Gao Ping « a donné des instructions directes » à deux de ses hommes de main « de battre la personne qui avait battu sa sœur ».

Détention illégale et menaces

Il ne s’agit pas de deux épisodes isolés, mais le recours à la violence est structurel. « Pour obtenir un avantage économique, l’organisation enquêtée a utilisé la force physique ou la violence pour protéger l’argent qu’elle obtient en Espagne ainsi que pour sécuriser l’argent qu’elle envoie en Chine », a déclaré le procureur de la République.

Parmi les 13 crimes pour lesquels le procureur accuse Gao Ping figurent la détention illégale et les menaces. L’accusation la plus grave, vieille de huit ans, est celle d’avoir dirigé une organisation criminelle. « Gao Ping est le chef de l’organisation criminelle enquêtée, détenant le contrôle du réseau de l’entreprise et de ses employés », a déclaré le procureur de la République. Jos Grinda Oui Juan José Rosa dans les 300 pages du mémoire d’accusation.

En ajoutant d’autres délits de blanchiment d’argent, de pots-de-vin, de falsification de documents et une demi-douzaine de fraude fiscale, Gao Ping accumule une pétition de 47 ans et trois mois de prison. A cela s’ajoutent des amendes d’un montant de 77 millions et demi d’euros.

Le procureur accuse au total 107 personnes pour un réseau criminel présumé dans lequel convergent plusieurs complots aux tâches différenciées. L’activité principale recherchait un profit illicite en important des marchandises déclarées bien en dessous de leur prix ou en quantité moindre et pour lesquelles la TVA n’était pas acquittée.

Une camionnette avec des millions cachés

Les bénéfices ainsi obtenus devraient alors être blanchis, tâche qui était effectuée par une autre succursale. Ils sortaient généralement l’argent d’Espagne. Chaque mois, une camionnette était préparée avec des produits textiles qui quittaient l’Espagne avec entre quatre et cinq millions d’euros cachés. Les calculs anticorruption indiquent que le complot a généré un million de cash noir chaque semaine. De multiples transferts ont été effectués vers la Chine depuis le pays d’arrivée.

Un système utilisé pour le blanchiment était la « compensation ». Le réseau a traqué de riches Espagnols avec des comptes opaques à l’étranger qui avaient besoin de liquidités. Les fonds leur ont été remis en espèces et ils ont transféré ce montant du compte étranger à un autre en Chine. L’argent n’est jamais entré ou sorti d’Espagne.

Vous pourriez également aimer...