Le Congrès approuve l’usage médical du cannabis et appelle à son utilisation pour atténuer les effets de la chimiothérapie

La mise en œuvre dépendra du ministère de la Santé, mais l’engagement est de respecter les directives convenues dans ce rapport.

Feu vert à l’usage thérapeutique du cannabisLE MONDE

Le Congrès a franchi ce mardi un pas décisif pour promouvoir pour la première fois en Espagne l’usage médical du cannabis pour traiter la douleur et les symptômes de nombreux patients. Une majorité de groupes ont approuvé un rapport dans lequel le gouvernement est invité à le réglementer et où il définit les lignes directrices sur la façon dont il devrait fonctionner et quels patients sont éligibles pour ce type de traitement.

Ce consensus atteint au sein du sous-comité créé pour étudier ce dossier doit être entériné le 28 juin prochain lors de la commission de la santé. C’est alors que les « conclusions » et les « recommandations » du rapport acquièrent un caractère officiel et peuvent être transmises au gouvernement. Dès lors, et sans qu’il soit nécessaire de promouvoir de nouvelles lois, ce sera le ministère de la Santé celui qui marque les temps pour son application, une fois l’engagement des PSOE Oui Unis nous pouvons est de réglementer l’usage thérapeutique du cannabis dans les conditions convenues.

Le rapport établit quels sont les patients qui pourraient être traités avec des produits dérivés du cannabis. Elle concernerait les cas de « sclérose en plaques, certaines formes d’épilepsie, les nausées et vomissements dérivés de la chimiothérapie, l’endométriose, les douleurs cancéreuses et les douleurs chroniques non cancéreuses (dont les douleurs neuropathiques), et pourra être étendue à d’autres indications thérapeutiques lorsque les études en apporteront la preuve ». cohérent. »

L’inclusion de l’usage médical du cannabis pour traiter les effets de la chimiothérapie, de la douleur cancéreuse et de l’endométriose est l’une des principales nouveautés par rapport au texte de base promu par le PSOE et est une conséquence de la recherche d’un consensus avec d’autres groupes parlementaires.

L’autre grande nouveauté est que la délivrance des traitements ne sera pas réservée aux pharmacies hospitalières, mais la porte est plutôt ouverte pour qu’ils soient également disponibles dans les pharmacies de ville « qui peuvent répondre aux besoins ». Cela a été une autre des batailles au sein du sous-comité.

L’accès au traitement avec des produits dérivés du cannabis est soumis à un contrôle strict. Sa prescription ne peut être faite « exclusivement » que par des professionnels de santé « dans un contexte exempt de conflits d’intérêts potentiels, tel que celui proposé par les services de santé ». Contrairement à la proposition initiale, il n’est plus exigé qu’ils soient médecins du Système National de Santé. La porte est donc ouverte aux médecins privés.

En tout état de cause, il est recommandé que la prescription soit réalisée « de préférence » par des médecins « spécialistes » et compétents dans les domaines concernés. Pour eux, en plus, une formation sur l’usage thérapeutique du cannabis est proposée.

Les traitements avec des extraits ou préparations de cannabis standardisés peuvent être sous forme d’huiles, inhalées ou pharmacologiques et doivent avoir une durée « définie et contrôlable ». En fonction des résultats, précise le rapport, les spécialistes peuvent miser sur le maintien du traitement s’ils le jugent opportun. Tous les patients traités seront enregistrés dans un « registre centralisé »,

Les formules magistrales à utiliser doivent être avalisées et contrôlées par le Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS). Être coordonné avec les communautés autonomes pour l’inspection et le contrôle.

Ce rapport a eu le vote en faveur du PSOE, United We Can, Citizens, PNV et PDeCAT, tandis que PP et Vox ont voté contre. EH Bildu et ERC se sont abstenus.

Porte fermée à l’usage ludique

Bien que le sous-comité du Congrès se soit concentré sur l’usage médical, l’aspiration de certaines parties était de promouvoir également l’usage récréatif du cannabis. Une légalisation totale de sa consommation. Cette porte reste fermée malgré le fait que des tentatives ont été faites pour commencer à s’engager à créer un autre sous-comité pour étudier cette possibilité.

En fait, le rapport approuvé avertit qu' »il faut éviter » que la disponibilité du cannabis à des fins thérapeutiques puisse conduire à une plus grande disponibilité et consommation en dehors du contexte sanitaire. Ainsi, il est souligné qu’il est « absolument nécessaire » d’éviter que la population ne « confonde » l’approbation de l’usage médical avec « une invocation générique de l’usage général » du cannabis à des fins récréatives.

Le rapport approuvé est le résultat de huit mois de travail au cours desquels les groupes parlementaires ont analysé les expériences d’autres pays et ont écouté les opinions des scientifiques et des experts dans le domaine.

L’usage médical est une étape que d’autres pays de l’environnement comme l’Allemagne, le Portugal ou l’Italie ont déjà franchie, en plus d’être testée expérimentalement en France, et bénéficie d’un large soutien de la part des Espagnols, puisque lorsque la CEI a demandé le chiffre, le soutien était de 89 %.

Des sources socialistes ont expliqué la semaine dernière à ce journal que l’Espagne franchissait « une étape importante » qui n’a rien à voir avec une « question idéologique » mais plutôt « conçue pour donner une meilleure qualité de vie aux patients pour qui les médicaments actuels ne sont pas le donner. »

Par ailleurs, il a été souligné que le rapport pivote sur quatre axes : la prescription médicale, la sécurité sanitaire, que ce qui est délivré bénéficie de la sécurité juridique et que le contrôle relève de l’Agence du médicament. Ils sont, à leur tour, les raisons pour lesquelles toute possibilité d’auto-culture ou d’auto-prescription est rejetée. Tout passera par les médecins.

Vous pourriez également aimer...