Le Conseil de garantie entérine l’utilisation « exceptionnelle » des fonds publics pour couvrir les garanties de la Cour des comptes

Recommande de modifier le libellé du décret de la Generalitat pour soutenir la participation de l’ICF en tant que garant des dirigeants séparatistes

Conseiller Gir
Le conseiller Gir s’entretient avec le président Aragons.EFE

Le Conseil des garanties statutaires a entériné le décret de la Generalitat par lequel il a créé le fonds de 10 millions pour couvrir à travers l’Institut catalan des finances (ICF) les obligations des dirigeants indépendantistes accusés de détournement de fonds. Cependant, il prévient que ce mécanisme doit être exceptionnel et très limité dans le temps et recommande de modifier le libellé de la norme pour étayer l’implication de laICF dans la manœuvre du gouvernement.

Après avoir reçu l’approbation de l’agence-adopté à l’unanimité-, le Parlement validera cet après-midi le décret de la Generalitat et, comme on pouvait s’y attendre, avec les votes en faveur du mouvement indépendantiste et l’abstention du PSC et du commun, qui avaient avancé qu’ils ne s’opposeraient pas à la ruse du gouvernement si l’organe consultatif considérait qu’elle était conforme au Statut et à la Constitution, comme cela s’est finalement produit.

Le Conseil de garantie considère qu’il est raisonnable et légitime que le droit des fonctionnaires à bénéficier de la protection de l’Administration dans l’exercice de leur fonction s’étende également aux hauts fonctionnaires et aux élus et que les personnes mises en cause par la Cour des comptes bénéficient de cette maxime.

L’organisme accepte l’argument avancé par le gouvernement catalan lorsqu’il considère que le fonds de la Generalitat peut avoir une multiplicité d’applications et non seulement s’adresser à ceux qui sont accusés de promouvoir la cause de l’indépendance à l’étranger avec l’argent public. Sans aucune précision personnelle ou temporaire, il inclut dans son champ d’application les personnes qui ont ou ont eu le statut de personnel de la Generalitat ou des membres du Gouvernement pour des actes dans l’exercice de leur fonction pouvant nécessiter la protection du fonds pour faire face obligations de responsabilité civile, patrimoniale ou comptable, invoque dans l’avis.

Adossé à un corps maintes fois désodorisé par le sécessionnisme pendant la procs Pour poursuivre son projet de rupture, il saisit le Gouvernement présidé par Père Aragons cristalliser au siège du Parlement une ruse qui, en parallèle, fait l’objet d’une enquête par Fiscala, après une plainte déposée par Ciudadanos.

Le leader de la formation constitutionnelle en Catalogne, Carlos Carrizosa, a annoncé en ce sens qu’ils précipiteraient le processus judiciaire avec la conviction qu’ils concluraient que le mécanisme conçu par la Generalitat est tergiversé, détourné et, en somme, criminel. Un vol est un crime et les tribunaux doivent le dire, a tranché Carrizosa, qui a souligné qu’aucune entité financière privée ne voulait couvrir le fonds de la Generalitat.

C’est un mécanisme pour rétablir l’espace de liberté, pour faire de la politique en Catalogne sans la peur et l’angoisse vécues ces derniers temps, s’est défendu le ministre de l’Économie, Jaume Gir, en se cachant derrière la constitutionnalité avérée de son plan.

Vous pourriez également aimer...