Le Conseil électoral exclut Vox et Podemos des débats électoraux en Castille-et-León

Élections Castille et León 2022

Les deux formations sont exclues car elles n’avaient pas de groupe parlementaire aux Cortes lors de la législature récemment achevée

Pilar González
Pilar González, Sixto Martínez et Pablo Fernández.EFE

Le Conseil électoral de Castilla y León a confirmé ce vendredi l’exclusion de Vox et United We Can des débats officiels de la campagne électorale qui se tiendront les 31 janvier et 9 février avec la seule présence du PP, du PSOE et de Ciudadanos.

L’argument est que la loi électorale de la région réglemente la tenue des débats électoraux en « termes clairs » et qu’elle indique que les partis qui ont eu leur propre groupe parlementaire aux Cortes lors de la législature récemment achevée participeront. Ce n’est pas le cas de Podemos ou de Vox, qui n’avaient qu’un seul procureur et faisaient partie du Groupe Mixte.

Le Conseil électoral a statué sur cette question à la suite d’un recours déposé par le parti de Santiago Abascal, mais il a eu le même résultat défavorable qu’Izquierda Unida avait déjà obtenu lorsqu’il avait tenté d’être inclus dans le débat lors des élections de 2019.

Cette résolution du Conseil électoral désarme la prétention du PP d’ajouter d’autres partis à ces débats électoraux pour éviter que les nominations télévisées ne deviennent un piège pour Alfonso Fernndez Maueco, étant donné que le PSOE et Ciudadanos vont adopter une attitude très belliqueuse contre le président du le tableau.

Le PP voulait non seulement inclure Podemos ou Vox, mais aussi Union populaire de Léon (UPL) ou par village et il avait fait appel à la « volonté de tous » pour faire une interprétation généreuse de la loi électorale.

Le sort du PP

Voyant cette manœuvre, le PSOE et Ciudadanos s’étaient positionnés totalement contre elle. Sources des oranges Ils ont assuré que ces deux débats n’allaient pas se toucher, et ils ont mis au défi le PP de proposer un troisième rendez-vous si leur souhait était d’inclure plus de partis. Une option qu’ils n’ont eu aucun problème à accepter. De la même manière, le PSOE a rejeté toute possibilité de transformer le débat en « méli-mélo » afin que sa voix soit diluée. Parce que plus de participants, plus de quarts de travail et moins de temps pour intervenir.

Pour le PP, la présence de Ciudadanos est particulièrement délicate en raison des difficultés dans lesquelles le candidat pourrait mettre Maueco Orange, François Igea, qui jusqu’en décembre était un partenaire gouvernemental et vice-président de la junte et qui, après la rupture, mène une campagne hostile contre la figure du président par intérim de Castilla y León.

Igea a condamné Maueco et a assuré que Ciudadanos ne le ferait en aucun cas à nouveau président avec leurs votes. « Je peux garantir deux choses : ça et que nous sommes tous mortels », a-t-il souligné ce vendredi avec force. « Je parle le vieux castillan : jamais jamais », a-t-il condamné.

Porte ouverte à plus de débats

L’un des arguments du directeur de campagne du PP, Ral de la Hoz, appeler à augmenter le nombre de candidats était précisément la situation du parti d’Igea, affirmant qu’il s’agissait d’une formation « au bord de l’extinction ». Dans les déclarations recueillies par Éph, a souligné que d’autres partis « qui sont aujourd’hui plus importants que Ciudadanos mais qui n’ont pas leur propre groupe parlementaire » étaient laissés de côté.

Le Conseil électoral laisse la porte complètement ouverte à davantage de débats avec tous les partis.  » Dire que dans cet accord aucune déclaration n’est faite sur la participation du parti politique Vox à d’autres débats différents de celui auquel nous avons fait référence précédemment « , dit-il dans la résolution de l’appel soulevé par ceux d’Abascal.

Vous pourriez également aimer...