Le conseil municipal de Salobrea défend que l’enregistrement de Macarena Olona dans la maison d’un leader grenadin de Vox est légal

La gauche andalouse a attaqué ce vendredi contre la candidate de Vox, Macarena Olona, ​​​​pour avoir prétendu qu’elle réside dans la municipalité de Grenade de saumâtre s’inscrire et ainsi pouvoir se présenter aux élections en Andalousie.

Macarena Olona s’est officiellement enregistrée au domicile d’un leader de Vox à Salobrea en novembre dernier, comme l’a révélé ce vendredi le Être en chaîne et a confirmé LE MONDE à travers le mairie. Vivre en Andalousie est une condition essentielle pour se présenter aux élections régionales et, bien qu’Olona soit députée nationale de Grenade, rien ne prouve qu’elle ait jamais vécu dans cette communauté autonome.

Ce n’est pas la première fois qu’un homme politique change de résidence pour justifier sa candidature à une province à laquelle il n’appartient pas. En fait, Olona elle-même était candidate à Grenade aux élections générales de 2019, bien qu’elle vive à Madrid et je suis né en Alicante. Mais cette circonstance n’a pas affecté sa candidature à l’époque.

Dans ce cas, la situation est tout à fait différente car le Loi électorale andalouse s exige que vous soyez inscrit dans la communauté autonome. Et pour vous inscrire dans une commune, vous devez prouver d’une manière ou d’une autre que vous y habitez.

Comme l’a expliqué le maire de Salobrea à EL MUNDO, le parti socialiste Marie Eugénie Rufino, l’inscription d’Olona répond aux exigences administratives, puisque c’est le propriétaire de la maison qui atteste par sa signature que le député réside dans sa maison. Dans ce cas, la Mairie n’a pas besoin de procéder à d’autres vérifications et la déclaration du propriétaire de la maison est considérée comme valable.

« Le service d’enregistrement de ce conseil municipal a suivi la procédure administrative établie par la loi, qui nécessite l’autorisation expresse du propriétaire du logement et la signature de la personne intéressée, comme indiqué dans la demande, il n’y a donc pas eu d’irrégularités.

Comme le maire l’a confirmé à ce journal, le propriétaire de la maison est le conseiller Vox de cette municipalité Manuel Martinqui est allé avec Olona au mois de novembre pour effectuer les formalités administratives pertinentes.

« L’enregistrement n’est pas seulement un droit, mais c’est une obligation. Par conséquent, mis à part le jugement de valeur que l’on peut porter sur l’exemple que les fonctionnaires devraient donner de l’utilisation instrumentale de celui-ci, le reste dépasse les pouvoirs de cette mairie. En tout cas, c’est le Commission électorale centrale qui pourrait agir d’office si elle le juge opportun », affirme le maire dans une note diffusée ultérieurement aux médias.

Les inscriptions frauduleuses sont poursuivies lorsqu’il y a plainte ou que l’administration doute d’une manière ou d’une autre qu’elles répondent à une réalité. Il leur est donné, à l’occasion, d’accéder à une aide ou à un droit, comme l’inscription dans une école, étant donné que l’Andalousie donne la priorité aux familles qui vivent dans la zone de l’école ou de l’institut dans lequel une place est demandée.

Dans ce cas, c’est le Conseiller d’éducation qui, en cas de plainte préalable ou de suspicion de fraude, peut exiger la police locale pour savoir si l’étudiant et sa famille habitent vraiment là où ils ont déclaré.

« Comme une fille »

De son côté, Olona a refusé ce vendredi de donner des détails sur son inscription malgré les questions insistantes de plusieurs journalistes lors de sa visite au Foire de Jerez. Là, elle s’est bornée à dire que Grenade l’avait accueillie il y a trois ans « comme une fille ». La députée a également déclaré que l’Andalousie était pour elle « un objectif », et une « étape intermédiaire ou instrumentale » dans sa carrière politique.

« Légalité douteuse »

La gauche, pour sa part, y voit des signes clairs de fraude. Le candidat socialiste, Juan Espadas, a défiguré ce vendredi en tête de liste Vox qu’il assiste au rendez-vous électoral du 19J dans des « circonstances de légalité douteuse ».

Swords a exigé qu’Olona explique « pourquoi il saute les règlements » alors qu’il « connaît parfaitement le système judiciaire ».

Le chef des socialistes andalous a critiqué le fait que la candidate Vox, qui « se vante d’être andalouse mais n’est ni née ni ne vit en Andalousie de sa propre décision », « force » la loi et « viole ce que signifie s’inscrire pour pouvoir se présenter aux élections », ce qui signifie vivre dans cette municipalité « pendant au moins la majeure partie d’une année civile ».

De son côté, la candidate d’Adelante Andaluca, Teresa Rodríguez, a critiqué le « manque de respect, encore un autre, de Vox à Andaluca », qu’elle a pointé du doigt pour s’être enregistré « frauduleusement » au domicile du président de Vox à Grenade.

Rodríguez a accusé Vox d' »incohérence » car « il répand la haine contre les étrangers en disant qu’ils s’inscrivent ici pour profiter de l’aide et de notre système de protection sociale et de notre démocratie, alors qu’ils font la même chose pour se présenter aux élections ». Élections andalouses« .

Le candidat à Par l’Andalousie, petit-fils immaculéqui a comparé la polémique autour de l’enregistrement d’Olona avec celle qui en son temps suscita une action similaire de Javier Marotto (PP).

Nieto estime que Vox considère l’origine de sa candidate comme si c’était « un jeu », même si elle « n’a rien à voir avec l’Andalousie ou ne connaît pas ses problèmes ». « Ce qui est inquiétant chez Vox, ce ne sont pas ces débordements, qui sont par contre très fréquents chez eux, mais leurs politiques, leur agenda économique et leur agressivité envers tout ce qu’ils n’aiment pas, qui sont beaucoup de choses », car ils sont  » des gens très spéciaux. »

En revanche, les dirigeants andalous du PP et de Ciudadanos ont préféré ignorer la polémique. Juan Marn a exprimé son indifférence à l’égard de la question : « Je me fiche de la province par laquelle je passe. Même si Boule d’Edmondporte-parole du parti libéral au Congrès, a qualifié la situation d’Olona de « fraude électorale » pour avoir recherché une « résidence fictive ».

Vous pourriez également aimer...