Le Conseil scolaire de l’État exhorte le gouvernement à « donner la priorité » aux centres d’EFP publics par rapport aux centres subventionnés

Les employeurs et les enseignants craignent que la même suffocation qu’avec la loi Celaá ne se reproduise sur le modèle subventionné

Ministre Pilar Alegría, entre le président du Conseil, Encarna Cuenca, et le secrétaire d'État, Alejandro Tiana.
Ministre Pilar Alegría, entre le président du Conseil, Encarna Cuenca, et le secrétaire d’État, Alejandro Tiana.
  • Éducation La réforme de l’EFP cherche à promouvoir que les garçons soient hygiéniques et les filles, les mécaniciens
  • Éducation Les entreprises enseigneront jusqu’à 40% du nouveau programme et évalueront les étudiants du nouvel EFP d’Isabel Celaá

le Conseil de l’école d’État a approuvé ce jeudi un rapport sur l’avant-projet de loi PF dans lequel il exhorte le gouvernement de « prioriser le réseau public » sur le concerté. Les représentants de ces centres soutenus par des fonds publics sont inquiets car ils pensent que ce qui s’est passé avec la loi Celaá pourrait se répéter, ce qui a imposé des limites à ce modèle.

Les avis du CEE ne sont pas contraignants, mais l’Exécutif tient généralement compte de ce que dit son organe consultatif le plus élevé en matière d’éducation, surtout si « le dialogue et la collaboration sont des outils essentiels pour consolider le nouveau modèle d’EFP », comme l’a exprimé le nouveau ministre de Education, Pilar Alegría, pendant la Plein du Conseil d’école.

Le rapport est sorti par 71 voix pour, cinq contre et trois abstentions, mais le texte a également intégré bon nombre des 562 amendements présentés par le secteur. Parmi eux figure l’un des UGT, 168, qui précise que le CCAA sera chargé de programmer une offre de formation qui « doit prioriser le réseau public des centres de FEP ». Un autre amendement du CCOO, le 176, qui parle de « garantir une offre publique suffisante en personne et à distance », mais ne dit rien de l’offre concertée.

« Ils plaident pour un EFP éminemment public et ils vont essayer par tous les moyens de créer des lieux publics. Ils veulent nous tuer », prévient-il Santiago García, secrétaire général de la Confédération espagnole des centres d’enseignement (Cece). Il soutient que « la loi, telle qu’elle a été rédigée, est assez bonne en termes d’équilibre entre les deux réseaux », mais il est à craindre que le ministère de l’Éducation modifie le projet pour plaire aux syndicats, ainsi qu’à United We Can. et ERC, qu’ils défendent auprès du public. Il existe actuellement un 67% de centres publics, un 18% de concerté et un quinze% de privé dans le FP.

Carlos López Cortiñas, de l’UGT, souligne que « l’enseignement concerté ne disparaît pas » car il est également prévu dans la loi, bien qu’il défende que, avant tout, « les administrations éducatives doivent garantir un réseau d’EFP public ».

Dolorès Santillana, Secrétaire à l’Emploi et à la Qualification Professionnelle de CCOOIl ne pense pas non plus que les amendements incorporés dans l’avis impliquent l’exclusion de celui convenu. « Il faudra qu’il y ait de la complémentarité, mais nous voulons que le réseau public s’étende », dit-il. Son syndicat estime qu' »il existe un déficit structurel de places publiques qui doit être corrigé avec la mise en œuvre de la loi ».

CSIF C’est un autre syndicat qui a réussi à faire comprendre au rapport de la présentation que les Communautés autonomes « doivent articuler et maintenir un réseau stable de centres publics capables de s’occuper de la programmation ». « La base doit être publique, car un centre subventionné ne va pas aller dans un territoire rural. C’est pourquoi nous demandons que le public soit priorisé et qu’il soit garanti qu’il y ait un minimum de centres publics », dit-il. Mario Gutierrez, votre responsable pédagogique.

Les syndicats considèrent que les employeurs « sont beaucoup intervenus » dans la rédaction du projet et cherchent à arrêter leurs pieds. Tout sauf FSIE, également préoccupée « par la continuité et l’élargissement de l’offre d’EFP dans les centres subventionnés », qui met en danger leurs enseignants.

Les membres de la communauté éducative présents à la session plénière ont confié qu’avec Alegría, il y aurait « plus de dialogue » que celui qui a existé avec Isabel Celaá.

Vous pourriez également aimer...