Le couple de «  voyeurs  » de Malaga qui a caché des caméras dans des assainisseurs d’air: 71000 vidéos de femmes

Ils ont saisi 27 caméras activées par le mouvement, 84 dispositifs de dissimulation et des enregistrements sexuels

Un agent de la police

Un policier montre à l’un des assainisseurs d’air où se trouvaient les caméras.
LE MONDE

Une erreur dans le placement de l’une des caméras a permis de capturer une partie de son uniforme. Un vêtement très caractéristique qui a été le point de départ qui a permis aux chercheurs de reconstruire plus facilement leurs pas. Comment il a traversé le centre commercial jusqu’à ce qu’il rencontre son complice et quitte le bâtiment en route vers un véhicule dont la plaque d’immatriculation met fin à leur identité.

Puis les arrestations et quelques perquisitions à domicile qui ont montré la véritable ampleur de l’affaire: plus de 71000 fichiers avec des images de victimes, 27 caméras enregistrement activé par des capteurs de mouvement, 21 piles et un total de 84 dispositifs de dissimulation pour les faire passer pour des assainisseurs d’air.

Voici un bref résumé des recherches qui nous ont permis de nous arrêter Malaga à quelques voyeurs qui a installé des systèmes d’enregistrement dans les salles de bain pour obtenir des vidéos de femmes nues.

Enregistrements dont la destination finale serait leur commercialisation sur des sites Web et desquels ont émergé plusieurs lignes de travail policier en phase embryonnaire.

Le ‘modus operandi’

Des sources proches du dossier consultées par EL MUNDO ont expliqué que les enquêtes avaient débuté après la plainte déposée par les responsables d’un centre commercial de la capitale de Malaga qui avaient remarqué l’installation de leurs salles de bain par un grand nombre de désodorisants qui n’avaient pas été placés. par leur personnel, car ils n’étaient pas la marque habituelle avec laquelle ils travaillaient.

Les agents ont localisé cinq appareils et ont découvert que des circuits d’enregistrement étaient cachés à l’intérieur, consistant en une micro-caméra, une carte mémoire SD dans laquelle les images étaient stockées et un détecteur de mouvement qui activait l’enregistrement lorsque la femme – de tout âge – pénétrait dans le bains individuels, ce qui a considérablement augmenté la durée de vie de la batterie qui alimentait le système.

Les personnes arrêtées sont un homme de 44 ans et sa nièce de 31 ans, tous deux de nationalité espagnole et sans antécédents, dont les rôles étaient bien définis. Il était censé être en charge de mettre en place les circuits d’enregistrement et de les cacher dans les assainisseurs d’air, tandis qu’elle, profitant de sa condition féminine, allait dans les salles de bain et les plaçait sans attirer l’attention.

Image de l'emplacement
Image de l’emplacement des caméras.LE MONDE

Elles ne travaillaient que dans les toilettes des femmes, et maintenant il s’agit de déterminer quel était l’objectif final des images, bien que compte tenu des 71080 dossiers intervenus à l’heure actuelle -plus de systèmes de stockage restent à analyser-, bien que l’hypothèse principale soit qu’ils ont profité de sa diffusion.

Six sites localisés

Ce journal a appris qu’en plus de ce centre commercial, les chercheurs ont identifié cinq autres endroits où ils ont placé des caméras: trois établissements de restauration rapide et deux centres d’études. Au total, six scènes situées à différents endroits

Parmi les différentes inconnues que la police tente de résoudre, il y a la durée de son action, qui peut être estimée à partir de l’analyse des vidéos, et le nombre total de victimes. Sur cette dernière question, une étude superficielle du matériel abondant saisi révèle qu’il y en aura des centaines et des centaines.

Cette ligne d’enquête est ce qui a permis l’identification des personnes désormais arrêtées, puisque les agents ont découvert des images de la jeune femme sur l’une des cartes mémoire alors qu’elle plaçait l’une des caméras.

En eux, son uniforme de travail a été capturé, ce qui a permis – grâce aux caméras du système de sécurité – de reconstituer son voyage à travers les différentes galères de la grande zone et de capturer le moment où il a rencontré l’homme. L’identification complète des deux a été réalisée grâce à la plaque d’immatriculation du véhicule dans lequel ils sont partis et qui était à son nom, ont souligné des sources de toute solvabilité.

Vidéos de pornographie juvénile

Les 71 080 vidéos de femmes dans les toilettes publiques ont été localisées dans les fouilles effectuées au domicile des deux enquêtées. Ils ont été classés par catégories en fonction des caractéristiques physiques des victimes.

1187 vidéos ont également été localisées dans lesquelles le détenu est observé en train d’avoir des relations sexuelles avec diverses femmes, on ne sait pas, à ce jour, si elles ont été enregistrées avec leur autorisation.

Détail de l'emplacement
Détail de l’emplacement des caméras.LE MONDE

Parmi les nombreuses documentations graphiques intervenues, on trouve également 120 vidéos de pornographie juvénile et 2300 photographies de mineurs.

Le commissaire provincial de Malaga a indiqué que, sur la base des procédures suivies, le détenu s’était engagé à stocker des milliers de vidéos de femmes et de mineurs, avec l’intention présumée de les publier sur une page Internet et d’obtenir des avantages financiers.

L’enquête est toujours ouverte

L’enquête reste ouverte, dans l’attente de l’analyse de l’énorme quantité de dossiers intervenus au domicile des personnes enquêtées, qui seront menées par des policiers spécialisés en la matière.

De même, les efforts pour identifier et localiser d’éventuelles victimes se poursuivent. L’implication d’autres personnes dans les événements étudiés n’est pas exclue.

Vous pourriez également aimer...