Le fils d’un policier assassiné par l’ETA critique « l’indifférence » de Marlaska en présentant 228.000 signatures pour être considéré comme une victime

« J’espère éviter le spectacle embarrassant que les collègues de mon père assassiné ont à me réduire », avait déclaré Jos Miguel Cedillo dans une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur.

Jos
Jos Miguel Cedillo, devant le siège du ministère de l’Intérieur à MadridRodrigo JimnezEFE

Jos Miguel Cedillo, fils d’un policier assassiné par l’ETA le 14 septembre 1982, s’est présenté ce mardi aux portes du ministère de l’Intérieur avec les 228 000 signatures recueillies pour exiger que les orphelins obtiennent le statut de victime du terrorisme que « Même aujourd’hui, ils souffrent de séquelles. »

Dans ce qui, selon lui, était la « septième » et la « dernière fois » qu’il se rendait aux portes du ministère, Cedillo a déclaré aux journalistes que se sent « orphelin de père et d’état » en raison du « manque de protection » Dans lequel il se trouve.

Quelques minutes avant d’être soigné par le personnel du ministère, Cedillo a rappelé qu’il est aussi là pour les autres orphelins qui « ne peuvent pas faire leur vie normalement », et a réitéré le souhait que les institutions « font leur travail » et en contact « avec lui.

Concernant le rapprochement des prisonniers de l’ETA, le fils du policier assassiné a argué que cela « fait mal », mais a fait valoir que « derrière ces personnes, il y a des familles » et qu’il « n’est personne pour juger ces approches ».

Cedillo Il avait quatre ans lorsque son père, Antonio Cedillo Toscano, a été assassiné au sommet de la Perurena de Errenteria, un lieu où il est revenu en 2018, 36 ans après y avoir foulé une dernière fois, pour lui rendre hommage.

Jos Miguel Cedillo revendique « la dignité » et dénonce que le ministre s’est concentré sur « la résolution du rapprochement des prisonniers de l’ETA »

José Miguel Cedillo avait annoncé qu’il se rendrait au ministère de l’Intérieur sans rendez-vous, dans le but d’être reçu par le chef de zone, Fernando Grande-Marlaska, face à « l’indifférence » qu’il assure que le ministre nouvellement confirmé s’est manifesté à ses demandes depuis leur rencontre il y a trois ans.

A travers une lettre ouverte au ministre, recueillie par Europa Press, Jos Miguel Cedillo souligne que rompre « définitivement » avec Marlaska et avec le « dernier espoir de la solution tant de fois promis pour résoudre l’oubli et la négligence de ceux qui sont orphelins de ETA avec des séquelles accréditées et avec une impossibilité manifeste de pouvoir mener une vie normalisée ».

Cedillo, quoi demande la mise à jour de la loi de solidarité des victimes, indique qu’il y a trois ans, il a eu des contacts avec le ministre, laissant derrière lui le « mépris » des deux précédents titulaires de l’Intérieur qui l’ont précédé au pouvoir, les « populaires » Jorge Fernndez Daz et Juan Ignacio Zoido. Cependant, il prévient qu’au cours des trois années qui se sont écoulées depuis lors, Marlaska, « du confort d’avoir à gérer le terrorisme avec une ETA vaincu », s’est concentré sur « la résolution du rapprochement des prisonniers de l’ETA, une décision que je n’ai jamais connue. Il osa questionner, pensant à la douleur dont ses proches étaient soulagés.»

Pour sa part, Cedillo a compris l’appel du ministre comme « une opportunité de fermer fermement la douleur » et « l’espoir que la mise à jour de la loi sur la solidarité avec les victimes qui nous laisse de côté en raison d’une vision avare et avare serait réglée ». Cependant, considérez que trois ans plus tard les orphelins d’ETA « sont toujours les grands oubliés ». « Pour nous, il n’y a pas de solution, pas de perspective, pas d’espoir, pas d’avenir. Pendant ce temps, les terroristes condamnés ont vu leurs conditions s’améliorer », prévient-il.

Comme il le souligne, « au cours de ces trois années, il y a eu de nombreuses fois que je vous ai demandé une réunion pour pouvoir faire le suivi de ce qui a été promis, sur la façon de faire sentir aux orphelins de l’ETA le soutien de l’État, nous voir juste pris en charge car, mais ni vous ni ni son cabinet ni la Direction générale ne répondez ».

« Il y a trois ans, je lui ai demandé de ne pas me décevoir. Je ne lui parle plus d’espoir mais de dignité, de traiter dignement une veuve malade de l’ETA dans une situation très délicate. Je n’ai pas le choix. Ils ne me laissent pas le choix. Le mardi 13, je suis allé au Ministère avec ma banderole et j’ai franchi la porte, seul et sans rendez-vous pour l’attendre. J’espère que la Direction générale ou son cabinet feront ce qu’il faut pour éviter le spectacle embarrassant pour une victime, orpheline de l’ETA, que les collègues policiers de son père assassiné doivent me réduire. Il est temps de recevoir des explications, la patience est finie », conclut-il.

Vous pourriez également aimer...