Le gouvernement corrige le PSOE et juge la démarche de Bildu « insuffisante », tout en continuant à négocier avec lui

Il doit « passer des paroles aux actes », condamnant par exemple les « ongi etorri », car ils « revictimisent ceux qui ont subi le terrorisme »

Les ministres Pilar Llop, Isabel Rodr
Les ministres Pilar Llop, Isabel Rodríguez et Raquel Snchez, lors d’une conférence de presse.EFE
  • Une analyse Les faits qui démentent les propos d’Otegi : hommages aux membres de l’ETA, meurtres non élucidés et justification du terrorisme
  • Dix ans depuis la fin de l’ETA Le PSOE bénit Bildu après l’acte d’Arnaldo Otegi : c’est un parti « pour résoudre les problèmes des citoyens »

Le mouvement EH Bildu, reconnaissant pour la première fois depuis 10 ans la « douleur » des victimes de l’ETA, marque le dixième anniversaire de l’annonce de la cessation d’activité du gang terroriste. Le gouvernement a opté pour la tempérance, a pris le temps d’analyser l’approche et les propos de la gauche nationaliste, et aussi d’étudier les réactions au sein de l’échiquier politique et de la société.

Son bilan, réfléchi et calculé, est arrivé plus de 24 heures plus tard. La Moncloa décide de corriger le PSOE et d’être plus énergique. Il est qualifié de « pas insuffisant » et exige qu’ils « s’excusent pour la douleur » causée.

Voilà, l’exécutif défend les négociations et les accords avec Bildu au Congrès. Cette formation fait partie du bloc de gouvernance dont l’Exécutif a besoin des voix pour mener à bien ses mesures, comme les prochains Budgets. Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, a inclus la formation d’Arnaldo Otegi dans sa ronde de contacts pour sonder le soutien aux Comptes publics. Et ils n’apprécient pas de renoncer à leur soutien malgré l’exigence de plus de mesures de condamnation de Bildu.

Si l’Exécutif du PSOE, qui s’est réuni ce lundi en présence de Pedro Sanchez et de six ministres, a considéré « une étape importante, un tournant » la mention expresse de Bildu aux victimes de l’ETA, le Gouvernement après l’analyse sereine a opté pour se démarquer et a fait preuve de plus de force.

Face à la réflexion du PSOE, ils opposent qu’il s’agit d’un « pas insuffisant » et qu’en fait, la gauche nationaliste doit « passer des paroles aux actes », condamnant par exemple la ongi etorri, les actes d’hommage aux membres de l’ETA à leur sortie de prison. « Ils devraient les condamner car ce sont des actes qui revictimisent ceux qui ont subi le terrorisme », a déclaré Isabel Rodríguez, porte-parole de l’exécutif.

Le message est le même au PSOE et au Gouvernement en termes de défense de la possibilité de négocier et de conclure des accords avec Bildu, malgré cette critique d’avoir pris des mesures insuffisantes en matière de condamnation du terrorisme. Les cinq députés de Bildu sont décisifs pour que l’exécutif puisse approuver les budgets pour 2022. Avec cette formation, le gouvernement s’est déjà mis d’accord sur les comptes publics ou, même, un pacte a été signé pour abroger la réforme du travail, qui devait ensuite être rectifiée. par le PSOE devant la colère de la vice-présidente Nadia Calvio.

« Nous devons avoir un respect absolu pour toutes les représentations parlementaires, car le Congrès suppose l’extension de la représentation du citoyen », a défendu la porte-parole du gouvernement. « Il peut y avoir des divergences idéologiques mais nous devons respecter la volonté exprimée par le peuple espagnol et qu’il obtienne une représentation parlementaire. » Cette validation des pactes avec Bildu a déjà été exposée par Patxi Lpez, secrétaire de Mémoire Démocratique de l’Exécutif du PSOE et lehendakari Il y a 10 ans quand l’ETA a déposé les armes. Lui et Rodríguez ont fait valoir que s’ils doivent d’abord déposer les armes et parler, les règles du jeu parlementaire incluent tous les acteurs.

Vara : « C’est plus que d’habitude »

Mais la relation avec Bildu est une question qui supprime des secteurs du PSOE. Tout le monde dans le groupe n’est pas à l’aise avec la photo de gauche nationaliste. Le président de EstrémadureGuillermo Fernndez Vara, qui fait également partie de l’exécutif de Sanchez, est également favorable au fait que la déclaration de Bildu sur les victimes de l’ETA soit insuffisante. « C’est plus que ce qu’il dit toujours et moins que ce que nous aimerions entendre, bien sûr. Plus que ce qu’il disait et moins que ce que nous aimerions entendre », a-t-il souligné.

Pour le président d’Estrémadure, les paroles d’Otegi reconnaissant la « douleur » des victimes de l’ETA « signifie dans le monde nationaliste une évolution », mais « dans le reste du monde c’est trop court ».

Vous pourriez également aimer...