Le gouvernement courtise l’ERC et promet de ne pas « judiciariser » la politique et d’organiser une rencontre entre Sánchez et Aragons

L’exécutif central tente de remettre la table des négociations bilatérales à son début, face aux réticences et à la méfiance de l’ERC

Balle
Bolaos et Vilagr, dans la MoncloaJAVIER BARBANCHOMONDE

Dans une tentative de récupérer le soutien d’ERC pour le reste de la législature, car c’est un partenaire essentiel au Congrès avec ses 13 députés, le gouvernement a accepté la demande de la Generalitat d’offrir par écrit des « garanties » d’impunité pour l’indépendance mouvement , que les deux exécutifs définissent comme « éviter la judiciarisation de la politique en Catalogne », en plus de travailler sur un accord qui devrait être le cadre pour aborder ce dialogue. Ils cliquent sur le bouton de la boîte de démarrage de leur négociation et ils explorent la table de dialogue.

Lors de la réunion d’un peu plus de deux heures qui s’est tenue ce mercredi à La Moncloa, le ministre de la Présidence, Flix Bolaoset son homologue au gouvernement, Laura Vilagral’exécutif central a accepté de réaliser l’entretien entre Pedro Sánchez et le Père Argones que le catalan réclame depuis deux mois, après le déclenchement de la crise de Pegasus. A cause des écoutes téléphoniques par décision de justice que la CNI a opérées sur une dizaine de dirigeants indépendantistes.

Un rendez-vous entre les deux présidents qui n’a pas de date en raison de l’agenda national et international de Sánchez, mais que La Moncloa veut réaliser comme un geste. Mais ce sera la seule photo. Il n’y aura pas, du moins pour l’instant, de nouvel opus de la table de dialogue.

Certaines concessions que Bolaos a célébrées lors d’une conférence de presse comme le « début d’un nouveau temps de dialogue et d’accord », mais qui sont insuffisantes pour le nationalisme catalan selon les déclarations que Vilagr a faites devant les médias, pas à Moncloa , où l’interview a eu lieu, mais au siège de la Generalitat à Madrid.

L’émissaire du président Aragons a souligné que les relations institutionnelles restent « gelées », et le resteront, tant que le gouvernement central ne proposera pas de mesures écrites mettant fin à la « répression de l’Etat contre les Catalans ». On ne peut donc pas parler d’une reprise de leur alliance, même si l’atmosphère de la réunion était moins tendue que celle qui avait présidé à leur rencontre au Palau de la Generalitat, il y a deux mois, en raison de l’affaire Pegasus.

« Il n’y a aucune raison de parler de dégel, il faudra attendre les prochaines semaines. A ce moment il n’y a pas de conditions minimales pour retrouver la relation institutionnelle, la confiance et la table de dialogue, il y a l’affaire Pegasus, les manquements à la le gouvernement continue sur des engagements fermés, des grâces sont à l’étude devant la Cour suprême et il y a deux conseillers de la Generalitat qui doivent faire face à des procès qui pourraient se terminer par leur disqualification », a déclaré le chef de l’ERC, qui tout au long de leur rencontre avec Bolaos, il a montré un rictus sérieux et inamical.

Entre autres raisons, parce que les républicains continuent de recevoir des pressions de la part de leurs partenaires de JXCat et du CUP pour rompre immédiatement leur relation avec le gouvernement. « Cette réunion ne sert qu’à blanchir Sánchez », a déploré le secrétaire général de Junts, Jordi Turull.

Face à ces demandes d’indépendance de revenir sur la voie insurrectionnelle, Vilagr a défendu que le gouvernement essaie de trouver une « solution politique » au conflit, mais a déploré la faible exécution de l’investissement de l’État en Catalogne et a demandé au gouvernement d’utiliser comme une base pour appliquer les réformes exigées par le mouvement indépendantiste, le rapport du Conseil de l’Europe préparé par le Boris Celevićdans laquelle, entre autres mesures, il demande de mettre fin aux Euroordonnances, de modifier la Cour des comptes et le code pénal.

table de négociation

La table des négociations s’est déjà réunie deux fois, une fois à Madrid et une fois à Barcelone. Et, de fait, dans sa première édition, en février 2020, ce qui en constituait les bases était posé, recueilli dans un communiqué commun : la table se réunirait une fois par mois ; tous les six mois la table plénière se réunira pour faire le point sur les réunions ; les accords qui en sont issus ont été formulés « dans le cadre de la sécurité juridique »…

Et dans le deuxième volet, en septembre 2021, il a été établi que ce serait la table de concertation elle-même, les équipes de travail des deux gouvernements, qui en fixeraient la méthodologie et le calendrier. En fait, au cours de ces mois, l’exécutif a soutenu que le travail se poursuit entre les équipes.

Mais cet acte fondateur et ces bases, considèrent le Gouvernement et la Generalitat comme inutiles. C’est du moins ce qui ressort de la rencontre entre Bolaos et Vilagr. « Nous avons partagé la nécessité d’un accord-cadre pour faire avancer le dialogue à table. Le contenu est tout aussi important que la méthodologie de travail à table », a expliqué le ministre de la Présidence après la rencontre et la photographie. En conclusion, Bolaos a souligné « le plein respect de toutes les propositions », car « dans une démocratie toutes les idées sont possibles et respectables ».

Vous pourriez également aimer...