Le gouvernement d’Aragn est divisé par la langue : le PAR se révolte pour la création d’un institut catalan et en demande un autre pour Chapurriau

« L’imposition de toute autre langue est contraire à la loi », déclare le partenaire de Lambn.

Javier Agneau
Javier Lambn (à droite) accueille le président de Castilla y Len, Alfonso Fernndez Maueco, lors de la Conférence des présidents.ANTONIO HEREDIA
  • Langues L’aragon, la langue que le PSOE et les indépendantistes veulent officialiser, est à peine parlé par 30 000 personnes
  • Langues Le Congrès soutient avec le vote du PSOE que l’aragon et le bable sont des langues officielles

La bataille des langues retentit en Aragon. La nomination récente de 15 universitaires pour articuler le Académie aragonaise de la langue a soulevé des tensions dans l’environnement politique autonome, au point que le Parti des Aragons (PAR), partenaire privilégié des socialistes en Aragon, menace d’ouvrir une procédure judiciaire contre l’exécutif dirigé par Javier Lambn, qu’ils accusent d’avoir développé une politique fiscale catalane.

Le conflit découle de la structure de l’Académie aragonaise de la langue, dont les 15 premiers universitaires ont été nommés le 29 juillet. Cette institution se divise en deux sections, la Institut de l’Aragon et le Institut Aragons del Catal. Et c’est ce dernier qui est critiqué par le PAR, comprenant que le catalan n’apparaît à aucun moment dans la loi qui protège la création de cet organe. Il s’agit de la loi 3/2013 du 9 mai sur l’utilisation, la protection et la promotion des langues et des modalités linguistiques d’Aragon. Dans ce document, il est noté à l’article 5 qu’en plus de l’espagnol, la langue utilisée dans toute la Communauté autonome, aux fins de la présente loi, il existe en Aragn une zone d’utilisation historique prédominante de la langue aragonaise typique des Pyrénées et zones prépyrénéennes de la Communauté autonome, avec ses modalités linguistiques et une autre zone d’utilisation historique prédominante de la langue aragonaise typique de la zone orientale de la Communauté autonome, avec ses modalités linguistiques.

Ensuite, ils se demandent depuis le PAR, pourquoi créer un orgue dédié au catalan et pas un spécifique à l’Aragon oriental. Cela ressort clairement d’une déclaration publiée par divers secteurs du parti, qui prétendent avoir le soutien de leur formation. Les signataires demandent la suppression de l’Institut Aragons del Catal et la création d’un organisme qui protège et réglemente les chapurriau ou aragons orientaux et dans lequel ses locuteurs se sentent représentés. Le texte législatif qui protège la création de ces institutions, disent-ils, « ne fait à aucun moment référence à la langue catalane, qu’il ne cite même pas, c’est pourquoi ils demandent la suppression de cet institut. La reconnaissance des aragons orientaux ou chapurriau contre le catalan est une revendication historique du PAR.

Selon les données de l’Académie aragonaise de la langue elle-même, quelque 25 500 personnes parlent l’aragon – la seule langue exclusive d’Aragon, disent-ils, bien qu’elle ait des modalités différentes -, bien que le chiffre puisse atteindre 56 000 si l’on inclut ceux qui connaissent l’aragon. cette langue ou ils la parlent d’une manière très castillane. En revanche, il y a 55 500 Aragonais qui parlent catalan.

Le gouvernement d’Aragon n’a pas voulu écouter les citoyens de l’est de l’Aragon et a préféré poursuivre sa politique fiscale du catalan pour engloutir les modalités linguistiques aragonaises qui sont parlées dans les régions orientales, déplore dans le communiqué, paraphé par les membres de le PAR du comité de plusieurs régions, ainsi que la municipalité de Saragosse. Pour cette raison, ils menacent d’intenter une action en justice si l’Institut Aragons del Catal n’est pas supprimé, car l’imposition de toute autre langue contrevient à la législation la plus élevée. De la même manière, ils encouragent d’autres formations politiques à rejoindre cette revendication.

La vérité est que la politique autonome souffre de mouvements et de frictions ces dernières semaines, un phénomène qui atteint inévitablement l’exécutif dirigé par le socialiste Javier Lambn. Un gouvernement dans lequel, outre PSOE, le PAR, le Chunta Aragonesista Oui Pouvons. Et le soutien de l’Exécutif lui-même dépend de chacun de ces groupes pour ne pas perdre le statut de majorité. Un fait à prendre en compte, sachant les frictions qui sont générées avec le PAR concernant la structure institutionnelle de l’Académie aragonaise de la langue.

Le PAR, en outre, renforce ses liens avec Ciudadanos ces dernières semaines. Une alliance surprise à Teruel entre les oranges et un secteur critique des régionalistes a brisé la glace d’un rapprochement envisageable du PAR vers le Fête populaire Oui Ressortissants au niveau autonome. Avec le saut autonome qu’il entend donner Teruel existe, le conseil parlementaire des Cortes de Aragn pourrait changer substantiellement après les prochaines élections territoriales.

Vous pourriez également aimer...