Le gouvernement écarte la modification de la loi CGPJ demandée par Casado et la qualifie d' »excuse »

La Moncloa attend que l’ERC et Junts acceptent de rencontrer la table de dialogue catalane la semaine prochaine

La porte-parole du gouvernement, Isabel Rodr
La porte-parole du gouvernement, Isabel Rodríguez, lors de la conférence de presse après la réunion du Conseil des ministres mardi.JAVIER BARBANCHOMONDE
  • Politique Pablo Casado exige de Pedro Snchez « une réunion immédiate » pour négocier le déblocage de la CGPJ
  • Année judiciaire Le Roi aux élus politiques après le discours de Lesmes : « Il vous a lu l’abécédaire à tous »

Le renouvellement des membres du Conseil général de la magistrature continuera d’être bloqué, sans aucune indication que le PSOE et le PP peuvent parvenir à un accord. Ni l’appel public de Carlos lesmes de le faire maintenant, « dans les semaines à venir », ni la proposition du populaire entamant la négociation et, en parallèle, s’accordant sur une modification du système de nomination de la CGPJ pour donner plus de pouvoir aux juges eux-mêmes dans l’élection, ils n’ont réussi à ouvrir aucune voie.

Le gouvernement refuse d’inclure cette modification juridique dans un éventuel pacte, malgré le fait qu’hier, les déclarations de certains ministres semblaient suggérer qu’elle était envisagée. Rien ne pouvait être plus loin de la vérité. En fait, l’Exécutif estime que cette proposition est une nouvelle « excuse » pour Pablo Casado. « C’est un blocus insoutenable », a déclaré la porte-parole, Isabel Rodríguez, et « il n’y a plus d’excuses ».

Moncloa fait valoir que le PP qualifie ce changement d’« imposition » et que le respect de la Constitution le renouvellement du Conseil général de la magistrature avec la loi en vigueur n’est pas négocié. A l’heure actuelle, rien n’indique que le PSOE et le PP puissent reprendre contact et se mettre d’accord sur les nouveaux membres du CGPJ, dont le mandat a expiré depuis près de trois ans. Bien que Casado ait annoncé ce matin qu’il demanderait une « réunion immédiate » avec Pedro Sánchez pour négocier, le gouvernement ne donnera pas de suite rapide à cette demande ni n’appellera directement le chef de l’opposition. « Personne n’a besoin d’appeler un Espagnol pour se conformer à la Constitution, nous y sommes tous obligés, M. Casado aussi », a assuré la porte-parole.

Le parapet du gouvernement

C’est la position à laquelle l’Exécutif s’est ancré aujourd’hui – il n’y a pas d’autre voie que le renouvellement – sans entrer dans plus de dissertations et en ignorant à tout moment les reproches que Lesmes adressait dans son discours au gouvernement lui-même, tant pour les grâces aux les prisonniers de procs ainsi que les tentatives d’abaissement de la majorité pour la nomination des membres du CGPJ (une réforme qui a été garée par les détracteurs de Bruxelles) et la modification intervenue pour empêcher cet organe de procéder à des nominations, une fois son mandat terminé.

Le gouvernement s’est caché sur la séparation des pouvoirs pour ne pas répondre à Lesmes. Cela représente un changement par rapport au stade d’Ivn Redondo, où la confrontation avec le président de la Cour suprême et la CGPJ était beaucoup plus visible.

Sans nouvelles d’un accord avec le PP, l’Exécutif tournera dans les prochains jours dans la célébration de la table de dialogue avec la Generalitat. Isabel Rodríguez a souligné que « l’ordre du jour et les composantes de la délégation sont en cours de finalisation ». La volonté de Moncloa est que le rendez-vous soit la semaine prochaine, comme convenu, mais pour l’instant il n’y a rien de clos. Un fait que des sources gouvernementales attribuent aux différences entre ERC et Junts, qu’ils ne sont pas d’accord sur l’objectif de cette réunion. Une fois la date fixée, expliquent-ils, le contenu sera clos et, selon eux, les membres. Au gouvernement, ils ne sont pas favorables à la présence du président du gouvernement, malgré le fait qu’il Président de la Generalitat. Pour Aragons, parce que le règlement propre de la table de dialogue prévoit que les présidents ne participeront que lorsque des accords devront être signés.

Vous pourriez également aimer...