Le gouvernement envisage de décréter un état général d'alerte comprenant un «  couvre-feu ''

Mardi,
vingt
octobre
2020

13:58

Le ministre de la Santé durcit l'alerte à la pandémie: "La deuxième vague n'est plus une menace, c'est une réalité"

Le ministre de la Santé, Salvador Illa, et le porte-parole du gouvernement, ...

Le ministre de la Santé, Salvador Illa, et la porte-parole du gouvernement, Mara Jess Montero, ce mardi, après le Conseil des ministres.
EFE

"Des semaines très difficiles arrivent." L'hiver des coronavirus est arrivé. Le gouvernement a haussé le ton mardi sur l'avancée de la pandémie. "La deuxième vague n'est plus une menace, c'est une réalité dans toute l'Europe", a déclaré le ministre de la Santé Salvador Illa à Moncloa.

S'il existe des différences entre les territoires, reconnaît-il, la situation «est préoccupante». «Le virus ne voyage pas seul», a souligné Illa, il faut «réduire la mobilité et les contacts avec l'effort de tous». "Vous devez être sur vos gardes."

Le ministère prépare un guide pour des actions conjointes pour toute l'Espagne. "Le gouvernement n'a pas l'intention de remplacer les communautés, mais il les coordonne." Ce jeudi, le ministre rencontre le Comité interterritorial de santé, qui rassemble tous les conseillers régionaux. Et dans ce forum, a admis Illa, la possibilité d'un couvre-feu, qui est déjà appliqué en France, sera évaluée.

"Nous allons l'analyser", a déclaré le ministre de la Moncloa à propos de cette mesure de contrôle de la mobilité à partir de certaines heures et qu'elle va s'accrocher à un état général d'alerte pour toute l'Espagne.

Sans l'exclure, le ministre a également laissé la décision finale à un grand accord, puisque le gouvernement devra approuver d'éventuelles extensions de l'état d'alerte générale au Congrès.

Dans la matinée de ce mardi, la Communauté de Madrid a assuré qu '"il ne sera pas mauvais" qu'un couvre-feu soit décrété pour restreindre la mobilité et "étudie" pour le porter au gouvernement central. C'est ce que le ministre de la Santé, Enrique Ruiz Escudero, a souligné ce mardi, qui a ajouté que dans tous les cas cette décision devrait être prise par l'exécutif de Pedro Sánchez en raison de la couverture légale et qu'elle ne s'appliquerait pas seulement à Madrid mais dans toute l'Espagne. .

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...