Le gouvernement évite de porter à la Constitution l’exigence de connaître le valencien pour tous les fonctionnaires

Elle endosse l’exigence linguistique tout en interrogeant d’autres aspects de la nouvelle loi de la fonction publique de la Generalitat

adversaires valenciens avant de passer un examen.
adversaires valenciens avant de passer un examen.J. CULLAR
  • Langue La Generalitat s’ouvre pour abaisser l’exigence de valencien pour les fonctionnaires dans les zones hispanophones

L’obligation de connaître le valencien pour postuler à un emploi dans l’administration valencienne sera étendue l’année prochaine à tous les fonctionnaires. C’est-à-dire, l’exigence dite linguistique sera généralisée et ne se limitera pas au seul domaine éducatif, comme il ressort de la loi sur la fonction publique approuvée cette année par les trois partenaires du gouvernement de Ximo Puig : PSOE, Comproms et Unidas Podemos. Maintenant, malgré le fait que la règle est arrivée avec controverse et que l’opposition la rejette pour imposer le valencien, l’exigence a l’approbation du gouvernement espagnol.

Le paradoxe est que l’exécutif de Pedro Sánchez a formellement proposé à la Generalitat que sa loi contienne des aspects qui pourraient être directement inconstitutionnels, bien qu’elle ne dise rien sur la réglementation de l’exigence linguistique. En pratique, cela signifiera que l’exigence d’un niveau minimum de valencien pour ne pas se retrouver devant les tribunaux à la demande du gouvernement, qui pourrait saisir la Cour constitutionnelle si elle ne parvient pas à un accord avec la Generalitat sur les articles en cause.

En tout cas, des sources du ministère de la Justice et de l’Administration publique – l’auteur de la loi et aux mains des socialistes – ont expliqué à ce journal que les points qui devront être revus avec le Gouvernement ne concernent que des questions techniques.

Par conséquent, l’essentiel de la loi reste intact, ce qui a pris des années à mettre en œuvre à travers le divergences notamment entre socialistes et nationalistes, précisément en raison de la portée réelle d’une exigence linguistique qui doit encore être réglementée par un règlement spécifique. Mais la clé est que le Consell a réussi à laisser de côté la commission bilatérale que l’État exige de la compétence valencienne des fonctionnaires.

En ce sens, le Journal officiel de la Generalitat a publié ce mercredi l’accord État-Generalitat pour entamer des négociations pour résoudre les divergences. Celles-ci renvoient à des aspects du droit aussi variés que l’école valencienne d’administration publique ou les droits des employés.

En n’incluant pas dans cette liste l’exigence que les fonctionnaires connaissent le valencien, la Moncloa approuve implicitement sa mise en œuvre. En fait, le Consell a toujours insisté sur le fait que la Communauté valencienne est la seule avec deux langues officielles qui n’a pas approuvé l’exigence linguistique.

En tout cas, ce que dit la loi sur la fonction publique, c’est que parmi les conditions d’accès pour participer aux procédures sélectives, il y a celle d’accréditer la compétence linguistique dans la connaissance du valencien. Oui, l’aile socialiste du Consell a réussi à faire comprendre que l’exigence valencienne devra être appliquée en respectant le principe de proportionnalité et adéquation entre le niveau de demande et les fonctions correspondantes. En d’autres termes, tous les officiels pour l’être ne doivent pas prouver le même niveau de valencien. Par exemple, le personnel de santé.

Bien que cela dépende de la proposition préparée par une commission déjà constituée. Soyez celui qui détermine le niveau de valencien requis pour chaque poste. La ministre Gabriela Bravo a déjà laissé la porte ouverte à la baisse des exigences dans le zones hispanophones.

Vous pourriez également aimer...