Le gouvernement met son veto à une question parlementaire du PP sur Indra: « Ce n’est pas courant »

Le «populaire» se méfie des intentions du gouvernement dans le fonctionnement de l’entreprise et exige la comparution au Congrès des présidents de SEPI et de la CNMC

Le ministre des Finances, Mar
La ministre des Finances, María Jess Montero.Emilio NaranjoEF

Le secrétaire d’État aux Relations avec les tribunaux, Rafael Simancas, a empêché le PP de transmettre une question parlementaire au ministre des Finances sur la SEPI. Les populaire prévu d’interroger María Jesús Montero, lors de la séance de contrôle de mercredi, sur le Société espagnole des exploitations industrielles. Et dans le Conseil des conférenciers d’aujourd’hui ont essayé de modifier la question pour y introduire aussi la tentative de contrôle du conseil de Indradont SEPI est le partenaire le plus capitalisé (25,6%).

Eh bien, le secrétaire d’État a opposé son veto au changement de la question avec l’argument littéral suivant, selon le PP : « Ce n’est pas courant ». Le gouvernement peut empêcher la modification des questions parlementaires tant que la modification proposée ne porte pas sur des questions brûlantes. Mais l’opération d’éviction des administrateurs indépendants et de contrôle d’Indra est d’actualité et connaît un large retentissement médiatique.

Face au veto, la porte-parole du Groupe parlementaire populaire dans le Congrès, Cuca Gamarra, a montré son désaccord. Et le secrétaire général dudit groupe, Carlos Rojas, a répondu à Simancas qu’il ne peut pas « partager » que « l’assaut » contre Indra n’est pas « actuel ». Ah, la conversation est terminée.

Cependant, Simancas a accepté de changer deux questions sur la tragédie de la clôture de Melilla, pour être « à jour ». Dans ce cas, l’un des Bildu et un autre à lui polypropylène. D’où le populaire Ils croyaient que le veto était une manœuvre pour essayer de ne pas répondre à la controverse sur Indra.

« La concertation d’Indra n’est-elle pas d’actualité ? C’est un veto pour ne pas donner d’explications à la Chambre dans cette affaire », s’est plaint Gamarra lors d’une conférence de presse offerte à la Chambre basse. « Nous espérons que demain le ministre des Finances donnera les explications appropriées sur cette action concertée qui a eu lieu pour le départ des administrateurs indépendants d’Indra », a-t-il ajouté.

L’affaire, aux yeux de Gamarra, « en dit très peu sur le respect de la bonne gouvernance d’entreprise » de Pedro Sánchez. « Il est extrêmement grave que ce qui se passe soit la suppression de postes dans les entreprises en raison de l’action et de la direction que prend le gouvernement ; cela signifie la perte de qualité démocratique dans ce pays », a-t-il conclu.

Pour cette raison, le PP a demandé la comparution au Congrès du ministre des Finances, du président du CNMC et du président du SEPI, « afin qu’ils donnent des explications sur les raisons pour lesquelles le SEPI a participé à cette opération ».

En outre, le PP a enregistré la demande de comparution du premier vice-président, Nadia Calvio« pour qu’il dise ce qui se passe avec le INE», après la démission de sa plus haute autorité quelques jours après la polémique sur la remise en cause de ses procédures par l’Exécutif.

Dans le cas d’Indra, le PP est venu semer la méfiance quant à l’impact que le « contrôle » de l’entreprise pourrait avoir sur le décompte des voix lors des élections, puisque Indra est celui qui prête l’outil informatique par lequel les votes sont comptés traitement informatisé.

« Quand un actionnaire majoritaire réalise un mouvement de cette ampleur, c’est pour quelque chose, et on se demande pourquoi. Indra a un travail important à faire avec les processus électoraux. Ces explications doivent être données car le doute est là » a souligné Gamarra, Je suis venu accuser le gouvernement d’entreprendre un « processus d’occupation » des institutions.

Vous pourriez également aimer...