Le gouvernement ne valorise pas « avec qui les budgets ont été convenus », mais il les « célèbre »

Isabel Rodrguez assure que ces comptes vont « moderniser » l’Espagne et met en avant leur « viabilité » après les accords avec ERC et EH Bildu

Irene Montero, Isabel Rodr
Irene Montero, Isabel Rodrguez et Jos Luis Escriv, après le Conseil des ministres.EFE
  • Comptes de l’État Les Mossos et la police Foral prendront leur retraite plus tôt après avoir soutenu Bildu et ERC les budgets que le législateur assure à Snchez
  • Financement autonome Le G-8 de l’Espagne dépeuplée exige du gouvernement un financement égal « sans privilèges économiques et sociaux »

« Tout accord sur les questions budgétaires est un accord à conclure. » Les gouvernement Pedro Snchez a exprimé sa satisfaction d’avoir obtenu ce mardi le soutien nécessaire pour mettre les prochains budgets généraux de l’État sur les rails après avoir obtenu le vote d’EH Bildu, de l’ERC et, comme on pouvait s’y attendre, du PNV.

Cela s’est exprimé depuis La Moncloa quelques minutes après qu’ERC a rendu public le sens favorable de son vote et a donné de la stabilité aux prochains comptes de l’Etat. Des budgets qui consolident la dernière ligne droite de la législature et serviront de cadre pour recevoir les aides européennes après la pandémie et « moderniser » le pays après la « catharsis » de la pandémie.

« Ce sont des budgets viables. Les secondes que ce gouvernement prend en temps et en heure », a célébré la ministre de la Politique territoriale et porte-parole de l’exécutif, Isabel Rodríguez, lors de la conférence de presse après le Conseil des ministres.

Malgré la bonne nouvelle du pacte, Rodríguez n’a dédié ses mots aux partenaires avec lesquels il a négocié qu’à la dernière minute. « Nous n’apprécions pas tellement avec qui ils se sont mis d’accord, mais l’important est ce que nous acceptons de faire », a-t-il expliqué à propos du déblocage budgétaire autonome en Catalogne, une réflexion qui aurait été extrapolée aux accords connus ce mardi et qui portent sur « la viabilité du traitement budgétaire » au niveau national qui permettent de franchir la barrière des 176 voix au Congrès, ce qui donne lumière verte aux comptes.

Le membre minoritaire du gouvernement a également applaudi le pacte : « L’accord conclu avec ERC, EH Bildu et le reste des forces politiques progressistes assure la majorité nécessaire pour approuver les budgets généraux de l’Etat pour 2022. L’Espagne aura des budgets au service de la majorité sociale et qu’ils favoriseront une reconstruction juste », a déclaré le leader de Podemos, Ione Belarra. Lundi, EH Bildu a souligné le rôle de violets dans les négociations qui se sont tenues ces derniers jours.

Tarif audiovisuel

Les négociations du PSOE et de United We Can avec plusieurs de ses partenaires parlementaires se sont accélérées ces dernières heures, jusqu’à ce mardi midi, et avec les interventions de chaque ministre au Congrès pour expliquer leur départ entamées, les chiffres sont sortis.

Certaines figures de soutien – celles de partenaires proches du Gouvernement, comme ERC, EH Bildu, Mme Pas, Comproms ou PDeCAT – qui nous permettent de parler, a exprimé la deuxième vice-présidente, Yolanda Daz, de la consolidation d’un « plus que la majorité solvable » pour « continuer à travailler d’ici à la fin de la législature ».

Ce lundi, EH Bildu a annoncé son soutien au gouvernement après avoir pris l’engagement, entre autres, que la télévision publique basque atteigne tous les coins du monde. Navarre. Pour sa part, ERC a annoncé mardi son vote affirmatif après avoir débloqué sa grande revendication, la Droit de l’audiovisuel, comme l’a détaillé le porte-parole du groupe républicain, Gabriel Rufin. Un règlement qui, comme l’a précisé Isabel Rodrguez, arrivera en Conseil des ministres dans les « prochaines semaines » et qui inclura des quotas dans les langues co-officielles.

« Sensibilité » avec Cdiz

Cela n’a pas été la seule question abordée après le Conseil des ministres. Aux questions des journalistes, et parallèlement aux affrontements survenus entre manifestants et forces de sécurité à Cdix, Rodríguez a montré sa « sensibilité » et celle du gouvernement avec les travailleurs de la métallurgie, qui ont joué ce mardi le huitième jour de grève.

De la même manière, il a transféré « la confiance toujours du Gouvernement » dans les forces et organes de sécurité, « chargés d’assurer la sécurité de tous ».

Par ces mots, la porte-parole du gouvernement a évité d’aborder la polémique autour de l’utilisation d’un char pour contenir les émeutes dans les rues de Cdiz, une question que United We Can n’aime pas. A la dernière minute de ce lundi, Yolanda Daz a demandé à Pedro Sánchez des explications sur cette décision, qui a une nouvelle fois éloigné les partis qui composent la coalition.

Cependant, Irene Montero, leader de Podemos et ministre de l’Égalité, qui était également présente à la conférence de presse, a appuyé les propos de Rodríguez et n’a ni évalué ni exprimé d’opinion sur cette question. Peu de temps auparavant, le président du groupe confédéral United We Can in Congress, Jaume asens, j’ai demandé à l’exécutif s’il envisageait d’utiliser des chars samedi prochain à Madrid, lors de la manifestation que les syndicats de police ont appelé contre la réforme du Loi du bâillon que le gouvernement et ses partenaires parlementaires conçoivent.

La question des chars et le blocus de la loi sur la protection des animaux ont ravivé les tensions au sein du gouvernement ces dernières heures. Interrogé sur l’avenir de ce règlement, Rodrguez a précisé que la conférence de presse après le Conseil des ministres n’était pas le forum approprié pour aborder la question.

Bien que Montero ait parlé dans la même veine que le porte-parole du gouvernement, il a exprimé l’intention de United We Can, qui a dénoncé lundi que le ministère de l’Agriculture ralentissait l’avancement du traitement de cette loi en raison de la pression de la chasse secteur : « Cela fait partie de l’accord gouvernemental. Nous allons travailler avec amour, discrétion et volonté de s’entendre. Je ne doute pas que ce sera traité. »

Vous pourriez également aimer...