Le gouvernement suppose que les communautés autonomes n’appliqueront pas de sanctions en cas de non-respect du décret sur les économies d’énergie

La Catalogne apprécie « l’insécurité juridique » dans la norme et la Communauté valencienne la mettra en œuvre sans augmenter les inspections

Le troisième vice-président et ministre du Transiti
La troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera.ANTONIO HÉRÉDIA
  • politique Les femmes autonomes du PP demandent le retrait du plan d’épargne, Ribera le rejette et Madrid annonce qu’elle présentera un recours devant la Constitution
  • Plan d’épargne Sánchez ignore la demande de Feijo de convoquer les présidents et avertit le PP : « Les lois sont respectées »

Outre les communautés autonomes, le gouvernement a conçu le décret controversé sur les économies d’énergie que les gouvernements autonomes devront désormais appliquer et contrôler avec toutes ses nuances. Elle laisse les sanctions entre leurs mains, tout en supposant que les mesures n’ont pas un caractère coercitif mais poursuivent plutôt un effet exemplaire. C’est du moins le message tiré par les élus des collectivités qui, même favorables à l’application du plan d’économies d’énergie, ne vont pas soumettre son respect à une vigilance particulière dans le secteur privé. Ils croient aux mesures mais ne vont pas investir dans l’inspection et détecter les lacunes qui causent l’insécurité juridique.

L’un d’eux est la Communauté valencienne. Le président Ximo Puig et le ministre de l’Économie et le secrétaire régional du Tourisme, également présents à la réunion, ont averti que le travail consisterait à sensibiliser à travers l’exemple donné par l’administration. Ce n’est pas une norme coercitive, c’est précisé, mais souple et sensibilisante des citoyens, exemplaire. Nous ne sommes pas favorables à des politiques réactives, mais nous comprenons la situation et le contexte marqués par L’Europe  dans cette crise, a expliqué le chef de l’Economie, de l’Industrie et du Commerce, rafaël clément (Comproms), une position également partagée par le secrétaire régional du Tourisme, le parti socialiste Francesco Colomer.

Leur principale demande, soutenue par d’autres communautés autonomes, est que l’application de l’arrêté royal soit facilitée, ce que des secteurs économiques comme le commerce, le tourisme ou les spectacles culturels perçoivent avec une grande inquiétude.

En fait, dans la Communauté valencienne, un plan d’inspection spécifique ne sera pas établi. Cela a été précisé lors de la réunion. Des municipalités, de la police locale ou des inspections de toute envergure, nous ferons systématiquement le nécessaire pour nous conformer à ce décret, comme beaucoup d’autres que nous avons, a-t-il précisé.

L’exécutif valencien préfère opter pour la voie du dialogue et convoquer les employeurs et les syndicats à une réunion pour étudier comment appliquer les mesures, que le gouvernement lui-même rassemblera dans un guide pour les autonomes. C’est la seule tâche qui reste au Gouvernement, qui ne recule pas mais n’avance pas non plus et lève les doutes des exécutifs régionaux.

Le Gouvernement est respectueux de la Constitution et de l’Etat autonome. Le gouvernement a fait ce qui est en son pouvoir, c’est-à-dire approuver les mesures qui, dans le cadre de sa compétence réglementaire de base, permettent de promouvoir cette garantie de confort thermique. Il appartient ensuite aux communautés autonomes de savoir comment elle est appliquée et comment elle se matérialise, et comment elle est encadrée ou facilitée. On ne peut se substituer à la compétence de la communauté autonome, s’est bornée à préciser la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera. Cette position a poussé la Catalogne, une autre communauté qui ne remet pas en cause l’épargne, à critiquer l’utilité de la Conférence.

Le gouvernement considère que la maîtrise des dépenses énergétiques est essentielle, mais il ne voit pas ses doutes clarifiés et qualifie de hâtive une réglementation dont il croit nourrir les critiques de l’opposition et pour laquelle il a demandé un moratoire, non pas tant parce que du fond mais comme pour accompagner les secteurs qui n’ont pas pris les mesures adéquates, a révélé le ministre Ribera.

De plus, ils détectent des aspects du texte qui génèrent de l’insécurité juridique dans de nombreux établissements. Son application n’est pas claire à certains égards, a ajouté le secrétaire aux affaires et à la compétitivité, Albert Castellanos, dans des déclarations à Catalunya Rdio.

Nous partageons l’esprit de la norme mais nous ne sommes pas convaincus de la manière dont elle a été approuvée, a-t-il avoué, compte tenu de l’intention nulle du gouvernement de rechercher le consensus maximum entre toutes les administrations qui doivent s’assurer que le plan implique une réduction de 7% de la dépense énergétique.

Sur cette voie de revendication de plus d’unité, le socialiste Ximo Puig s’est retrouvé. Le président valencien, qui défend le bon sens des mesures de protection de l’industrie face à une aggravation de la crise, a fait appel à la co-responsabilité pour s’y conformer, mais aussi à la co-gouvernance entre administrations, un concept testé lors de la pandémie mais garé. C’est pourquoi il a lancé une mise en garde : Ce sont les premières mesures d’un plan de contingence qui doit être convenu, discuté, basé sur la co-gouvernance car la crise énergétique peut s’aggraver, a-t-il prévenu.

★★★★★