Le gouvernement supprime les examens de rattrapage à l’ESO et il sera possible de passer le cours directement

Le Ministère souhaite que les mesures soient prises avant que l’élève échoue et que la mauvaise note ne soit pas un critère de redoublement ou d’obtention du diplôme

Le ministre de l'Éducation
La ministre de l’Éducation et de la Formation professionnelle, Pilar Alegra.JAVIER BARBANCHO

Le ministère de l’Éducation a supprimé les examens de rattrapage pour l’ESO (de 12 à 16 ans) que les communautés autonomes avaient l’habitude de passer en septembre et qu’ils passent désormais pour la plupart fin juin. Ces tests donnaient une seconde chance à l’étudiant s’il avait échoué dans une matière et ils étaient un classique des étés de la Génération de GBS. Désormais le critère sera de prendre des mesures avant que la mauvaise note n’arrive et de ne pas prendre en compte, afin de permettre à l’étudiant de réussir le cours, le nombre de matières en attente. Vous pouvez passer le cours directement, sans passer par l’appel extraordinaire, si les professeurs l’envisagent collégialement.

Au Bac, au contraire, suivez cette épreuve de reprise. Selon des sources du ministère de l’Éducation, cette question a été soulevée lors de plusieurs réunions au sein du groupe de travail qui a été créé avec les communautés autonomes. Les représentants autonomes ne l’ont pas vu d’un mauvais œil, soulignent ces sources, bien que la mesure concrète soit toujours en attente de négociation et d’approbation lors d’une Conférence sectorielle sur l’éducation. La réalité est que la majorité des régions avaient avancé les tests de septembre à juin, à la demande des associations de parents, afin que les enfants n’aient pas à avoir de cours particuliers pendant les vacances, et cela a amené de nombreux problèmes pratiques aux enseignants : il était très difficile pour un enfant d’apprendre en 15 jours ce qu’il n’avait pas assimilé toute l’année. De plus, ce qu’on appelle communément juinNous avons pénalisé les bons élèves, qui ont cessé de donner des programmes début juin et ont passé une bonne partie du mois à ne rien faire.

Et maintenant, quand les ignorants seront-ils récupérés ? Selon le ministère, cela va « bonifier l’évaluation continue », au-delà d’avoir obtenu un 4 ou un 5. « L’échec ne détermine pas si un étudiant réussit ou non le cours », indiquent-ils. Le gouvernement veut « augmenter les renforts pour les élèves en difficulté » de manière à ce que l’enseignant détecte leurs lacunes avant qu’ils ne se mettent en marche.

« Des mesures seront prises avant », expriment les mêmes sources. Dans ce sens est l’initiative parlementaire que le PSOE a enregistrée cette semaine au Congrès pour placer davantage d’enseignants dans des centres de difficulté particulière, qui accordent une attention individualisée aux élèves.

La suppression des examens de rattrapage de l’ESO, en effet, est déjà inscrite dans la loi Cela (par défaut) et est une conséquence directe du nouveau paradigme, où les échecs ne sont plus un critère pour réussir le cours et obtenir le diplôme du secondaire. Ce qui se passe, c’est que la partie spécifique des récupérations était passée inaperçue.

Maintenant, lorsque le cours commence, le ministère de l’Éducation des îles Baléares a contacté les centres pour planifier le cours sur la base de la suppression de ces tests, selon le journal dernière heure de Majorque. Le directeur général du Plan, Antoni Morante, a déclaré à ce journal que « toutes les évaluations extraordinaires disparaissent de l’ESO et seules les évaluations ordinaires de juin restent ».

Aussi l’article 9 du dernier projet du projet d’arrêté royal réglementant l’évaluation, la promotion et la qualification en Primaire, ESO, Baccalauréat et FP atteste cette absence. Le développement curriculaire de la loi Wert a déclaré en 2014: « Afin de faciliter la récupération des matières avec évaluation négative pour les étudiants, les administrations éducatives réglementeront les conditions pour que les centres organisent les tests extraordinaires opportuns et les programmes individualisés dans les conditions qui déterminent « . C’est-à-dire que j’ai gardé les tests de récupération mais que chacun le faisait comme il voulait.

Or cette mention a disparu et il est simplement précisé : « Les décisions de promotion et de qualification seront adoptées collectivement par l’équipe enseignante après un appel d’évaluation qui aura lieu en fin d’année scolaire ».

Vous pourriez également aimer...