Le juge ignore le procureur et clôt l’affaire pour juger les chefs de la sécurité de Repsol et Caixabank pour le « cas Villarejo »

L’anti-corruption lui avait demandé d’attendre la résolution des recours dans lesquels il demande de maintenir les entreprises et leurs présidents, Antonio Brufau et Isidro Fain, comme accusés.

Le juge du Tribunal National Manuel Garc
Le juge du Tribunal national Manuel Garca-Castelln.NGEL NAVARRÈTE

Le juge de la Cour nationaleManuel Garca-Castelln a clos l’enquête sur l’embauche du commissaire à la retraite Jos Manuel Villarejo en Repsol et Caixabank et a proposé de juger les chefs de sécurité des entreprises, Rafael Arajo Bernab et Miguel Ngel Fernndez Rancao, respectivement.

L’instructeur ignore ainsi la demande du Procureur anti-corruption, qui lui avait demandé de ne pas rendre l’ordonnance qui clôt l’affaire jusqu’à ce que le tribunal qui révise les décisions du juge ait statué sur le recours dans lequel Anti-Corruption demande de maintenir les sociétés en tant que personnes morales et leurs présidents en tant que défendeurs, Antonio Brufau (Repsol) e Isidro Fain (Caixabank).

García-Castelln a soulevé son accusation fin juillet et il y a deux semaines, Anti-Corruption a présenté un mémoire d’appel direct sévère devant la Chambre pénale. Il l’a clôturée en demandant au juge de paralyser la décision qu’il a fini par adopter ce lundi de classer l’affaire et de laisser au Procureur un délai de 10 jours pour présenter son acte d’accusation.

La voiture qui termine l’instruction de la partie 21 (Projet vin) de ce qu’on appelle Cas tandem Il propose également de juger Villarejo lui-même et son partenaire, Rafael Redondo. Également au commissaire Enrique Garca Castao et au directeur adjoint des services d’assistance de la Direction de la sécurité d’entreprise de Repsol, Rafael Girona.

Espionnage

Selon l’instructeur, il y a des indications que tous ont participé à l’opération d’espionnage du président de Sacyr Luis del Rivero pour empêcher l’entreprise de construction de prendre le contrôle de Repsol par le biais d’un accord avec la compagnie pétrolière mexicaine Pemex.

Dans sa voiture, le magistrat attribue aux deux chefs de la Sécurité et à Gérone un délit de corruption active, à Villarejo et Redondo de corruption passive et de découverte et divulgation de secrets. Ce dernier crime est celui qui attribue ce dernier crime à Enrique García Castao.

Dans la résolution, le juge accepte de classer sans suite quatre autres anciens dirigeants de Repsol et de Caixa, estimant qu’une fois toutes les procédures pertinentes effectuées, il conclut qu’il n’y a pas suffisamment d’éléments pour attribuer la commission des crimes sous enquête.

Dans sa voiture, l’instructeur explique qu’en 2011 le groupe Cenyt a préparé une série de reportages sur Luis del Rivero, son épouse, le chef de la sécurité chez Sacyr et l’ancien directeur financier de Repsol avec qui la société Villarejo a accepté de se renseigner, les appels téléphoniques passés par Del Rivero et son environnement, qui constituent des données de nature réservée qui ne sont pas accessibles par des sources ouvertes ou des archives publiques. Le trafic des appels et des communications a été facilité par Garca Castao, alors chef de l’Unité Centrale Opérationnelle.

Pour cette mission, le Groupe Cenyt a reçu des paiements des sociétés Repsol et Caixabank pour un montant de 413 600 euros, dont 218 900 correspondent à des paiements de Repsol et 194 700 à Caixabank.

Le magistrat souligne qu’au moment de ces événements, Villarejo était commissaire du Corps de la police nationale et qu’il n’y a pas d’enquête policière en cours qui justifierait la demande de trafic de données sur les personnes enquêtées par le Groupe Cenyt.

Concernant les deux directeurs de la sécurité, le juge explique que tous deux disposent « d’une grande autonomie organisationnelle et contractuelle ». En ce sens, ajoute le juge, les deux enquêtés « avaient de larges marges d’embauche, de décision et d’ordre de paiement par rapport au domaine de la sécurité des sociétés précitées ».

Cette thèse est essentielle pour pérenniser le dossier de l’affaire Brufau et Fain, une décision qui, malgré la décision du juge de classer l’affaire, peut encore révoquer la chambre criminelle.

Vous pourriez également aimer...