Le juge porte plainte pour génocide contre Ghali faute de preuves et de prescription

Pedraz indique que lorsque les événements se sont produits, un tel crime n’existait pas dans le Code pénal et qu’en tout état de cause, les conditions pour sa commission ne seraient pas remplies.

L'avocat de Brahim Ghali, Manuel Oll
L’avocat de Brahim Ghali, Manuel Oll, quittant la Cour nationale après la déclaration du leader sahraouiANDRS RODRGUEZ

Le juge Santiago Pédraz a accepté de déposer la plainte de l’Association sahraouie pour la défense des droits de l’homme (Asadeh) contre le leader du Front Polisario Brahim Ghali pour le crime de génocide qui aurait été commis contre des citoyens marocains entre 1975 et 1990. C’est l’une des deux plaintes que le leader du Polisario avait ouvert devant le Tribunal national.

Le magistrat considère que les faits seront prescrits et que la commission du crime de génocide n’a pas été prouvée, ainsi que que les dépositions des témoins contredisent les prétentions de la plainte.

La plainte a été déposée en 2008 contre 13 militaires marocains pour crimes de génocide, meurtre, blessures, détention illégale, terrorisme, torture et disparitions.

Le juge explique dans son écrit que selon le Code criminel en vigueur au moment des faits, les crimes seront prescrits après avoir dépassé les 20 ans prévus. Rappelons, en outre, que le code pénal dit de 73 n’incluait pas le génocide, qui a été incorporé dans la réforme de 1995. Dans ce nouveau code, le crime était imprescriptible, une caractéristique qui ne pouvait pas être appliquée rétroactivement.

Mais quelle que soit la prescription, le juge indique que le récit fait par la plainte n’inclut pas les exigences du crime de génocide, telles que la prétendue « intention commune qui, selon la plainte, guide les meurtres et tortures de dissidents pour détruire tout ou partie du crime. propre groupe national auquel ils appartiennent ». « Il n’y a aucune trace de ces sous-groupes dans lesquels ils divisent le peuple sahraoui selon leur situation géographique », dit Pedraz.

« Contradictions »

De plus, le juge est d’accord avec la défense de Ghali qu’il y a des contradictions dans les témoignages. « L’audition des déclarations faites suffit à apprécier les contradictions dénoncées par la défense entre les affirmations de la plainte concernant la participation de l’accusé aux événements décrits et le contenu des dépositions des témoins qu’il a déposés. Il y a aussi une insuffisance manifeste de précisions pertinentes sur les circonstances du lieu et de l’heure des faits, précisions sur la participation de l’accusé Brahim Ghali, description du poste qu’il occupait, etc. Tout cela réduit la crédibilité des témoignages donnés et empêche maintenant l’accusation contre l’accusé », dit-il. Pedraz.

Le dossier n’arrive qu’à Ghali, de sorte que l’affaire du génocide est toujours ouverte devant la Cour contre le reste des accusés.

Vous pourriez également aimer...