Le leader de l’organisation ultra Bastin Frontal a été arrêté pour avoir brutalement battu un membre du groupe

La victime a subi, entre autres blessures, une fracture de la mâchoire, conséquence d’une attaque par derrière

Arrêté le leader ultra de Bastin Frontal pour un passage à tabac brutal d’un membre du groupe
  • Madrid Incidents lors d’une marche pour la santé publique lorsque des jeunes d’extrême droite se sont joints à la manifestation
  • Entrevue Isabel Peralta, le nouveau visage du fascisme espagnol : « Mes parents ne me parlent pas »

Des agents de la police nationale ont arrêté à Madrid l’actuel dirigeant de l’organisation Bassin avant, accusé d’un crime présumé de blessures, aggravé par la trahison, en battant brutalement un membre de cette même organisation dans Valence le 15 janvier dans le cadre d’une conférence organisée par ce mouvement radical émergent.

La victime a subi, entre autres blessures, une fracture de la mâchoire, conséquence d’une agression par derrière, perdant connaissance à ce moment-là et évitant ainsi toute possibilité de défense, comme le rapporte la Police nationale.

L’opération a été menée par le Bureau d’information générale et les Brigades provinciales d’information de Madrid et Valence. L’arrestation a eu lieu ce jeudi matin dans le quartier madrilène de Villaverde.

À son tour, une autre personne a été arrêtée à Valence, pour sa relation présumée avec ces événements, empêchant d’autres personnes d’aider la victime. Les enquêteurs ont analysé les enregistrements, clés à l’appui des accusations. De plus, un troisième individu fait l’objet d’une enquête pour ces mêmes faits.

Le principal détenu a déjà été mis à la disposition de la Cour d’instruction numéro 8 de Madrid, qui a décrété son entrée en prison.

La police nationale considère Bastín Frontal comme « une organisation à caractère politique, non enregistrée, avec une idéologie radicale ». Cette organisation s’est fait connaître en mai dernier pour les manifestations menées devant le Ambassade du Maroc à Madrid, provoquant des incidents avec les forces de l’ordre public.

« Le détenu est considéré comme le chef de file de ce mouvement émergent, étant un habitué des événements et des conférences au cours desquels les slogans et les orientations de l’organisation sont divulgués », selon la police nationale.

crime de haine

En novembre dernier, le parquet de Madrid a déposé une plainte contre Bastin Frontal, en particulier contre María Isabel Medina Peralta, pour la commission présumée d’un crime de haine en relation avec des manifestations tenues le 18 mai lors d’un rassemblement devant l’ambassade du Maroc.

Ce jour-là, quelque 300 personnes se sont rassemblées pour accuser la « passivité » du pouvoir central face à la crise migratoire d’avoir provoqué l’entrée irrégulière de plus de 8 000 Marocains en Ceuta.

D’autres slogans ont été criés lors du rassemblement, tels que « l’Espagne chrétienne et non musulmane ». Dans le même temps, les personnes présentes arboraient les drapeaux du groupe et déployaient deux banderoles contenant des expressions telles que « Ni le roi, ni le gouvernement, ni l’UE n’arrêteront l’expansionnisme marocain » et « Mohammed VI Enlevez vos mains sales de notre terre. En avant, l’Espagne.

Une fois la concentration devant l’ambassade du Maroc terminée, une série d’affrontements et d’incidents ont eu lieu entre différents membres du groupe Bastin Frontal qui ont violemment attaqué l’unité de police déployée. Cinq des manifestants ont été arrêtés par des agents de la police nationale.

Vous pourriez également aimer...