Le maire insoumis contre le taux ne recule pas : « On paie 100 000 euros par an, c’est dingue »

Ce pompier de 48 ans est le premier maire d’Espagne à refuser de payer la consommation électrique du Consistoire. « Quelqu’un ici s’est impliqué et pense qu’il n’a pas à payer ses factures de maison », disent les villageois.

Maire Batres, V
Le maire de Batres, Vctor Manuel Lpez, ce mercredi, à côté d’un compteur électrique à la mairie.JAVIER BARBANCHO

Les Mairie de Batrès (1700 habitants et 35 kilomètres de Madrid) vient d’indiquer qu’il ne recule pas après avoir déclaré la guerre aux compagnies d’électricité mardi dernier. Son maire, l’indépendant Vctor Manuel Lpez, un pompier de 48 ans, a été le premier conseiller en Espagne à refuser de payer les entreprises de services publics municipales pour l’augmentation du prix de l’électricité. Aujourd’hui, jeudi, plusieurs sources avaient indiqué qu’elle avait reculé dans sa décision de suspendre les paiements aux entreprises qui fournissent de l’énergie à la mairie de Batres puisque la hausse du prix de l’électricité « n’affectera pas sa facturation dans les prochains mois » par un accord signé avec Iberdrola signé avec la Fédération espagnole des municipalités inconnue du conseiller lui-même. Cependant, le maire vient de préciser que malgré tout continuer sans payer.

Le malentendu est survenu après que la compagnie d’électricité s’est montrée aujourd’hui, jeudi matin, « surprise » par l’annonce du maire. le tarif de l’électricité du Consistoire « n’est pas soumis à la volatilité quotidienne et son prix est trois fois inférieur à ce que le marché est coté aujourd’hui. »

Iberdrola a rappelé dans un communiqué que la mairie de Batres avait contracté la fourniture d’électricité « dans les conditions d’un accord-cadre signé avec la Fédération espagnole des communes et provinces (FEMP) en vertu duquel le prix est fixe, non sujet à la volatilité. quotidiennement du marché de gros de l’électricité ».

Selon Iberdrola, cet accord « permet à plus de 8 100 municipalités espagnoles de soumissionner leurs contrats d’électricité », dont Batres, avec un prix mensuel qui est « au moins trois fois inférieur au prix auquel le marché de l’électricité est coté aujourd’hui« De plus, la compagnie d’électricité souligne que la commune de Batres leur a une dette.

Le maire a assuré que cette information n’avait pas été transférée « jusqu’à aujourd’hui jeudi » les techniciens municipaux, pour lesquels il supplie d' »excuser son manque de connaissances » puisque – se souvient-il – il occupe le poste « depuis le 6 octobre 2020 » et l’accord-cadre avec Iberdrola a été signé en mars de la même année.

Même ainsi, il a souligné que ne pas payer et que Il est ratifié dans sa plainte sur « les dommages que la spéculation continue sur les prix des compagnies d’électricité cause à la société espagnole et surtout aux économies les plus humbles ».

Sa décision audacieuse a déclenché ce mercredi un tremblement de terre de réactions, majoritairement en sa faveur. Je suis pompier. Je ne fais rien payer pour être conseiller. Je ne reçois qu’un montant pour assister aux séances plénières. Mais je crois que Il est temps de faire un premier pas auprès des institutions défendre l’intérêt des citoyens et pour le moment j’ai le soutien de plusieurs municipalités, ajoute ce maire qui hier a gardé la porte de son bureau ouverte aux voisins toute la matinée.

Lundi dernier, le premier maire était quand il a envoyé un courriel à Iberdrola expliquant que depuis le 1er septembre il n’avait pas payé le reçu. C’est une décision personnelle, que j’ai prise spontanément après consultation des services juridiques et connaissant les conséquences que cela a. C’est quelque chose qui doit être fait en raison de la situation de la facture d’électricité qui scandalise tant de familles, a expliqué hier le conseiller municipal en recevant les applaudissements de ses voisins de rue avant d’entendre aujourd’hui l’accord que sa municipalité avait signé avec Iberdrola.

Il me semble bien qu’il ne paie pas, dit Ramn, un retraité qui vit à Batres depuis 40 ans. C’est un gars courageux, nous sommes avec lui et bien sûr, s’il obtient quelque chose, ce sera pour le bien de tous, a déclaré Alberto, un autre des voisins qui est fier d’avoir un maire audacieux.

« J’ai dû consulter les voisins »

A Batres il y a un bar, une épicerie, une pharmacie et un coiffeur. Seul le propriétaire de l’établissement hôtelier a remis en cause la mesure du maire. Cela ne me semble pas très bon. C’est une décision qui aurait dû être consultée avec les voisins, l’homme d’affaires comptait. Je pense aussi qu’un voisin s’est impliqué et pense qu’il n’a pas à payer l’électricité, a ajouté un autre habitant. Bien sûr, je n’ai pas dit aux voisins de ne pas payer l’électricité. Je ne recommande à personne de le faire. Ce que je fais, c’est faire pression sur les compagnies d’électricité, car il n’y a aucune action ferme de la part du gouvernement espagnol et de la part de l’opposition pour mettre fin à cette situation scandaleuse.

Pour la faiblesse de l’économie de Batres vos factures d’électricité déséquilibrent vos factures. Nous versons à Iberdrola 20 % du budget municipal, énumère l’élus. L’année dernière, la dépense était de 100 000 euros pour payer l’éclairage public, la lumière de la mairie et de l’école publique, détaille-t-il. Nous ne sommes insoumis à rien et nous ne haranguons pas les masses pour qu’elles ne paient pas, précise-t-il alors que dans son bureau il passe en revue les effets de l’incendie de forêt qui a récemment dévasté sa commune et s’intéresse au travail que les ouvriers après le chute d’orage dans la ville.

Le travail quotidien est incessant ici, mais je pense qu’il est temps que les agents publics s’avancent et défendent les caisses municipales, a-t-il réitéré hier sans savoir que sa commune avait un tarif subventionné. C’est une position de pression que j’espère maintenir au moins jusqu’en décembre, a-t-il commenté. Nous sommes une administration essentielle et nous ne pouvons pas être coupés. Je ne comprends pas comment ces entreprises gagnent autant d’argent en taxant seulement 6% tout en coupant l’électricité aux familles nécessiteuses, a-t-il critiqué.

Vctor sait qu’Iberdrola a déposé une plainte pour non-paiement. Les compagnies d’électricité doivent penser que les communes défendent les intérêts généraux et que nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Un particulier peut se faire couper l’électricité, mais avec une Mairie c’est plus compliqué.

Effort pour économiser sur la facture

Il ajoute qu’à Batres, ils ont fait un gros effort dans les panneaux solaires, les lampes LED et les investissements énergétiques pour économiser sur les factures d’électricité : et maintenant, après cet effort, ils vont augmenter notre facture d’électricité de 30 %. Il y a beaucoup d’intérêts cachés ici et Je pense qu’il est temps de se lever insister.

La seule surprise négative ce mercredi matin a été la visite de certains agents de la Garde civile liée à sa décision. Le maire ne veut pas parler de ce que les agents lui ont dit. Certains pensent qu’ils l’ont mis en garde contre les conséquences négatives que sa rébellion peut entraîner.

De leur côté, des sources d’Iberdrola ont indiqué à ce journal que Batres a réduit le prix de la lumière et qu’il a un prix de l’énergie 2/3 fois inférieur au prix auquel le marché de l’électricité est coté aujourd’hui. Son prix, en outre, n’est pas soumis à la volatilité du marché de gros, ont ajouté les mêmes sources.

En outre, Iberdrola souligne que la mairie de Batres maintient une dette auprès de la compagnie d’électricité des années précédentes, avec un solde courant de 50 000 euros, sans que son service d’électricité n’ait été interrompu. Cependant, le premier maire a souligné qu' »avec beaucoup d’efforts, ils ont liquidé ladite dette héritée des mandats précédents ».

Vous pourriez également aimer...