Le ministère de la justice recule et maintiendra les juges de renfort après les plaintes du CGPJ

La réunion tenue avec les membres du pouvoir judiciaire se termine par un accord. Le ministère annonce davantage d’investissements dans le plan de choc Justice.

La ministre de la Justice Pilar Llop, siégeant dans la chambre du Congrès des députés.
La ministre de la Justice Pilar Llop, siégeant dans la chambre du Congrès des députés.JAVIER BARBANCHO
  • Nouvel affrontement entre le Gouvernement et le CGPJ : la justice refuse de prolonger les renforts juges

Le sang n’a pas atteint la rivière. La ministère de la Justice a reconsidéré sa position initiale de ne pas étendre les différentes commissions de service pour les juges de renfort dans différentes parties de l’Espagne après les plaintes reçues par le Conseil général du pouvoir judiciaire.

Comme le rapporte EL MUNDO, le département qui dirige Pilar Llop il a refusé une quinzaine de juges supplémentaires dont les prolongations avaient été demandées par l’organe directeur des juges pour des raisons de disponibilité budgétaire. Ce fait a généré un profond malaise au sein de l’instance dirigeante des juges, qui s’est penchée sur la question au sein de la Commission permanente et a accepté de demander une rencontre urgente avec la justice.

Cette réunion a eu lieu ce mardi au siège de l’instance dirigeante de la magistrature et dans le cadre de celle-ci, le ministère et les représentants du CGPJ ont convenu de reconduire jusqu’au 31 octobre les mesures de renforcement mises en place dans le plan de choc pour faire face les besoins de la justice.

En outre, lors de la réunion susmentionnée, il a été convenu que, désormais, un protocole sera établi pour tenir des réunions semestrielles au cours desquelles analyser conjointement les effets des mesures adoptées et décider des prochaines mesures à prendre pour un meilleur fonctionnement des organes judiciaires.

Des sources judiciaires expliquent que ces quinze mesures de renforcement qui ont été refusées par le Gouvernement seront à nouveau demandées par le CGPJ, avec l’engagement qu’elles seront cette fois approuvées.

Nouvelle demande du Conseil

Le 6 juin, le Ministère de la Justice a informé le Pouvoir Judiciaire qu’il n’y a pas lieu de prolonger de quinze jours les commissions de service avec décharge de fonctions dans les différentes juridictions de Guadalajara, Albacete, Ville royale, Lugo, Málaga, Grenade, Tolède, Barcelone, almeria Oui Salamanqueentre autres, en raison d’un manque d’allocation budgétaire.

Cette décision a énervé le CGPJ car il a estimé que l’avertissement du secrétaire d’État à la Justice, Antonio Rodríguez Esquerdoil l’a fait il y a des semaines à divers membres de l’orgue dans le cadre de la célébration de la Commission Mixte CGPJ-Justice.

Cependant, après ce premier choc institutionnel, le département dirigé par Llop et l’instance dirigeante des juges sont parvenus à un accord qui satisfait les juges. Par ailleurs, la Justice a approuvé un nouvel investissement de deux millions d’euros dans le but de renforcer le fonctionnement des juridictions.

Vous pourriez également aimer...