Le Parlement honore les « martyrs » séparatistes

La présidente du Parlement, Laura Borr
La présidente du Parlement, Laura Borrs, lors de l’événement à Barcelone.

En évitant que cette semaine le Cour européenne des droits de l’homme a démantelé avec sa doctrine l’existence de présomptions d’indépendance persécutées par l’État, la Parlement ce vendredi, il a décoré les victimes de la répression, auxquelles, en attendant un recensement qui leur a donné les noms et prénoms, il a décerné leur plus haute distinction, la médaille d’honneur de la Chambre.

Selon Roger Espaol -ex candidat JxCat pour Sénat qui a perdu un œil le 1er octobre avant d’entamer sa carrière politique et aujourd’hui porte-parole des lauréats – plus de 4 000 martyrs ont été reconnus. Selon la présidente de la Chambre, Laura Borrs, on pourrait parler jusqu’à 4 500. Le chiffre a déjà augmenté de plus d’un millier de personnes depuis que le séparatisme a parlé de 3 000 représailles et a ainsi atteint un chiffre qui a reçu l’aval institutionnel à la fois du Gouverne ainsi que le Parlement pour exiger une amnistie massive du Gouvernement.

Dans ce décompte hétéroclite, les plus de 1 000 blessés présumés sont toujours inclus dans les charges qui ont eu lieu pour tenter d’empêcher le référendum illégal, malgré le fait que Strasbourg n’a apprécié aucune indication qui pointe vers une violation des droits de l’homme de la première deux plaignants qui ont décidé de saisir la justice européenne après avoir vu toutes leurs ressources dans le système judiciaire espagnol mises à bas.

Après avoir diffusé une vidéo sur la répression policière éditée par TV3Borrs a revendiqué la nécessité pour le mouvement indépendantiste, avec le Parlement en tête, de maintenir son propre récit historique avec des gestes tels que la remise de la médaille accordée hier à ses victimes. Le président de la Chambre catalane des grâces, considérant que le gouvernement a agi de force de peur que la justice européenne qui n’apprécie pas les violations des droits de l’homme annule la condamnation de la Cour suprême. La répression n’a pas diminué, a proclamé le leader de JxCat après avoir souligné parmi les éminentes représailles Quim Torra, assis à quelques mètres, flanqué d’Artur Mas, également inscrit sur la liste des décorés pour avoir été condamné par l’organisation du 9-N. .

Borrs s’est vanté de continuer à exclure délibérément le constitutionnalisme des institutions, qui ont refusé de participer à la remise de la médaille d’honneur du Parlement, qui après avoir été décernée sera exposée au Musée d’histoire catalane alimenter ce véritable récit dont le président de la Chambre a également parlé.

Ceux qui se sentent exclus sont ceux qui ont appliqué 155 ou applaudi le discours de leur roi, brandi le président du Parlement pour, usant de son rôle institutionnel, pointer le constitutionnalisme comme un spectre politique à répudier.

PSC, Vox, Cs et PP n’ont envoyé aucun représentant à l’acte avec lequel la Chambre catalane célèbre la Diada, la fête officielle de Catalogne, dont le séparatisme a définitivement pris le dessus. Oui ils ont jugé bon commun participer à la performance imaginée par Borrs.

Bien entendu, les forces politiques indépendantistes ne sont pas sorties indemnes de leur acte de reconnaissance biaisé, puisque les victimes et les intervenants choisis pour occulter leur lutte ont accusé les dirigeants de la désunion manifeste qui empêche d’aboutir à la conversion de la Catalogne en État. quatre ans plus tard. de 1-O et compte tenu de la Mossos partie de cet appareil répressif qui les opprime.

Espaol a dénoncé que la répression de la Generalitat et du Gouvernement blesse. J’ai vu combien d’indépendantistes considèrent les institutions catalanes comme un ennemi au même niveau que les Espagnols, a proclamé le porte-parole des vainqueurs devant un Père Aragons profondément affecté.

L’ERC était encore une fois la pire étape d’une cérémonie qui, non en vain, avait conçu le JxCat de Borrs. La classe politique nous a déçus, vous avez laissé piétiner le souverain de ce Parlement, a reproché le directeur de l’independista digital Vilaweb, Vicent Partal, choisi pour vanter les mérites des lauréats. Ses reproches ont eu un impact, paradoxalement, contre l’un des lauréats, l’ancien président du Parlement, Roger Torrent, qui détient le double statut de représailles et de complice de l’Etat répressif pour de nombreux sécessionnistes. Bon, il fait l’objet d’une enquête pour désobéissance, oui, mais il est aussi accusé d’avoir procédé au retrait du siège de Torra lorsqu’il a été disqualifié.

Vous pourriez également aimer...