Le patron de la ‘Villa de Pitanxo’ ne pourra pas sortir pêcher: le juge lui retire son passeport et l’oblige à signer tous les 15 jours

Le juge Ismael Moreno accepte les mesures demandées par le procureur de Juan Padn, accusé de 21 homicides imprudents

Ils retirent le passeport du skipper de la ‘Villa de Pitanxo’ en raison de preuves d’abandon de son équipageLE MONDE
  • Naufrage à Terre-Neuve Le procureur voit d’éventuels crimes d’homicide imprudent dans le naufrage de la ‘Villa de Pitanxo’
  • Naufrage Un « arrêt brutal du moteur », cause du naufrage de la « Villa de Pitanxo »

Le juge a retiré le passeport de l’employeur Villa de Pitanxo et lui a interdit de quitter l’Espagne. Vous devez également comparaître devant le tribunal tous les 15 jours. Ce sont les mesures de précaution que le procureur dans l’affaire avait demandées et ils supposent que, comme les familles des marins décédés l’avaient demandé, Jean Padan ne peut pas aller pêcher pendant l’enquête.

Une accusation privée a requis la prison provisoire, une mesure que le juge a écartée considérant qu’il n’y a aucun risque de fuite en raison des racines en Espagne de l’enquêté.

Padn a comparu ce lundi en tant qu’accusé devant la Haute Cour nationale, qui enquête sur les raisons du naufrage qui a fait 21 morts dans les eaux de Terre-Neuve. Il est accusé de 21 homicides pour imprudence et d’un crime contre les droits des travailleurs.

L’accusation repose sur le récit d’un des trois seuls rescapés, le marin d’origine ghanéenne Samuel Kwesi. Les deux autres sont le patron lui-même et son neveu. Les trois se sont retrouvés devant le juge de la Haute Cour nationale Ismael Moreno.

La version du marin ghanéen est que le capitaine a refusé de couper le gréement malgré le fait que les machines de récolte ne fonctionnaient pas correctement et que le navire gîtait dangereusement. Celui du capitaine et de son neveu, que les moteurs se sont arrêtés et c’est cette faute qui, avec la mer agitée, a causé le naufrage.

Un autre point de divergence est celui des combinaisons de survie, nécessaires pour survivre dans les eaux glaciales de l’Atlantique Nord. Le patron soutient qu’il a donné l’ordre de les enfiler, tandis que Kwesi affirme que ce n’était pas le cas.

Seuls le capitaine et son neveu en portaient. Plusieurs des personnes décédées souffraient d’hypothermie. Ils ont réussi à entrer dans l’un des radeaux de sauvetage, mais ils sont morts de froid et leur corps a glissé à l’eau par le trou créé dans le fond par une collision avec le navire. Aucun des neuf corps retrouvés ne portait de combinaison spéciale.

L’enquête a également révélé que le navire était équipé de mesures de sauvetage pour 22 personnes, malgré lesquelles 24 se trouvaient à bord.

Vous pourriez également aimer...