Le père de Kira, qui s’est suicidé à l’âge de 15 ans, recueille 70 000 signatures pour demander un protocole national contre l’intimidation

« Ma fille s’est suicidée à l’âge de 15 ans. L’intimidation, ce n’est pas un truc d’enfant », prévient ce père dans la pétition, dans laquelle il rappelle qu’en 2020, 61 mineurs se sont suicidés en Espagne.

Kira
Kira avec son père.CHANGE.ORG

José Manuel Lopezpère de l’adolescent Kira Lopezqui s’est suicidé il y a un an, quand j’avais 15 ansa recueilli près de 70 000 signatures en moins de 24 heures via la plateforme citoyenne Change.org pour demander au ministère de l’Education un protocole national contre intimidation ou intimidation.

« Ma fille s’est suicidée à l’âge de 15 ans. Le bullying Ce n’est pas un truc d’enfant », prévient ce père de famille dans la pétition, dans laquelle il rappelle qu’en 2020, 61 mineurs se sont suicidés en Espagne.

José Manuel Lopez Il a lancé la pétition ce jeudi 19 mai 2022, un an seulement après le suicide de sa fille. « Aujourd’hui fait un an le pire jour de ma vie. Le 19 mai 2021, notre fille Kiraqui n’avait que 15 ans, s’est suicidé », écrit-il.

Comme il le raconte, la nuit précédente, sa fille l’a pris dans ses bras et lui a dit qu’elle l’aimait beaucoup et que c’était « le meilleur papa du monde ». « C’était sa façon de dire au revoir. Maintenant je sais », se souvient-il dans le texte du recueil de signatures.

Face à cette situation, il demande l’élaboration par le ministère de l’Éducation nationale d’un protocole national contre l’intimidation à l’école« qui précise les actions pertinentes tant en cas de harcèlement des enseignants envers les élèves qu’en cas de intimidation entre égaux ».

López considère que « avec Kira n’a pas agi à temps » et estime nécessaire que dans toutes les écoles « le activation urgente des soins psychologiques en cas de soupçons clairs d’abus et d’intervention immédiate si le risque de suicide de la victime est détecté ».

« Chaque minute sans agir est une minute où un enfant peut souffrir et être en danger », prévient-il.

De plus, le promoteur de la campagne cherche à « mettre fin à l’abandon de la santé mentale qui existe dans de nombreux centres éducatifs » et, en ce sens, critique les « ratios insuffisants du nombre de psychologues par élève, les manquements aux protocoles contre intimidation et la négligence des canaux internes pour dénoncer ».

« Les centres éducatifs doivent réagir avec la rapidité et le professionnalisme que ces cas exigent. Arrêtez de penser que les moqueries, les insultes, les agressions sont des ‘choses pour les enfants’. Ils ne le sont pas. Ils sont un grave problème social qui peut finir (et finir) par des vies innocentes comme celle de notre fille Kira« , fossé.

José Manuel Lopez Il a déjà contacté le ministère de l’Éducation pour les informer de sa collecte de signatures et demander une rencontre. « Maintenant, j’attends une réponse qui, compte tenu de la gravité et de l’urgence de ce que nous demandons », nous l’espérons, arrivera très bientôt », a-t-il déclaré.

Vous pourriez également aimer...