Le plagiat des thèses de doctorat prescrit après trois ans dans les universités

  • Castells abroge le règlement disciplinaire de 1954 qui permet à ceux qui dérangent l’ordre de se voir interdire d’entrer sur les campus

Le plagiat des thèses de doctorat ou des projets de fin d’études ou de master sera sanctionné administrativement avec entre deux mois et trois ans d’expulsion de l’université. Ne pas conduire au retrait du titre de médecin, comme c’est le cas en Allemagne, où le ministre de la Famille vient de démissionner avant le Université libre de Berlin analyser votre travail et émettre un avis. Ce type d’examen académique ne sera pas envisagé sur les campus espagnols, où la copie du travail d’autrui est considérée comme une infraction très grave à prescrire après trois ans.

Les professeurs consultés par EL MUNDO considèrent que tant la sanction que la validité de l’infraction sont «insuffisantes» et «très rares». Pour donner un exemple, la thèse de doctorat du président du gouvernement, Pedro Sánchez, a été lue en 2012, mais ce n’est qu’en 2018 qu’il est apparu que les travaux du professeur de l’époque Université Camilo Jos Cela de Madrid rassemble des oeuvres précédentes courtes et courtes.

Le plagiat est compris entre les articles 270 et 272 de la Code pénal en tant que crime contre la propriété intellectuelle uniquement lorsqu’il y a un but lucratif, passible de quatre ans d’emprisonnement au maximum et d’une prescription après cinq ans. Mais il n’est en aucun cas envisagé dans le Règlement sur la discipline académique qui est actuellement en vigueur. le Conseil des ministres a approuvé ce mardi la Projet de droit de la coexistence universitaire pour remplacer cette règle, qui date de 1954 et était « anachronique et pré-constitutionnelle », comme l’explique le ministère des Universités.

Le problème avec le nouveau texte est qu’il ne comprend que les campus publics. Si le plagiat est plagié sur des campus privés, ils seront hors des sanctions. Le texte a été convenu avec les recteurs et avec les étudiants, mais les voix des universités considèrent la sanction pour copier l’œuvre d’autrui comme très «légère», notamment parce qu’elle laisse les plagiaires qui ne sont plus à l’université dans une situation d’impunité.

« Ce que beaucoup d’entre nous ne comprennent pas, c’est que la sanction n’implique pas la perte du titre de médecin, comme cela existe dans les pays avancés; c’est un problème pour le prestige de l’université espagnole. Quel problème a quelqu’un qui n’est plus dans le pays. l’université parce qu’il a défendu la thèse avec laquelle il a été expulsé pendant trois ans?  » Charles Elas, Professeur de journalisme à l’Université Carlos III de Madrid et directeur de la Chaire Jean Monnet de l’UE, Disinformation and Fake News.

Elas regrette également que le projet de loi, qui sera envoyé au Congrès à la fin de l’été, n’ait pas classé d’autres comportements qui, en plus du plagiat, violent l’éthique scientifique, comme la publication d’une enquête basée sur de fausses hypothèses (les soi-disant agnotologie), quelque chose qui se poursuit actuellement dans les pays qui nous entourent.

Pas de lien avec l’université

« Vous ne pouvez pas punir une personne qui a plagié sa thèse parce qu’elle n’est plus inscrite et n’a donc aucun lien avec l’université », se souvient-il. Jos Muoz, Professeur de droit pénal à l’Université Carlos III de Madrid, qui insiste sur le fait que « la nouvelle règle n’inclut pas la suspension des travaux plagiés ou le retrait du titre ».

À Pablo de Lora, Professeur de philosophie du droit à l’Université autonome de Madrid, estime également que la sanction de trois ans au maximum d’expulsion est « insuffisante ». « Cette personne devrait être disqualifiée pour pouvoir reprendre ses études de doctorat dans n’importe quelle université. Et le délai de prescription a est très court, car quelqu’un peut mettre plus de temps à découvrir ce plagiat et après trois ans cette responsabilité aura été éteinte. »

Jorge Sainz, Professeur d’économie appliquée à l’Université Rey Juan Carlos et ancien secrétaire général des universités auprès du gouvernement du PP, considère le plagiat comme une « infraction très grave » comme « correcte », bien qu’il considère également que « la sanction devrait inclure le retrait du titre en question « .

« Comme l’infraction est typée, un étudiant qui a plagié sa thèse de doctorat, ou son TFG ou son TFM, ne verra pas l’octroi de son diplôme modifié. Comme il n’est plus étudiant, il n’aura aucun coût au-delà de la sanction. En revanche, le plagiat n’est pas clairement défini et peut générer de l’ambiguïté. Par exemple, pour certains magazines ou domaines, il est légal de réutiliser des articles présentés lors de conférences ou comme documents de travail et pour d’autres, c’est du plagiat », dit-il.

Dans la communauté universitaire, il existe un consensus sur le fait que la norme de 1954 doit être mise à jour car elle est devenue obsolète. Le ministre Manuel Castells a voulu l’abroger sans plus tarder, mais les recteurs ont insisté pour qu’il le remplace par un autre car il ne pouvait pas quitter les campus sans un code de conduite. Selon des sources lors de la négociation, Castells a mis beaucoup de temps à se tordre le bras, mais il l’a finalement fait.

Alternatives non punitives

Castells souhaite que les conflits et les tensions qui surviennent sur le campus soient résolus par un accord entre les personnes impliquées sans avoir à recourir à la punition. À cette fin, il a mis en place un nouveau mécanisme d’arbitrage par lequel les principales sanctions peuvent être remplacées par des alternatives non punitives. Le harcèlement ou la violence grave contre un enseignant ou le bizutage portant atteinte à la dignité d’un élève sont des infractions très graves qui peuvent cependant être remplacées par une simple médiation entre les personnes concernées, si elles le souhaitent.

En réalité, la plupart des sanctions peuvent être remplacées par la médiation. Seules la violence sexiste, la fraude académique et les dommages aux actifs de l’université sont exclus.

Une autre chose qui peut poser problème est que, dans les nouvelles commissions de coexistence qui vont être créées sur les campus pour canaliser et sanctionner ces conflits, les étudiants – qui sont ceux qui commettent les infractions – auront un poids et une capacité de décision égaux. . que le personnel enseignant ou administratif des services.

On ne sait pas non plus où sont typées les manifestations étudiantes telles que celles qui ont eu lieu en réponse à la condamnation de 1-O dans les universités catalanes. L’article 12 considère «harceler ou exercer une violence grave contre un membre de la communauté universitaire» comme une infraction très grave, mais que se passe-t-il s’il y a des incidents sur un campus sans qu’aucun de ses membres ne soit attaqué?

Les grèves ne sont pas sanctionnées

Et les grèves? Rien n’est dit dans le projet de loi sur les grèves, donc elles ne seront pas punissables à moins que le patrimoine universitaire ne soit détruit ou que quelqu’un soit attaqué pendant la même période.

Les escraches envers les politiciens sont considérés comme des délits graves, pour «empêcher la célébration d’activités universitaires d’enseignement, de recherche ou de transfert de connaissances», mais on pourrait soutenir que les conférences de personnes extérieures au campus ne relèvent pas de ces activités.

Le porte-parole des Universités du PP au Congrès, Mara Jess Moro, a dénoncé «l’obscurantisme» qui a entouré ce texte et a demandé la comparution de Castells pour expliquer pourquoi il ne les a pas consultés dans l’élaboration. Il s’interroge également sur le fait qu’il a été traité avant la nouvelle loi organique du système universitaire (LOSU), qu’une grande partie de la communauté universitaire estime nécessaire d’être approuvée dans les plus brefs délais. « Castells va dans le sens inverse dans le processus normatif: d’abord il approuve les décrets, puis la loi de coexistence et ensuite la LOSU, c’est le processus inverse », dit-il.

Vous pourriez également aimer...