Le PP accuse le gouvernement « d’appeler à la récidive » avec les pardons aux prisonniers

Malgré le rapport contraire du parquet, plusieurs membres de l’exécutif se sont lancés pour ouvrir la voie justifiant la décision

Le président du PP, Pablo Casado (au centre), ce lundi, dans un centre ...

Le président du PP, Pablo Casado (au centre), ce lundi, dans un centre logistique de La Llagosta, Barcelone.
DAVID MUDARRA

La proximité des élections catalanes, dont la date officielle est le 14 février, semble également avoir conduit à une accélération des grâces éventuelles pour les condamnés par le procs, sujet qui est actuellement au centre de la campagne électorale. Le gouvernement émet chaque jour de plus en plus de signaux indiquant que sa volonté le fera sans équivoque.

Cela a été suggéré par des membres éminents du Cabinet tels que Carmen Calvo ou Jos Luis Balos, qui se sont lancés dans les dernières heures pour paver ce terrain, ignorant le rapport contraire du Procureur, sur lequel il est averti que ce ne serait pas un obstacle. car l’exécutif n’est pas obligé de le suivre pour prendre une décision finale.

Dans ce contexte et face aux déclarations du gouvernement justifiant «l’obligation morale d’apaiser les tensions» en Catalogne, l’opposition crie au ciel. Le PP accuse l’exécutif de «lancer un appel à la récidive» dans un souci d’apaisement temporaire du séparatisme.

De son côté, Ciudadanos prévient que l’opération de grâces fait partie d’un « plan caché » afin que le CPS puisse gouverner dans une nouvelle tripartite avec l’ERC et le commun -La marque Colau et Podemos-.

Et Vox considère que c’est le paiement « obligatoire » des républicains pour continuer à soutenir Pedro Sánchez au Congrès.

Une décision « très mûre »

Pour le PP, la décision de gracier le condamné du procs Il est « très mûr » au sein du gouvernement pour, entre autres raisons, satisfaire son partenaire et que ce n’est qu’une question de temps avant son exécution.

Pas en vain, Balos a fait remarquer dimanche à quel point il était « nécessaire » de « réengager la Catalogne dans le projet commun » et qu’il a indiqué que « tout geste » contribuant à la « normalité » et à la « coexistence » serait « positif ».

Eh bien, du PP, cette mentalité a été expressément rejetée ce lundi et il a été souligné qu’il y a un facteur très important ici, à savoir que les condamnés non seulement ne regrettent pas ce qu’ils ont fait, mais déclarent ouvertement «qu’ils vont le refaire. faire ».

Pour lui, Alejandro Fernndez, le candidat populaire à la Generalitat, il a censuré que si l’approche peut sembler «bien intentionnée», c’est quelque chose de «particulièrement dangereux».

« Ce n’est pas de la concorde et ce n’est pas la réconciliation, mais l’apaisement, ce qui est une attitude beaucoup plus dangereuse », a déclaré Fernndez, après avoir partagé une visite dans une zone industrielle de La Llagosta (Barcelone) avec le président de son parti, Pablo Casado.

« Jamais dans la vie il n’a été possible d’apaiser ou de soulager les tensions avec ceux qui disent qu’ils vont recommencer, car ce n’est pas de l’harmonie », a-t-il souligné. Ainsi, il a averti que parier sur les pardons «les invitait à récidiver».

« La concorde, la coexistence et un dialogue fructueux se font dans le respect de la loi, jamais avec ceux qui disent qu’ils vont la violer », a conclu le politicien. populaire.

Cs, sur la même ligne

Sur le trottoir de Ciudadanos, Carlos Carrizosa Il a également souligné le long de cette même ligne, le manque de repentir. « Ce qui fait baisser la tension en Catalogne, c’est que ceux qui ont commis des actes graves contre notre démocratie s’excusent et reconnaissent qu’ils ont eu tort, qu’ils ne recommenceront plus », a déclaré le candidat. Orange dans un acte recueilli par Servimedia. « Ce qui fait baisser la tension, c’est que le gouvernement s’occupe de tous les Catalans sans distinction. »

Ignacio Garriga, de Vox, a accusé l’Exécutif de préparer « une trahison sans précédent » avec les pardons et de « s’agenouiller devant les ennemis de la nation et devant ceux qui piétinent les droits et libertés » des Catalans pour « continuer à gouverner ».

Alors que l’opposition redoublait de critiques, le gouvernement a émis encore plus de signaux en sa faveur. Le vice-président Calvo a remis en cause ce lundi le rapport du procureur qui se positionne contre leur accord.

Critique du procureur

C’est un geste qui a sa pertinence car il tente de désactiver l’un des principaux arguments juridiques qui gêneraient une hypothétique décision du Conseil des ministres.

Carmen Calvo a critiqué le fait que le parquet ait « identifié » un crime de rébellion qui n’a pas été compris de cette manière par la Cour suprême. « Dans un rapport, vous pouvez mettre beaucoup de choses dans vos compétences, voire en dehors de celles que vous avez », a-t-il noté lors d’un entretien à TVE.

Il a également rappelé que le Gouvernement pouvait écarter ce rapport du Bureau du Procureur et prendre sa propre décision. « C’est dans une normalité absolue et vous pouvez décider en fonction de ce que les rapports émettent ou contrairement aux rapports », a-t-il déclaré.

Vous pourriez également aimer...