Le PP demande la démission de Salvador Illa pour avoir opposé son veto au confinement dans cinq régions autonomes « pour recueillir des voix »

Le porte-parole parlementaire « populaire » accuse le gouvernement de donner la priorité aux « intérêts électoraux d’un ministre » par rapport à la santé

La porte-parole parlementaire du PP, Cuca Gamarra, ce vendredi, à La ...

La porte-parole parlementaire du PP, Cuca Gamarra, ce vendredi, à La Rioja.
EFE

La nouvelle que le ministre Salvador Illa a refusé de prendre de nouvelles mesures avant d’avoir appris si les élections catalanes seraient reportées a enflammé le principal parti d’opposition. Le candidat du PSC et chef du portefeuille Santé a rejeté mercredi les demandes de cinq communautés autonomes – trois du PP et deux du PSOE – de leur fournir des « outils » leur permettant de les confiner.

« Cela ne changera en rien avant vendredi », leur a-t-il dit. Juste la date clé de sa candidature, puisque le report des élections catalanes est décidé.

Pour le PP, « Illa ne peut pas continuer une minute en tant que ministre, car sa priorité n’est pas la pandémie » du coronavirus et « elle a la tête dans les élections et non dans l’administration ». Cela a été assuré par la porte-parole du PP au Congrès, Cuca Gamarra, lors d’une conférence de presse ce vendredi à La Rioja.

« Il est temps de sauver des vies et de ne pas rayer les votes », a-t-il ajouté. Gamarra accuse le gouvernement de donner la priorité aux « intérêts électoraux d’un ministre et de son parti » et non à ceux du reste des citoyens, qui sont de sauver des vies et de lutter contre le virus.

« Nous avons besoin d’un président qui agit »

Le porte-parole du Groupe parlementaire populaire a également accusé le président du gouvernement, Pedro Sánchez, d’avoir disparu et a déclaré qu ‘ »en ce moment, nous avons besoin d’un gouvernement qui gouverne et d’un président qui agit, dirige et soutient les communautés », avec une loi sur les pandémies afin que les communautés autonomes puissent adopter à tout moment les mesures dont elles ont besoin.

Les Asturies, l’Andalousie, Aragn, Murcie et Castille et Len ont demandé d’avancer le couvre-feu et la capacité de confiner la population si l’incidence du coronavirus s’aggrave. Le gouvernement, malgré le fait que l’Espagne soit en état d’alerte, ne veut pas permettre le confinement dans les communautés autonomes.

« Il y a un parcours de mesures à prendre par les communautés autonomes » avant de confiner, a déclaré Illa mercredi aux conseillers sanitaires, comme l’a appris ce journal.

L’exécutif n’a pas approuvé un «plan B» qui permet de restreindre la mobilité sans avoir besoin d’un état d’alarme, comme le prétend le PP. Gamarra a de nouveau demandé « une stratégie nationale de lutte contre la pandémie », car « il n’est pas acceptable » que l’Espagne soit le seul pays de l’UE à ne pas avoir élaboré de loi sur les pandémies.

« L’incapacité » des balos

Le PP exhorte également le ministre des Transports, Jos Luis Balos, à ne pas se dérober à ses responsabilités dans le « chaos » dans lequel l’aéroport de Barajas est plongé depuis une semaine « du fait de son incompétence ». Et il l’exhorte à être tenu responsable au Congrès de sa gestion néfaste, car l’Espagne ne peut pas permettre à Barajas de ne pas encore fonctionner à 100%. « Balos ne peut pas continuer à cacher son handicap », a souligné Gamarra.

Enfin, le député a rappelé que le PP enregistrera la semaine prochaine l’initiative annoncée par Pablo Casado pour la création d’un fonds extraordinaire de 50,00 milliards qui injectera des liquidités dans les entreprises espagnoles et récupérera le tissu productif, « qui doit s’accompagner d’un la baisse des impôts et le reste des mesures économiques proposées par le PP au Parlement », a-t-il demandé.

Vous pourriez également aimer...