Le PP grandit, se rapproche du PSOE et s’éloigne de Vox après sa convention nationale, selon le CIS de Tezanos

Le premier baromètre réalisé après l’imputation de Tezanos maintient cependant un fort avantage du PSOE sur le reste des partis

Pedro S
Pedro Snchez et Pablo Casado, ce jeudi à Cuacos de Yuste (Cceres).
  • Le panel Pedro Snchez n’arrête pas l’usure et le PSOE tombe sous les 100 sièges
  • Évaluation Yolanda Daz, la ministre la mieux valorisée par les jeunes et par les électeurs de United We Can… et du PSOE

Coupe d’un côté, distance de l’autre. Le Parti populaire progresse de 1,6% point au dernier baromètre de la CEI, correspondant au mois d’octobre, ce qui lui donne une intention de vote de 22,1%. Avec ces données, il raccourcit un écart de près de trois points (2,7) par rapport au PSOE, auquel le sondage donne 28,5% de soutien, et prend 0,6 point d’avance sur Vox, qui tombe à 13,2%.

Certaines données qui, comme les fois précédentes, se poursuivent dans une tendance contraire à la moyenne des enquêtes – la dernière EL MUNDO-Sigma Deux Panneaux J’estime que le PSOE passera en dessous de 25 % après n’avoir pas freiné son usure – correspond au premier baromètre réalisé par le Centre d’études sociologiques depuis le 8 octobre dernier, son directeur, Jos Flix Tezanos, a été imputé, à la suite d’une plainte d’un crime présumé de détournement de fonds publics.

La plainte, déposée par Vox, soutient que le fonctionnement du CIS est « irrégulier » depuis que Tezanos a été nommé président de l’organisation en 2018. L’opposition a critiqué depuis lors que Tezanos manipule les données des sondages au profit du PSOE et arrêter le aile droite. .

Les données du baromètre actuel ont été recueillies entre le 1er et le 13 octobre, après la Convention nationale du Parti populaire et pendant les jours où le Gouvernement s’est mis d’accord en son sein pour exécuter les prochains budgets généraux de l’État et débloquer la loi sur le logement après presque un an gelé entre le PSOE et United We Can.

Le PP grandit, se rapproche du PSOE et s'éloigne de Vox après sa condamnation

La direction du PSOE, malgré la forte hausse des populaire dans cette édition du baromètre, il reste sans réplique. Malgré une baisse de 1,1 point ce mois-ci et une progression du PP de plus d’un point et demi, le principal parti d’opposition a encore 6,4 points de retard sur les socialistes, qui célèbrent ce week-end leur 40e Congrès fédéral à Valence.

De son côté, l’enquête prévoit une baisse de 0,6 point pour Vox. Ceux de Santiago Abascal continueraient d’être la troisième force aujourd’hui si des élections avaient lieu, mais ils voient à quel point le PP est à deux points de l’estimation de septembre. Désormais, la distance entre les deux est de 8,9 points et, selon le CIS, la somme des deux partis (35,2%) resterait insuffisante par rapport à une coalition de gauche (40,3%). Chose que la somme des Citizens – qui perd également un demi-point dans cette édition du CIS – finirait par donner un avantage au bloc de droite (41,2%).

Dans le précédent baromètre, réalisé en septembre lors de la hausse historique du prix de l’électricité, le CIS augmentait l’avantage entre socialistes et populaires de quatre points, qui passait à 9,1 points. Ainsi, l’étude prévoyait alors une intention de vote de 29,6% pour le PSOE et de 20,5% pour le PP. Vox est resté à 13,8% et Unidos Podemos, partenaire minoritaire de la coalition exécutive, a agglutiné 11,3% des voix.

80% ne connaissent pas les nouveaux ministres

Parmi les nouveautés de ce baromètre, il est question de la popularité des membres du Conseil des ministres de Pedro Snchez. Environ 80% (78,9%) des personnes interrogées ne connaissent aucun des nouveaux ministres nommés par le président après la crise gouvernementale de juillet. Le plus populaire est le chef de la Présidence, Relations avec les tribunaux et mémoire démocratique, Flix Bolaos, que seuls 43,4% des Espagnols connaissent.

Face à lui, l’ignorance des personnes interrogées devant les nouveaux ministres est frappante : José Manuel Albares (81% ne le savent pas), Pilar Alegra (78,5%), Pilar Llop (83,8%), Diane Morant (90,1%), Isabelle Rodriguez (76,2 %) et Rachel Sanchez (87,1%).

Concernant l’évaluation des dirigeants, trois ministres sont agréés : Marguerite Robles (avec une note, sur 10, de 5,5), Nadia Calvio (5.4) et Yolanda daz (5.4). Les pires notes sont dirigées vers le secteur violet du gouvernement. Le Ministre de la Consommation, Alberto Garzn, atteint un 4.1, comme celui des Universités, Manuel Castells; celui des Droits sociaux, Ione Belarra, reste à 4, et Egalité, Irène Montero, tombe à 3,9.

Vous pourriez également aimer...