Le PP renouvelle son règlement intérieur au Congrès pour dissuader les critiques comme ceux d’Álvarez de Toledo

Les «  populaires  » homologuent les règlements internes du Congrès et du Sénat avec les statuts du parti, mais ils insistent sur le fait qu’il n’y aura pas de sanctions plus sévères

Cayetana

Cayetana lvarez de Toledo, pendant le jour de l’élection de la Catalogne le 14-F.
ALBERTO DI LOLLI

Le PP a remodelé son règlement intérieur pour l’aligner sur ses statuts et dissuader les plus dures critiques de la direction nationale de la part des groupes parlementaires. Pour cette raison, les sanctions prévues ont été unifiées, même si elles ne seront en aucun cas aggravées, comme l’ont confirmé des sources du Groupe parlementaire populaire à ce journal, après Le confidentiel faire avancer les nouvelles.

« Les groupes parlementaires du Congrès et du Sénat ont procédé à l’homologation du règlement intérieur avec les statuts du Parti » lundi de la semaine dernière, « en ordonnant le contenu », précisent-ils dans le PP. « Ce processus a inclus la systématisation des infractions, suivant la structure des statuts du Parti, qui distingue les mineurs, les graves et les très graves », précisent des sources du groupe parlementaire.

Ce mouvement cherche donc à dissuader «désaccordé», comme certains dirigeants ont envisagé l’entretien de Cayetana lvarez de Toledo à EL MUNDO le 16 février, à bout portant du choc électoral du PP lors des élections catalanes du 14-F.

Dans cet entretien, l’ancien porte-parole a assuré que « Pablo Casado a déçu les espoirs placés sur lui ». « L’incapacité de Pablo Casado à reconstruire le constitutionnalisme, qui est le principal défi espagnol, a été prouvée. Casado a laissé ici des lambeaux de crédibilité en tant que leader du constitutionnalisme », a souligné le député de Barcelone. À Gênes, cela a été considéré comme une attaque contre la direction du président du parti.

Ainsi, des déclarations comme celles-ci pourraient être maintenant, encore plus, dans la ligne de mire du parti, car dans le PP, ils considèrent comme une infraction « grave » de faire « toute manifestation publique orale ou écrite dans les médias qui suppose le discrédit, le dénigrement ou la disqualification d’un membre de la fête « . Cela pourrait être «doux» selon la littéralité de ce qui a été dit.

Il est également «sérieux» de faire «des déclarations et des manifestations publiques au nom du parti qui compromettent politiquement le parti sans l’autorisation expresse du président du Comité exécutif qui correspond dans ses différentes sphères».

Parmi les infractions « très graves » se distingue « toute manifestation ou déclaration faite avec publicité, qui incite à la violation ou à la disqualification des décisions valides et démocratiquement adoptées par les organes directeurs et la représentation du parti, ou des groupes institutionnels du même « .

C’est-à-dire que dans le PP, ils assurent que les sanctions continueront d’être les mêmes et « ce qui a été fait, c’est de classer les infractions dans les trois niveaux: légère, grave ou très grave ». « Le régime disciplinaire n’est pas aggravé, puisque la sanction maximale, par exemple pour vote indisciplinaire, reste la même, entre 500 et 700 euros », ajoutent-ils dans le PP.

Les députés consultés s’accordent à dire qu’ils ont reçu « une indication générique de la révision du régime disciplinaire », mais ils n’en ont pas le texte. Sous la direction du Groupe parlementaire populaire, ils rappellent que les changements ont été enseignés «et mis à la disposition» des parlementaires.

Vous pourriez également aimer...