Le propriétaire d’un centre vétérinaire arrêté à Madrid pour avoir tué des centaines de chiens et de chats pour vendre leur sang

Dans l’opération, 240 lévriers captifs ont été relâchés dans une ferme Humanes de Madrid

Un homme d’affaires vétérinaire arrêté pour avoir tué des centaines de chiens et de chats pour vendre leur sangLE MONDE
  • événements Deux arrêtés pour la mort et la maltraitance de chiens dans une résidence canine illégale à El lamo

La Garde civile a arrêté un homme d’affaires, Luis Miguel VF, qui a sacrifié des chiens et des chats pour vendre leur sang aux cliniques vétérinaires et aux hôpitaux d’une ferme Humanes. Dans l’opération, 240 animaux ont été relâchés, principalement des lévriers, des lapins et des chats qui étaient dans des conditions terribles. Par ailleurs, une autre personne, de nationalité marocaine, qui était responsable des installations, a été arrêtée.

L’homme d’affaires interpellé recevait des animaux livrés à la fois par des propriétaires qui ne souhaitaient pas continuer à s’en occuper et par des protecteurs qui en déléguaient la charge. Luis Miguel est apparu comme le seul administrateur de la société Centre de Transfusion Vétérinaire SL et en tant que président de l’Association d’hématologie et d’homéopathie animales, en charge de la certification des laboratoires d’hématologie et des banques de sang des associés.

Selon les enquêteurs, il manquait de tout type de titrage et pour obtenir de plus grandes quantités de liquide les animaux ont été ponctionnés directement sur le ventricule gauche du cœurcausant la mort par choc hypovolémique.

Le parquet environnemental de Mstoles-Fuenlabrada a porté plainte contre l’homme d’affaires pour pratiques « douloureuses et cruelles » envers les animaux.

Les cadavres ont été congelés puis incinérés dans un crématorium à Yuncos (Tolède), où, entre les mois d’avril et mai 2022, le parquet a dénombré 60 corps dont la mort était due à l’extraction de sang : 27 chiens, 29 chats, trois lapins et un furet.

Au domaine Humanes, des agents du poste de garde civile d’Arroyomolinos ont trouvé le laboratoire dans lequel les extractions ont été réaliséesoù de nombreuses poches de plasma prêtes à être distribuées ont été saisies.

Le but de ces pratiques, selon le ministère public, était de vendre le sang principalement aux cliniques vétérinaires de la Communauté de Madrid, au prix de 80 euros pour 400 millilitres dans le cas des chiens, et de 85 euros pour 40 millilitres s’il était du sang de chat.

Alors que la demande augmentait, souligne le Parquet, elle est venue offrir ses services d’hémothérapie dans toute l’Espagne et dans d’autres pays européens comme l’Italie, la Belgique, la France et le Portugal.

Au cours de l’enquête, il a été confirmé que le défendeur s’était présenté comme le seul administrateur du centre commercial de transfusion vétérinaire inauguré en 2006 dans le but de produire des concentrés de globules rouges et de plasma qui jusqu’alors ne pouvaient être fabriqués que dans la banque de sang, mais limité à la possibilité de le faire avec du sang total et sous la tutelle de la Communauté de Madrid.

L’homme d’affaires a également fait la promotion du centre sur un site Internet et s’est présenté comme une référence dans la commercialisation du sang animal, bien que il n’y a pas d’enregistrement, d’autorisation ou de licences au nom de ladite société, donc pendant des années, elle a exercé son activité « dans le secret le plus absolu ».

Une race donneuse universelle

Pour obtenir le sang des animaux puis le commercialiser, le prévenu disposait des installations de Humanes où il héberge de nombreux animaux. Il avait surtout de jeunes lévriers, étant une race donneuse universelle, auxquels il soumettait à plusieurs reprises en utilisant des méthodes interdites. Ce type de pratique a causé aux animaux, comme indiqué dans la plainte, « des souffrances et des souffrances inutiles », puisqu’en pratique cela signifie appliquer l’euthanasie « sans aucune raison encadrée dans la législation en vigueur ».

Le parquet soutient qu’entre les mois d’avril et de mai 2022, il a dénombré 60 animaux qui, après les autopsies et expertises réalisées, ont conclu que sa mort n’a pas été causée par un processus de maladie biologique naturelle, « mais en étant exsanguine. »

Concernant les médicaments pour euthanasie, le parquet prévient qu’ils ne peuvent être délivrés que dans les pharmacies et les groupements d’élevage préalablement autorisés et supervisés par leurs pharmacies d’approvisionnement, et achetés par les vétérinaires qui en font la demande.

De plus, rappelez-vous que la médecine vétérinaire est une profession réglementée et que pour l’exercer, il faut être en possession du Titre Officiel de Baccalauréat ou Diplôme en Médecine Vétérinaire, une reconnaissance académique qui n’était pas en possession du défendeur , et d’appartenir à l’association professionnelle correspondante.

Enfin, il souligne que la compétence d’euthanasie des animaux, d’identification des animaux et de vaccination contre la rage sont des réserves vétérinaires »,Les vétérinaires étant les seuls compétents pour le réaliser ».

Vous pourriez également aimer...