Le PSOE de Juan Espadas veut réactiver les droits de succession en Andalousie

Il entend revenir sur la réforme opérée par le gouvernement de Moreno, afin que les successions supérieures à un million d’euros soient à nouveau taxées

Juan Espadas, ce jeudi, lors de la présentation
Juan Espadas, ce jeudi, lors de la présentation de son programme électoral à Malaga.CARLOS DAZEFE
  • Élections andalouses Juanma Moreno annonce une deuxième « réduction massive » des impôts
  • 19J Juan Espadas contre la campagne personnaliste de Juanma Moreno : « Au PSOE, nous travaillons en équipe et nous ne cachons pas les acronymes »

Le PSOE de Juan Espadas veut combattre le discours néolibéral qui stigmatise les impôts et condamne l’Andalousie à être beaucoup plus dépendante des financements extérieurs, après avoir perdu, dit-il, 250 millions d’euros en perception des impôts depuis 2018, 11%, selon les données que les socialistes incluent dans leur programme. Conformément à cette défense des impôts progressifs, Swords est même prêt à récupérer partiellement le Droits de succession et donations)un prélèvement sur les successions qui porte un énorme discrédit, même parmi les citoyens qui n’auraient jamais eu à le payer avant son élimination (par le biais de primes de 99 % sur les parents directs) par l’actuel gouvernement PP et Cs.

Swords prévoit de récupérer l’impôt mais uniquement pour les successions supérieures à un million d’euros, ce qui était ce qu’il y avait avant que le Gouvernement du PP et des Citoyens ne décide de l’escompter dans tous les cas entre parents directs. Rappelons que c’est l’actuelle Ministre des Finances, Mara Jess Montero, qui a fait la première grande réforme de l’Impôt sur les Successions et les Donations (ISD) à la demande des Citoyens, qui a conditionné leur soutien à la Budgets 2017 à cette réduction d’impôt. Initialement, les droits de succession étaient exonérés entre parents directs inférieurs au 250 000 € et plus tard étendu aux héritages en dessous du millions d’euros.

Le PSOE propose de revenir à ce plafond appliqué depuis 2018 en inversant la réforme fiscale du PP, mais avec quelques exceptions. Par exemple, dans le cas de dons vivants à parents au premier et au deuxième degré lorsqu’ils sont destinés à l’achat d’une première résidence habituelle du bénéficiaire ou à participer à une société qui augmente leur capital social et maintenir l’investissement pendant au moins 10 ans, créateur d’emplois, et dans la limite de 500 000 euros par personne.

Le PSOE assume, dans tous les cas, l’exonération pour les successions inférieures à un million d’euros. A cet égard, il convient de rappeler que lorsqu’on parle d’assiettes minimales d’imposition, il est fait référence à ce que chaque contribuable reçoit individuellement. Autrement dit, dans le cas d’un patrimoine familial d’un million d’euros à partager entre deux enfants, l’assiette fiscale serait de 500 000 euros pour chacun des donataires.

Pour cette raison, le PSOE a toujours défendu que la dernière réforme appliquée à l’impôt sur les successions par le gouvernement des PP et C n’avait bénéficié qu’à des actifs très élevés.

La dernière réduction d’impôt approuvée par le gouvernement Moreno a donné une nouvelle tournure à l’impôt sur les successions et les donations, puisque le patrimoine préexistant et des déductions sont également appliquées pour les parents non directs (groupe III) de 10 000 euros. En outre, des primes comparables sont instaurées lors de successions d’entreprises ou d’entreprises professionnelles, à condition que ces entreprises soient centralisées en Andalousie et survivent au moins trois ans.

Le PSOE a toujours défendu que bon nombre des abus présumés que la presse a publiés et qui ont servi à accroître le discrédit de l’ISD sont que son application a été calculée à l’occasion sur la base d’erreurs d’évaluation « pures » et, souvent, avec des valeurs cadastrales. périmé La confusion entre ce qui doit être payé pour l’impôt sur les successions et les plus-values, qui est une taxe municipale payée lorsqu’un bien est transféré à un prix supérieur au prix d’achat, a également contribué à sa mauvaise image. Il existe des cas où l’héritier est exonéré du paiement de l’ISD et doit cependant payer les plus-values ​​des biens reçus.

Au-delà de ce qui est envisagé pour l’ISD, le programme Juan Espadas propose également d’annuler toutes les réductions d’impôts qui ont été appliquées aux activités liées aux jeux de hasard.

S envisage, d’autre part, des déductions qui élargissent celles déjà introduites par le gouvernement PP et Cs. Par exemple, dans les cas de naissances, adoptions et placement de mineurs Une retenue de 300 euros s’appliquerait, au lieu des 200 euros actuels. Si le contribuable habite dans des communes en difficulté de dépeuplement, la déduction passe de 400 à 600 euros. Dans le programme électoral, la déduction pour frais d’études (désormais applicable à tous les revenus) serait limitée aux tranches de revenus inférieures. Et il est proposé d’étendre de 150 à 300 euros les déductions pour les dons à des fins écologiques, par exemple.

En relation avec le achat d’un bien immobilierle taux général de 10% sera maintenu pour les biens supérieurs à un million d’euros, mais dans les achats inférieurs à cette valeur et à condition que le bien devienne la résidence principale, le taux général sera ramené à 5%, qui sera de 3,5% pour ceux les moins de 35 ans, les personnes en situation de handicap, les familles nombreuses, les victimes de violences basées sur le genre, les victimes du terrorisme ou dans les communes en difficulté de dépeuplement.

Dans le chapitre sur la lutte contre l’évasion fiscale, le PSOE annonce également un règlement qui permet de restreindre les aides publiques aux entreprises qui ont des filiales en cieux impôt.

Le débat sur le paiement des impôts « est passé à la bataille idéologique », affirme le programme du PSOE, et la droite tente de former un discours contre les impôts et, donc, contre le financement même de l’État-providence et des politiques de redistribution. Pour combattre ce discours, le PSOE a l’intention d’inclure dans les programmes des ESO, Baccalauréat et FP contenu lié à la fiscalité et à sa relation avec la protection sociale.

Vous pourriez également aimer...